«Un autre point de vue à propos de l’initiative relative à l’interdiction de se dissimuler le visage» par Christian Bibollet, Shafique Keshavjee et d'autres

Christian Bibollet, Shafique Keshavjee et d'autres vendredi 12 février 2021 icon-comments 7

Le 7 mars, le peuple suisse sera appelé à se prononcer à propos de l’initiative proposant une modification de la Constitution, afin d’interdire le voilement du visage. Dans un communiqué daté du 8 février 2021, un groupe de citoyens de diverses traditions religieuses propose ici un autre avis que celui exprimé par le Conseil suisse des religions (CSR).

 

Dans sa prise de position du 25 janvier 2021, le Conseil suisse des religions (CSR) recommande de rejeter l’initiative populaire au profit du contre-projet indirect du Conseil fédéral et du Parlement(1). Nous, signataires du présent communiqué, reconnaissons que le peuple devra se prononcer moins sur une question de sécurité que sur la place de l’islam politique et radical (salafiste, wahhabite et des Frères musulmans) dans notre société. Nous ne pouvons cependant pas appuyer la position du CSR qui nous paraît faire fausse route pour les raisons suivantes.

1. Sa prise de position n’évoque pas les raisons données par la tradition musulmane pour demander le voilement des femmes, un aspect fondamental pour bien comprendre les enjeux du débat. C’est à partir du Coran (ch. 24.30-31), que les savants musulmans ont élaboré la notion de « partie indécente du corps » que les croyants doivent cacher aux regards. Ils expliquent que chez l’homme, elle concerne la partie située entre le nombril et les genoux tandis que chez la femme musulmane libre, elle s’étend à l’ensemble du corps, à l’exception du visage et des mains.

2. Nous abondons dans le sens du CSR lorsqu’il insiste sur « l’interdiction de toute forme de discrimination », attitude que nous ne pouvons qu’approuver. Malheureusement, il semble lui échapper que le port du voile est justement un cas de discrimination. Les musulmans traditionalistes apprennent en effet aux femmes, dès leur enfance, que leur corps est impudique et honteux parce qu’il éveille chez l’homme des désirs coupables. Un tel enseignement constitue une discrimination indéniable et grave à leur égard parce qu’on leur instille l’idée qu’elles sont des êtres impurs, car facilement instrumentalisés par Satan pour détourner les hommes du chemin de la piété(2).

3. Le CSR soutient que « La personne qui couvre son corps par conviction religieuse veut exprimer sa profonde révérence envers la sainteté du divin et son indignité face à lui et aux êtres humains ». Bien que cette interprétation paraisse louable, l’enseignement traditionnel de l’islam donne un autre sens du voile. En effet, la femme musulmane ne se voile pas par révérence envers la sainteté du divin, mais en raison de sa crainte d’être tenue pour responsable de la chute morale des hommes. Le voile (plus ou moins intégral) n’est donc pas « un symbole extérieur de dévotion à Dieu » (une justification souvent utilisée dans le dialogue interreligieux), mais une pratique qui mène à la mise à l’écart des femmes et, sous la pression des musulmans radicaux, de filles de plus en plus jeunes.

4. Contrairement à ce que soutient le CSR, une telle pratique n’échappe pas au jugement extérieur. Il nous paraît, en effet, indéfendable d’invoquer la liberté de religion – un droit fondamental – pour placer au-dessus de toute critique une pratique discriminatoire qui porte atteinte à un autre droit fondamental de la femme, celui du respect de sa dignité. A la différence du CSR, nous tenons à soutenir les très nombreuses musulmanes, en Suisse et dans le monde, qui luttent pour leur dignité et leur liberté.

5. La paix religieuse que le CSR appelle de ses vœux est une composante essentielle de notre société. Nous soutenons néanmoins qu’elle comporte une exigence de vérité, car il n’y a pas de paix sociale sans vérité. Or, la vérité, c’est que demander à la femme de se voiler – quel que soit le type de voile utilisé – c’est soutenir l’idée qu’elle est une occasion de chutes et un instrument diabolique pour détourner les hommes du chemin de la piété. C’est, du même coup, accréditer la tendance à « diaboliser » la sexualité au lieu d’y voir la possibilité pour l’homme et la femme d’y faire l’apprentissage de l’amour en reconnaissant, dans le respect mutuel, leurs différences et leur égale dignité humaine.

6. Cette paix religieuse requiert aussi de respecter les lois et les coutumes du pays d’accueil. La Suisse est un pays démocratique, riche d’un long héritage chrétien et humaniste. Dans ce pays, femmes et hommes interagissent à visage découvert. Il est du devoir de tous, quelles que soient les convictions religieuses, de respecter cette pratique.

Pour ces quelques raisons et en dépit des faiblesses de cette initiative populaire, nous, signataires de ce communiqué, nous prononçons en sa faveur.

Fabienne Alfandari (juive) ;
Saïda Keller-Messahli (musulmane) ;
Alain René Arbez (prêtre catholique) ;
Shafique Keshavjee (pasteur réformé) ;
Christian Bibollet (évangélique)

 

 

(1) https://www.ratderreligionen.ch/le-conseil-suisse-des-religions-dit-non-a-linterdiction-de-se-dissimuler-le-visage/?lang=fr

(2) Un hadîth de Mahomet (dans L'Authentique de Muslim, Livre du mariage, hadîth 2) précise que « La femme apparaît et se retire sous la forme de Satan ». Afin que Satan ne puisse pas utiliser la femme pour semer la tentation et la dissension parmi les hommes, elle doit donc rester dans l’endroit le plus reculé de sa maison, et lorsqu’elle sort, elle doit se voiler entièrement. Comme le confirme un commentateur classique (Al-Tirmidhi) : « La femme qui ne se voile pas et exhibe ses charmes devient la complice de Satan, pour semer le mal et la tentation dans le cœur des hommes »

Adresse de contact du groupe de citoyens : votations@icloud.com.
Communiqué du Conseil suisse des religions (CSR) : https://www.ratderreligionen.ch/le-conseil-suisse-des-religions-dit-non-a-linterdiction-de-se-dissimuler-le-visage/?lang=fr#more-2185

7 réactions

  • collardé georges vendredi, 12 février 2021 11:58

    je suis pour l'interdiction du port du voile en milieu publique pour deux raisons.
    1- dans le contexte actuel il est dangereux de permettre à des individus de se dissimuler afin de ne pas être identifiés !
    2-obliger la femme à porter le voile est un aveux d'incompétence de la part des dirigeants et Immams qui ne sont pas capables d'enseigner et de faire comprendre aux hommes que c'est eux qui doivent changer de comportement et se méfier de leurs pulsions et leurs instincts qui peuvent rapidement devenir "déviance" si non.

  • Jean-Philippe Röthlisberger vendredi, 12 février 2021 20:10

    Je suis contre parce que les motivations des initiants ne sont pas claires. Cela a pour effet de stigmatiser un groupe religieux, ce dont on n'a pas besoin pour vivre en paix. D'une manière générale, sans parler du voile intégral, la manière décente de se vêtir des musulmanes m'inspire du respect.

  • Jacques-Antoine Pfister vendredi, 12 février 2021 21:41

    Je suis en faveur de l’initiative ; les arguments présentés dans le présent FREE-Info sont des plus pertinents. N’oublions pas cette déclaration, aux relents de menace, du théologien Youssef al-Qaradâwî, référence des Frères musulmans, réfugié au Qatar, en 2002 : "Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous dominerons".

  • jp.Grandchamp dimanche, 14 février 2021 18:29

    Dieu n'a pas créé la femme avec de beaux cheveux long pour qu'elle se voile. Satan ne libère pas, mais il veut tenir l’être humain esclave, prisonnier et dépendant, ceci pour sa perte.

  • Sylvie RG mardi, 16 février 2021 10:04

    Il me semble logique d'interdire ces cagoules, nicabs, burkas, ... qui couvrent presque tout (sauf pour le carnaval, déguisements momentanés )(ou raisons médiales) ... Il y a derrière de MAUVAISES INTENTIONS !

  • Philippe Henchoz mercredi, 17 février 2021 21:24

    Je trouve cette question bien plus délicate qu’il n’y paraît ; je n’ai que rarement été aussi embarrassé avant de mettre mon bulletin dans l’urne.
    Ce pour plusieurs raisons :
    La première étant mon attachement à la dignité de la femme (je peux aisément assumer mon féminisme chrétien), laquelle passe autant par l’autodétermination de celles-ci (ce n’est pas à nous de dicter aux femmes comment elles doivent – entre autres choses – s’habiller ou non) que par sa valorisation dans l’égalité, or leur imposer le voile intégrale contre leur gré (mais comment celui-ci peut être évalué ?) pour ne pas qu’elles suscitent ceci ou cela, n’y contribue pas mais participe plutôt à les enfermer un peu plus dans quelques stéréotypes, et par là les nier dans toute leur légitimité ; cet aspect est civilisationnel. D’une manière ou d’une autre, un signal fort sera envoyé ici aux femmes et aux hommes concerné.e.s. (et peut-être par-delà même nos seules frontières).
    La seconde, c’est qu’il me coûte un bras, au moins, de m’associer (ou d’être associé) à un parti politique avec lequel je ne partage décidément pas grand’chose et qui une fois de plus utilise sur ses affiches de campagne (à nouveau déplorables de simplisme et de populisme) un dessin excessif, outrancier et dégradant qui ne représente en rien la complexité du débat et les nuances requises quand on se veut honnête.
    Enfin, je ne peux pas prêter à l’immense majorité des pratiquant.e.s de la religion principalement visée les intentions malveillantes que beaucoup veulent leur prêter (comme je m’élève en faux contre tout amalgame entre les excès de certains courants évangéliques très minoritaires et tout le mouvement évangélique dans son ensemble).
    Alors, que faire ?

  • Philippe Kaminski jeudi, 18 février 2021 12:59

    @Philippe Henchoz
    Vous affirmez être pour "l'autodétermination de la femme". Que peut-elle être alors dans l'islam radical où elle évolue ? Bien souvent, si elle n'a pas adopté cet islam, elle n'a pas le choix. Ensuite vous craignez de "les enfermer dans les stéréotypes". Mais lesquels ? Qu'elles sont libres de faire ce qu'elles veulent ?
    L'aspect civilisationnel de l'islam radical est d'imposer l'islam comme seule règle de foi et de conduite dans la société. Je comprends que vous ne voulez pas vous associer "aux intentions malveillantes que beaucoup (?) veulent prêter aux pratiquants de la religion visée". Les intentions malveillantes ne seraient que d'un côté selon vous ? Les mêmes, sans doute, qui véhiculeraient les stéréotypes que vous signalez ? Je précise que n'ai pas les affiches incriminées car je ne vis pas en Suisse que j'aime beaucoup.
    Il est navrant que le "combat" politique utilise des "armes" (caricature et autres, qui a toujours existée) et si souvent la politique consiste à choisir le moindre mal, il est nécessaire avoir d'avoir toutes les cartes en main. Vous comprenez ce que je veux dire.
    Bien cordialement
    Philippe Kaminski

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    Lun 01 novembre 2021

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

  • Le fabuleux voyage de David Richir

    Mer 20 octobre 2021

    Il en revient avec des paillettes plein les yeux. David Richir, professeur à la HET-PRO en Nouveau Testament, a participé au premier Forum chrétien romand, qui s’est tenu du 11 au 13 octobre à Leysin. « J’ai fait comme un voyage interculturel au niveau spirituel », indique-t-il mercredi 20 octobre à Morges. Non sans ajouter avoir été profondément enrichi par les pratiques œcuméniques partagées.

  • Les vécus familial et communautaire se complètent

    Jeu 23 septembre 2021

    Alors que les enfants ont repris le chemin de l’école, les familles chrétiennes n’ont pas toutes repris le chemin de l’église. Est-ce problématique ?

  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    Jeu 02 septembre 2021

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

eglisesfree.ch

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

  • Tchad : et si vous étiez envoyés?

    Mar 16 mars 2021

    La Commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) travaille en lien avec Action Missionnaire Internationale partenaires (AMI-p), mission partenaire de la FREE qui oeuvre depuis 60 ans auprès des peuples du Sahel. La mission AMI-p est engagée sur plusieurs lieux dans la région du Tchad, au coeur de la capitale, N'Djaména, ainsi que dans sa banlieue, dans l'est du pays à Abéché et au nord du Togo à Mango. Vous pouvez découvrir davantage sur les champs d'actions en cliquant ici.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !