"Les technologies de l’espoir en plein développement" par Gabrielle Desarzens

mardi 25 avril 2017

Le téléphone portable qui peut sauver des vies lors de conflits ou sur la route de l’exil, une machine d’imagerie médicale conçue spécialement pour les pays en guerre : à la demande du CICR, une plateforme humanitaire a été créée à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Objectif : que les nouvelles technologies s’adaptent aux besoins du terrain.

Rencontré sous gare à Lausanne, le migrant érythréen Byniam, 25 ans, confirme que son téléphone portable lui a beaucoup servi sur la route de l’exil. « J’ai réussi à trouver mon chemin grâce à lui, et j’ai pu garder contact avec des personnes rencontrées grâce à Viber et WhatsApp (des applications, ndlr). Mais dans le désert, en Libye, les passeurs ont pris tous nos téléphones, par peur d’être repérés. J’ai dû en racheter un par la suite. Ainsi j’ai pu dire à ma famille que j’étais encore en vie, et là où je me trouvais. »

La technologie qui fait la différence

Si on a tous en tête les images de ces migrants qui s’orientent portables en main pour comprendre où sont les frontières, les nouvelles technologies servent aussi le travail des humanitaires sur le terrain. En Somalie, au Soudan du Sud ou encore en Syrie, la plupart des gens que le CICR cherche à aider et à protéger ont des téléphones mobiles, indique son directeur général Yves Daccord : « En Syrie, souvent les gens nous réclament non pas des soins de santé ou la sécurité, mais du wifi. Nous travaillons beaucoup avec des médias comme Facebook pour communiquer par exemple où sont les points d’eau. » Et le chef de l’organisation internationale de mentionner d’autres améliorations technologiques, comme la fabrication de prothèses à l’aide de printer 3D, « qui font vraiment la différence. »

Une révolution en marche

Si Yves Daccord parle d’une révolution en marche, d’autres évoquent l’arc lémanique comme une nouvelle silicon valley de l’humanitaire. De fait et à la demande du CICR, une plateforme de technologie humanitaire a été créée à l’EPFL en 2015. « On s’est rendu compte que les conflits s’installaient beaucoup plus sur la durée, explique Klaus Schönenberger, responsable du programme Essential Tech. Qu’on se rapprochait de problématiques plus compliquées, qui ne relevait plus de l’action à court terme. Un ingénieur du CICR travaille dès lors avec nous et nous fait comprendre quels sont les besoins du terrain ; cela donne lieu à des projets vraiment intéressants. »

Tracer les épidémies

Actuellement, une machine d’imagerie médicale adaptée au contexte des pays du Sud, très robuste, est mise au point. « Elle utilise moins de courant qu’un aspirateur et peut se brancher au besoin sur des panneaux solaires », indique Klaus Schönenberger. « Tout le domaine de l’épidémiologie digitale est aussi très bouillonnant en ce moment, ajoute-t-il. En suivant les adresses des connections de téléphones mobiles, on peut suivre les mouvements de populations qui participent à des festivals religieux par exemple. Et on s’est rendu compte qu’on pouvait ainsi se rendre compte de la façon dont se répandent des maladies comme le choléra. Le but est donc de pouvoir identifier, puis prédire ces flux pour agir sur les épidémies et leur façon de se propager dans le monde. »

A ses côtés, son collègue Jean-Claude Bolay, directeur du Centre coopération et développement à l’EPFL conclut : « Notre défi est d’identifier ce qui existe, d’inventer ce qui n’existe pas encore, et d’adapter ce qui existe mais qui n’est pas approprié. »

Gabrielle Desarzens

Pour plus d’informations ou pour des idées de projet spécifique, les ONG peuvent s’adresser par courriel à Klaus Schönenberger : klaus.schonenberger@epfl.ch.

Ce sujet a été l’objet d’une émission radio.

  • Encadré 1:

    Légende photo : Klaus Schönenberger à droite et Jean-Claude Bolay

Publicité

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

16 janvier

  • «L'islam conquérant» avec Shafique Keshavjee (Ciel ! Mon info)
  • «Jessica Dorsey» dans Tchat avec Nath

23 janvier

  • «Shafique Keshavjee: les conditions du dialogue interreligieux aujourd'hui» (Ciel ! Mon info)
  • «Dépasser l'infidélité» avec Christian Reichel (Mieux vivre à deux)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • La boxe percute à l’église !

    Lun 14 janvier 2019

    Des jeunes boxent chaque semaine dans les locaux d’une église évangélique de la FREE. Une façon de faire venir ou revenir les moins de 20 ans à l’église ! Stéphane Hofer, l’instigateur de la formule Box Up Crime Switzerland, espère que l’activité fasse boule de neige. Reportage sur place.

  • L’aumônerie fait sa mue

    Lun 31 décembre 2018

    Que ce soit à l’hôpital, à l’armée ou auprès des jeunes, l’aumônerie est actuellement un chantier ouvert qui veut se professionnaliser et s’éloigner des églises. « Je ne sais pas où cela va nous conduire », réagit lundi 31 décembre Olivier Cretegny, ancien aumônier et président de la FEV (Fédération évangélique vaudoise). Non sans ajouter qu’une Journée de réflexion à l’adresse de tous les aumôniers évangéliques romands est agendée le 30 avril.

  • « Noël donne du sens aux circonstances de nos vies ! »

    Jeu 20 décembre 2018

    Trois personnes différentes, trois époques différentes, trois circonstances différentes. Et pourtant, c’est la même question qui surgit dans les cœurs. Cette question  touche au sens de Noël ; et quand on touche au sens de Noël, on touche au sens de nos vies. Bonne lecture du conte de Gilles Geiser, pasteur à l’église évangélique de Châble-Croix (FREE) d’Aigle !

  • « La véritable histoire de Noël »

    Jeu 20 décembre 2018

    Le début de l’hiver, c’est le début des veillées autour du feu. On s’est longtemps rassemblé au même endroit pour économiser l’huile et le bois, un moment propice pour se raconter des histoires. Philippe Henchoz, pasteur de l’église évangélique de Meyrin (FREE) vous propose ce conte pour votre veillée de Noël.

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !