Haïti : Francine Buchmann donne une nouvelle orientation à son service

vendredi 08 mai 2015

Nouvelle orientation pour Francine Buchmann, envoyée de la Chapelle de Clarens (FREE) en Haïti : après 18 ans à la direction de l’école l’Epi aux Gonaïves, elle se lance dans la formation continue et les activités parascolaires.

SME logo RVB 2Francine Buchmann vit depuis 23 ans en Haïti. A la tête de l’école l’Epi aux Gonaïves, elle passe par un temps de transition. Agée de 55 ans, elle partage depuis 2009 la direction de l’école qu’elle a fondée, avec un Haïtien : Robbins Acciméus. A l’avenir, elle envisage d’orienter différemment son engagement sur place. « Je vais moins m’occuper de l’école, explique-t-elle, et davantage développer de nouvelles activités. »

Des cours du soir pour la formation continue des enseignants

En octobre prochain, elle souhaite lancer des cours du soir qui feront office de formation continue des enseignants en français et en pédagogie. « Cette formation sera ouverte à tous les enseignants de la région des Gonaïves, ajoute-t-elle. Nos enseignants, dans notre école mais aussi dans les autres écoles de la ville, ont besoin de développer leurs compétences en français. Sur place, on a en effet l’impression que la maîtrise de la langue de Voltaire est de plus en plus négligée au profit du créole, alors qu’une bonne maîtrise du français est un véritable gage d’avenir professionnel. »

Développer l’offre en activités parascolaires

Le second axe que Francine Buchmann aimerait développer en lien avec l’Epi, ce sont les activités parascolaires, quasi inexistantes dans la ville des Gonaïves, notamment durant les vacances estivales. « Cet été, nous aimerions commencer modestement avec deux semaines de ce que nous appelons en Haïti les ‘camps de jour’. » La mise sur pied de ces activités pour enfants a été possible grâce à la venue sur place l’an dernier d’un groupe d’une Eglise évangélique d’Albi. Dix-huit personnes entre 19 et 60 ans ont proposé une formation au travail parmi la jeunesse, appelée BAFA en France, à une douzaine de Haïtiens. « Cet été, nous espérons étoffer ce groupe d’animateurs, ce qui pourrait nous permettre durant les prochaines années d’offrir davantage de camps de jour aux enfants de notre région. »

Une petite maison pour ses vieux jours

Voilà 18 ans que Francine Buchmann a fondé l’école l’Epi aux Gonaïves. Elle est passée par tous les malheurs qui se sont abattus sur cette région : cyclones, tremblement de terre, crise économique… Et elle a le désir de finir sa vie sur place. « Vu que ma fille adoptive s’est mariée en Haïti, je n’envisage pas de revenir en Suisse, lâche-t-elle. A moins que Dieu me le demande expressément ou en décide autrement ! De plus, nombre de mes amis vivent sur place et nous constituons une sorte de famille aux Gonaïves. » De toute façon en Haïti, les gens ne prennent pas de retraite et continuent à être utiles jusqu’à leur décès, même s’ils ne font pas les choses au même rythme qu’avant.

Peu avant Pâques, alors qu’elle s’apprêtait à quitter Haïti pour venir en Suisse, Francine Buchmann a appris que le directeur de l’Epi envisageait de lui construire une petite maison. « De quoi me permettre d’être autonome, lorsque mes vieux jours seront venus ! », souligne-t-elle.

Serge Carrel

Le site de l’association « Les Amis de l’Epi en Haïti »

La page Facebook de l’école l’EPI

  • Encadré 1:

    L’EPI pourrait accueillir des groupes d’Eglises et des enseignants formateurs
    Francine Buchmann est prête à accueillir dans son école des Gonaïves des groupes de jeunes ou des groupes d’Eglise intergénérationnels pour un engagement missionnaire de courte durée. A la suite de ce qui s’est vécu avec l’Eglise évangélique d’Albi, un tel groupe pourrait contribuer à l’animation d’activités parascolaires pendant l’été ou apporter autre chose à l’école en fonction des compétences des participants.

    Francine Buchmann verrait aussi d’un bon œil la venue dans son école d’enseignants formateurs en français, pédagogie et didactique. Ceci afin de renforcer les compétences professionnelles des enseignants de l’EPI et des enseignants de la région, dans le cadre de la formation continue qu’elle envisage de proposer.
    Infos : secretariat@lafree.ch.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !