RDC : le pasteur et professeur Bungishabaku Katho se bat pour rassembler les gens de bien

Serge Carrel lundi 22 octobre 2018

En République démocratique du Congo, l’Etat est faible, les infrastructures en piteux état et la corruption gangrène les transactions administratives. Dans ce contexte extraordinairement difficile où l’eau, l’électricité et les transports relèvent du combat quotidien, des personnalités ne se résignent pas et se lèvent pour faire naître autre chose. Bungishabaku Katho est du nombre. Après avoir occupé des postes à responsabilité, ce pasteur et professeur évangélique lance le Centre Jérémie pour rassembler et encourager « les gens de bien ».

 « Dans l’est de la République démocratique du Congo, il faut multiplier les Denis Mukwege ou les Fanny Ukety. Il faut multiplier les gens de bien qui ont envie de changer les choses ! » Bungishabaku Katho est une personnalité de la société civile de l’Ituri, cette province créée en 2015 avec pour capitale Bunia.
Pendant 14 ans, ce professeur d’Ancien Testament, spécialiste du prophète Jérémie, a dirigé l’Université Shalom à Bunia. Institut supérieur de théologie de Bunia (ISTB) en 2004 avec 62 étudiants, cette institution est aujourd’hui un lieu de formation universitaire qui compte plus de 900 étudiants, avec des facultés comme informatique et gestion, agronomie, administration ou développement. A la surprise de beaucoup, cet homme de 55 ans a souhaité passer la main pour permettre à la nouvelle génération de prendre sa place. Il vient de faire de même avec le poste de représentant légal et président communautaire des quelque 267 « Communautés Emmanuel » (Eglises soeurs de la FREE), membre de l’Eglise du Christ au Congo (ECC/39CE). L’homme ne s’accroche pas aux postes à responsabilité. Il souhaite simplement que le pouvoir change de mains.

Multiplier les gens de bien

« Imaginez 2000 Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, poursuit notre homme installé dans son bureau tapissé de livres en lien avec l’Ancien Testament. Imaginez 500 femmes comme Fanny Ukety, la directrice de l’institution de microcrédits CEMADEF… Voilà mon rêve ! En République démocratique du Congo, le changement ne peut commencer que comme cela : en forgeant des personnalités fortes à même d’agir avec justice et équité. Ce ne sera pas rapide. Il nous faut de la patience et de la persévérance. Le mal est tellement présent dans le système congolais qu’il pourrit tout de l’intérieur. »
En février dernier, l’évangélique Bungishabaku Katho s’est permis de dénoncer dans les médias locaux l’analyse de politiciens qui voyaient dans des troubles qui avaient vu affluer 30 à 40'000 personnes dans la ville de Bunia, le retour de conflits ethniques. « Je suis né ici. Je sais comment ces conflits commencent, explique-t-il. Souvent cela débute dans un village avec deux personnes de groupes ethniques différents qui se querellent. Leur groupe respectif les soutient et le conflit s’embrase. Mais cette fois-là, en décembre ou janvier dernier, ce n’était pas cela. Il y avait des tueries qui survenaient brusquement dans des villages et qui étaient fomentées par des acteurs extérieurs, et des masses de gens prenaient la fuite. »

Convoqué à l’Agence nationale de renseignements

Dans ce contexte extrêmement tendu, Bungishabaku Katho appelle à l’unité des Congolais et dénonce les propos de membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui voient dans ces troubles une menace pour la tenue des élections, annoncées pour le 23 décembre prochain. Mal lui en prend. Il est invité à venir à l’Agence nationale de renseignements (ANR) de Bunia et passe 4 heures et demie dans leurs locaux afin de répondre aux questions posées.
« Dans le milieu évangélique, une telle attitude est un peu neuve, relève le spécialiste de l’Ancien Testament, j’ai été applaudi par une bonne partie de la population, notamment par les catholiques très mobilisés pour la justice dans notre pays. Mais certains de mes frères et sœurs dans la foi ont eu peur. L’enseignement que nous avons reçu, c’est : « Soyez en paix avec tous les hommes ! » Même si les gens meurent ou s’entretuent autour de vous, continuez à prier et soyez en paix… »

Un centre de retraite et de réflexion

La première maison du Centre Jérémie en cours de réhabilitation.Pour initier une nouvelle dynamique de changement, Bungishabaku Katho a lancé l’été dernier une démarche qu’il a appelée « Centre Jérémie pour la foi et la société ». En juillet, il a rassemblé une vingtaine de personnalités actives pour reconstruire la République démocratique du Congo, des gens issus de toutes les professions et de toutes les confessions chrétiennes, des catholiques, des anglicans et des évangéliques de toutes sortes. « Nous souhaitons créer un lieu de retraite et de réflexion où les gens qui se sentent mal actuellement dans notre pays et qui luttent pour que les choses changent puissent se retrouver, analyser la situation et développer ensemble une vision pour l’avenir. C’est bien de travailler chacun dans son coin, mais seul on se fatigue, seul on se décourage, seul on est parfois terrorisé… »
Le Centre Jérémie dispose déjà de locaux à Nyankunde, à une trentaine de kilomètres au sud de Bunia, le village dont est originaire Bungishabaku Katho. Signe fort : ce lieu de retraite et de réflexion s’est installé dans les locaux d’une école saccagée en 2002 lors de la guerre de l’Ituri. Des locaux qui ont commencé à être réhabilités !

Serge Carrel
En reportage à Bunia (RDC)

Publicité

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

12 décembre

  • «Les convictions chrétiennes du Dr Denis Mukwege, Nobel de la paix 2018» (Ciel ! Mon info)
  • «Kivu, entre ciel et enfer», un reportage de Philippe Decourroux à Panzi (RDC) (Mise à jour)

19 décembre

  • «Irène et Andreas Zurbrügg : les fours solaires contre le déforestation au Tchad» (Ciel ! Mon info)
  • «Gagnières : ‘Dans sa présence avec Matt Marvane’» (Rendez-vous)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Laisser Dieu renouveler mon sens de l’Avent

    Sam 08 décembre 2018

    On pourrait penser que le temps de l’Avent est calme et recueilli chez un pasteur. Eh bien pas du tout ! Comme pour tout le monde, c’est une période frénétique. Claude-Alain Baehler en témoigne !

  • « Je veux être, pendant l’Avent, une « contempl’active » ! »

    Ven 07 décembre 2018

    Elle dit avoir tendance à l’hyperactivité. Du coup, s’arrêter et prendre du temps pour se ressourcer auprès de Dieu lui est primordial. Christine Staiesse, Major à l’Armée du Salut, indique y trouver une tranquillité intérieure tout à fait concrète. Rencontre.

  • « Noël n’est pas un nouveau "black Friday" » !

    Lun 03 décembre 2018

    Pour Alexis Bourgeois, coordinateur romand de StopPauvreté, il y a de la joie à s’approcher de Noël. « C’est une fête qui n’a rien d’un black Friday, mais qui signifie à chaque fois quelque chose de profond ! »

  • Jésus, lumière du monde !

    Sam 01 décembre 2018

    Pour ce premier dimanche de l’Avent de notre calendrier 2018, la pasteure Nathalie Perrot de l’église La Fraternelle à Nyon (FREE) s’émerveille des décorations lumineuses de nos rues. Un effort commercial qui rappelle au final que Jésus seul est LA lumière.

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !