Reconnaissance vaudoise d’intérêt public : Anglicans, Musulmans et Evangéliques en plein travaux

mercredi 01 avril 2015

Evangéliques, Anglicans et Musulmans vaudois travaillent d’arrachepied à leur demande de reconnaissance d’intérêt public. L’un des enjeux est la présence officielle d’aumôniers dans les hôpitaux et les prisons. « Comme aussi le fait de participer au développement de la société avec nos valeurs », commente mercredi Olivier Cretegny, président de la Fédération évangélique vaudoise (FEV).

« Ce qu’on gagne par une reconnaissance d’intérêt public ? Mais c’est ce qu’on peut apporter en termes de soutien à nos autorités qui est intéressant », affirme Olivier Cretegny, président de la FEV. Interpelé sur l’état des travaux de ce dossier, il précise qu’une rencontre le 23 avril réunira les responsables des cinq fédérations que coiffe la FEV, des hommes de loi et des députés évangéliques. Leur but  est de définir la façon d’adapter les statuts de la FEV pour qu’elle soit « formellement organisée au plan cantonal », selon le règlement d’application vaudois sorti en novembre dernier.

« Une fois reconnus d’intérêt public, nous serons consultés sur tout projet qui nous concerne, se réjouit-il. Et nous voulons travailler en faveur de la paix, en donnant de l’importance par exemple à la famille et aux plus démunis d’entre nous. » Autre intérêt de taille pour les communautés religieuses candidates à la reconnaissance d’intérêt public : la présence officielle d’aumôniers dans les prisons et hôpitaux, qui est actuellement accordée à bien plaire. « Et puis nous aurons une identité plus claire dans nos relations avec l’Etat et pourrons accéder aux données du contrôle des habitants. »

Les Eglises se vident...

« Les Eglises se vident et cette reconnaissance nous permettrait d’obtenir les coordonnées des nouveaux Anglicans qui s’installent dans le canton », lui fait écho à Pully Rosemary Raedler, en charge du dossier pour cette communauté religieuse. Le souci de se constituer en assemblée vaudoise est également présent chez les Anglicans : « Avant de déposer notre dossier, nous devons créer une association qui regroupe les différentes Eglises anglicanes présentes dans le canton et les catholiques chrétiens auxquels nous sommes liés. » Les assemblées annuelles des paroisses ont lieu ces jours et elles doivent modifier leurs statuts en vue de se regrouper en une seule communauté religieuse. Selon le calendrier fixé, Anglicans et Vieux catholiques prévoient de déposer leur demande fin juin auprès du canton.

Démonstration d’une intégration

Du côté musulman, l’Union des associations musulmanes vaudoises (UVAM) doit se réunir le 11 mai pour discuter de son dossier de demande de reconnaissance d’intérêt public. « A lui seul, notre vœu de reconnaissance est la démonstration de notre intégration dans le pays où nous vivons », indiquait récemment son président Pascal Gemperli dans les colonnes du quotidien 24 Heures. Il ajoutait cependant que les membres de l’UVAM se posaient beaucoup de questions par rapport au risque de refus.
Une fois la demande de reconnaissance déposée, l’examen du dossier par une commission d’experts peut prendre jusqu’à cinq ans.
Actuellement, seuls les Eglises réformée, catholique romaine, ainsi que la communauté israélite sont reconnus par l’Etat de Vaud.

Gabrielle Desarzens

 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 novembre

  • «La prévention des abus sexuels dans les Eglises» avec Jacques Poujol (CMI)
  • «Le pain du ciel» avec Camille Kursner (SPPA)

27 novembre

  • «Vigne et vin dans la Bible» avec Nathalie Perrot (CMI)
  • «Le pain du ciel (II)» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !