Les Eglises sont des « incubateurs » de justice sociale, pour la nouvelle coordinatrice de Stop Pauvreté

Salomé Haldemann-Richir
Salomé Haldemann-Richir (Joëlle Misson) icon-info
vendredi 22 mars 2024

Depuis le début de l'année, Salomé Richir-Haldemann a repris la coordination de Stop Pauvreté. Ce travail de sensibilisation à la pauvreté et à l'injustice, ainsi que de plaidoyer, correspond tout à fait à son parcours. Préoccupée par ces questions depuis longtemps, cette pasteure est convaincue que les Eglises ont un rôle à jouer pour apporter plus de justice sociale et environnementale. Ce portait est tiré de l'interview réalisée par Serge Carrel pour l'émission Xpression, sur Dieu TV (voir le lien ci-dessous).

Une émission de DieuTV

Elle est le nouveau visage de Stop Pauvreté. Début 2024, Salomé Richir-Haldemann a succédé à Alexis Bourgeois en tant que coordinatrice de cette campagne de plaidoyer, qui vise à sensibiliser les chrétiens à la pauvreté et l’injustice. Début mars, Stop Pauvreté a lancé le cours Just People en partenariat avec Interaction*, le Réseau évangélique suisse et le FREE College, la plateforme de formation d’adultes de la FREE.

Un plus grand soucis pour la justice sociale

Par le biais de ce cours, Salomé Richir-Haldemann espère faire naître au sein des Eglises romandes un plus grand souci pour la justice sociale et environnementale. Car la jeune femme de 39 ans en est convaincue: face aux injustices Nord-Sud ou à la crise climatique, les Eglises locales peuvent être des incubateurs de la justice, à travers des petits groupes qui vont insuffler le changement, comme le levain fait monter la pâte.


La coordinatrice de Stop Pauvreté relaie en effet que les bonnes résolutions d’un individu seul ne suffisent pas à induire un changement, ni les décisions des gouvernements, qui sont trop lentes : «Le niveau qui induit du changement et des effets réels est celui des communautés. Avec des personnes motivées à apporter quelque chose du Royaume de Dieu sur la terre, l’Eglise est l’un de ces lieux qui rend la transformation possible». Celle qui a été pasteure d’une Eglise mennonite en Alsace rappelle que prendre soin de la terre et de ses habitants fait partie de l’appel de l’Eglise : « Lorsque Dieu crée le monde, il nomme Adam et Eve comme intendants de cette Création. C’est une mission que l’Eglise a un peu mise de côté et qu’il faut retrouver ».

Un jardin du souvenir, face à l'injustice

Pour revenir au Cours Just People, Salomé Richir-Haldemann formule le voeu que des groupes ou des Eglises le suivent et réfléchissent à la façon de s’engager au niveau social ou environnemental, à leur échelle et dans leur contexte, pour montrer l’amour de Dieu. Puis que ces initiatives stimulent d’autres à s’engager dans la même voie. Quand on lui demande un exemple concret, la coordinatrice de Stop Pauvreté partage ce qu’elle a pu observer aux Etats-Unis, dans une petite assemblée qu’elle a fréquentée à Elkhart (Indiana).
L’Eglise Fellowship of Hope était située dans un quartier où par le passé, sous prétexte d’urbanisme, des habitants noirs avaient été délogés. Avec le temps, de nouveaux logements et plusieurs parcs ont été construits. Consciente que les nouveaux habitants ne connaissaient pas cette histoire, l’Eglise a décidé de dédier la moitié de son terrain à « un jardin du souvenir », ouvert à tous. Pour cela, les chrétiens ont recueilli les témoignages-audio d’anciens expropriés, afin de leur redonner une place et d’affirmer leur dignité. «Au lieu d’avoir son jardin privé, l’Eglise s’est dit: pourquoi ne pas en faire un lieu qui invite à plus de justice ? Cela m’a beaucoup impactée !»

D’ergothérapeute à coordinatrice de plaidoyer, en passant par pasteure

Chrétienne mennonite, Salomé Richir-Haldemann a toujours été préoccupée par la question de la paix. Après avoir travaillé en tant qu’ergothérapeute, sa première formation, la jeune femme a eu l’opportunité de s’engager avec l’organisation « Artisans de paix » aux Philippines, où elle a été dû œuvrer au contact de combattants d’un front populaire. «En rentrant, j’avais une meilleure idée de comment se construit la paix en pratique, mais j’avais plein de questions théoriques. J’ai cherché un lieu de formation qui approfondisse à la fois la théologie et la dynamique des conflits », relate-t-elle. Après trois ans à l’Anabaptist Mennonite Biblical Seminary (Indiana), la jeune femme a effectué un stage pastoral à l’Eglise mennonite Béthel (Alsace), où elle a ensuite succédé au pasteur.


Lorsque Salomé Richir-Haldemann a vu l’offre pour le poste à Stop Pauvreté, celui-ci correspondait tout à fait à son aspiration d’amener les questions de plaidoyer et de justice dans les Eglises. « Je viens avec un amour très fort pour l’Eglise. Je crois que c’est l’outil que le Christ a choisi pour manifester son Royaume. Et je vois aussi l’Eglise comme un laboratoire. On se retrouve chaque dimanche avec des personnes qu’on n’aurait pas choisies, qu’on apprend à aimer. C’est cet exercice-là qui nous aide à aimer les gens à l’extérieur ».

* Un collectif d’œuvres chrétiennes actives dans le développement

Pour écouter l'interview de Salomé Richir-Haldemann, réalisée par Serge Carrel: podcast avec Salomé Richir-Haldemann.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !