Lomé 3: Jean-Luc Simbilyabo de RDC reçoit le Prix François Sergy (un article accompagné d'une émission de radio)

lundi 30 novembre 2020

Le séminaire de formation des acteurs chrétiens des médias d’Afrique francophone s’est terminé le vendredi 27 novembre par l’octroi du Prix François Sergy à une démarche médiatique méritante. C’est Jean-Luc Simbilyabo de l’est de la République démocratique du Congo qui l’a obtenu pour un projet de « radio intégrale » original. Une interview radio est aussi disponible grâce à Dodji Juliette Kpessou (Radio Hosanna, Porto-Novo) et Benjamin Holl (Radio Vie nouvelle, Douala).

  

Le vendredi 27 novembre, lors de la cérémonie de clôture de la semaine de formation du Forum des médias chrétiens d’Afrique francophone (FOMECAF), le pasteur congolais Jean-Luc Simbilyabo a reçu le Prix François Sergy. « Dans la province de l’Ituri, une région profondément marquée par des troubles intertribaux, ce directeur de radio a relevé le défi de la ‘radio intégrale’ et contribué par les ondes à apporter un message de paix et de réconciliation », a relevé Emmanuel Ziehli, directeur de Radio Réveil et cheville ouvrière de l’organisation de Lomé 3.

Un pasteur passionné de radio

Membre des Communautés Emmanuel de l’Ituri (39 CE), des Eglises avec lesquelles la FREE a entretenu des liens pendant de nombreuses années, Jean-Luc Simbilyabo est un passionné de radio. Ce pasteur de formation s’est lancé en 2012 dans la création à Nyakunde de la Radio télé Evangile Réconciliation (RTER). Cette radio émet chaque jour entre 5h et 22h et son temps d’antenne est réparti entre le français à 50 pour cent, le swahili à 30 pour cent, et le reste entre l’anglais et le lingala. « L’obtention de ce prix m’encourage à persévérer, commente l’heureux récipiendaire. Ce que nous faisons dans un coin reculé, le Seigneur l’honore. Du néant, il peut élever un projet ! »

Une radio en prise avec les violences interethniques

Pour contribuer à désamorcer les conflits tribaux à Nyankunde et dans la ville frontière de Bunia, Jean-Luc Simbilyabo a créé, depuis Lomé 2 en 2019, de nouvelles émissions comme « Jeunesse espoir pour demain ». Cette émission encourage des jeunes, sans emploi et donc sensibles au message des rebelles, à créer de petites entreprises. Grâce au soutien financier d’un commerçant local chrétien, la radio a acheté des motos qu’elle met à disposition de ces jeunes qui font ainsi du « taximoto ». « Avec leurs revenus, ils peuvent même verser une contribution au soutien de la radio », se réjouit le directeur de la RTER.

La mise en place de programmes destinés aux jeunes suscite aussi l’intérêt de rebelles armés dans la région. « Certains téléphonent à la radio et posent des questions, explique Jean-Luc Simbilyabo. Ils demandent même la rediffusion de certains programmes. »

Et des panneaux solaires !

La RTER est une œuvre missionnaire financée entièrement par des offrandes volontaires. Vu que les dons ne suffisent pas toujours pour couvrir le budget de la station, ce pasteur passionné va prochainement installer des panneaux solaires sur le toit du bâtiment de la radio pour permettre aux habitants de la région, contre rétribution, de recharger leur téléphone portable sur des bornes ad hoc. Grâce à cette source d’électricité gratuite, il souhaite aussi développer un service de bureautique avec une possibilité de traitement de texte et d’impression de documents. Tout cela pour générer des revenus afin de financer les salaires des employés de la radio.

Le prix François Sergy a été institué en 2019. En lien avec le FOMECAF, il rend hommage à une activité radio particulièrement méritante, en mémoire du journaliste François Sergy, collaborateur de Radio Réveil, aujourd’hui décédé, lui-même d’origine africaine. En 2019, c’est Dodji Juliette Kpessou qui l’avait reçu pour sa série de chroniques « L’O2Vie ».  (c)

Le site du FOMECAF.

Note
1 Ecouter les chroniques « L’O2Vie » de Dodji Juliette Kpessou sur le site de Radio R.
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !