Une votation qui défie les milieux évangéliques

vendredi 24 janvier 2020

Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

La votation du 9 février sur l’homophobie divise les évangéliques, tiraillés entre la nécessaire protection des personnes fragiles et la liberté d’expression. Trois questions ont été posées par courriel à deux évangéliques d’avis opposés.

L’homosexuel est-il mon prochain, soit quelqu’un dont je dois prendre soin lorsqu’il est blessé, comme le ferait Jésus ?

Marc Früh : « Oui, tout être humain, même notre pire ennemi, a droit à l’accueil, à notre amour. »

André Varidel : « Jésus nous a montré l'exemple, pourquoi ne le suivrions-nous que sous condition ? Au grand dam des religieux de son époque, Jésus s'est préoccupé en priorité de tous ceux qui étaient les parias de la société d'alors, sans jamais les juger. Il s'en est approché, a mangé et bu avec eux, se mettant à table avec eux (symbole de communion dans cette culture), provoquant la colère des intégristes d'alors. Donc oui, le chrétien disciple du Christ considère la personne homosexuelle comme étant son prochain au même titre que n'importe quel humain, sans critère d'évaluation personnel. »

Si cette loi passe, pourra-t-on dire encore publiquement que l’on ne cautionne pas l’homosexualité ?

Marc Früh : « Certes vous pourrez encore dire cette phrase. Par contre à la question : Pourquoi vous ne cautionnez pas ? Il sera très difficile de répondre en dehors des lieux privés. Or enseignants, éducateurs, corps médicaux, pasteurs et médias doivent pouvoir parler librement et en public de la sexualité, sans avoir à craindre des sanctions qui peuvent aller jusqu’à trois ans de prison ou à une amende pécuniaire. L’interprétation de la loi n’est pas encore établie. Comment sera interprété le mot « … qui abaisse ou discrimine … » (article 261 bis §3) ? Dire « qu’un couple homosexuel ne peut pas procréer », ce qui est dans l’ordre des lois biologiques millénaires, pourra éventuellement vous amener au tribunal, car vous aurez abaissé la personne.Déterminer à partir de quel moment un discours est haineux est difficile à établir. Les critères sont subjectifs et la perception des paroles est liée à de nombreux étalons individuels. Ceci ouvre la porte à de nombreux abus, à une avalanche de plaintes, à beaucoup de travail judiciaire. »

André Varidel : « Rappelons qu'il ne s'agit que d'ajouter le critère de l'orientation sexuelle à une loi entrée en vigueur depuis de nombreuses années (janvier 1995), visant à protéger de l'appel à la haine et la discrimination sur la base de l'appartenance raciale, ethnique ou religieuse. La démonstration a été faite depuis toutes ces années que l'application de cette loi n'a pas empêché le débat, chacun ayant été témoins de discours et affichages pour le moins virulents et critiques à l'égard des groupes concernés. L'extension de la protection accordée par cette loi n'en changera ni le caractère ni les principes d'application. Donc oui, on pourra encore exprimer que l'on ne cautionne pas l’homosexualité. »

En résumé, pourquoi voterez-vous non, pourquoi voterez-vous oui le 9 février prochain ?

Marc Früh : « Je voterai non. Insinuer que le peuple suisse discrimine la communauté LGBT+ est inacceptable, car les gay Pride et leur présence médiatique prouvent le contraire. Des mouvements LGBT+ estiment aussi qu'ils ne sont pas persécutés et refusent d'être assimilés à des personnes incapables de se défendre avec les lois actuellement à disposition. Je dis donc non à une loi liberticide, qui empêcherait la condamnation des LGBT+ qui saccagent des magasins. Les sept attaques des succursales du chocolatier Läderach, partiellement détruits en raison de son opinion pro vie, sont des exemples à ne pas ignorer. »

André Varidel : « Je voterai oui, parce que la discrimination et l'appel à la haine sont une réalité que vivent les personnes LGBT+ et qu'il manque actuellement un outil légal pour protéger cette communauté fragilisée. Je voterai oui, parce qu'on m'a appris déjà enfant qu'il fallait tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, et qu'une loi m'y invitant ne pose aucun problème.
Enfin, je voterai oui en tant que chrétien et disciple du Christ, parce que les exigences de l'Évangile m'invitent à accorder bien plus d'importance à la bienveillance qu'à ma liberté d'expression et que la Bible me dit (Jacques 1 :26) que "celui qui ne sait pas tenir sa langue en bride, sa religion est vaine". »

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !