Réseau des scientifiques évangéliques : « Homme et femme, quelles différences ? »

Antje Carrel mercredi 04 mai 2016

Le samedi 30 avril, le Réseau des scientifiques évangéliques de Suisse romande a organisé une série de conférences sur la thématique : « Homme-Femme, quelles différences ? » Rétrospective.

La journée annuelle du Réseau des scientifiques évangéliques de Suisse romande (RSESR) se tenait à Nyon, à l’église de la Fraternelle, ce samedi 30 avril. Elle a réuni une centaine de Romands pour réfléchir à la question des différences entre homme et femme, autant d’un point de vue génétique, neurologique, psychologique que philosophique. Alors que dans le monde évangélique, les discussions théologiques sur l’homme et la femme se résument souvent dans un débat entre les points de vue « égalitarien » et « complémentarien », le RSESR a proposé d’aborder le sujet différemment, avec des clés de lecture scientifiques.

L’émergence d’un « troisième sexe »

En montrant des exemples de perturbations chromosomiques du développement sexuel, le professeur en neurologie de l’Université de Berne, Jean-Marc Burgunder, a développé la perspective d’un possible mélange de genres. Dans de rares cas de maladie, ces variations chromosomiques peuvent avoir une influence sur les organes génitaux, conduisant à une masculinisation des femmes ou alors à une féminisation des hommes. Ce qui entraîne le développement d’un « troisième sexe ». Jean-Marc Burgunder a donc posé la question de l’appartenance de l’homosexualité à la sphère de la nature ou de la culture, lors de telles variations génétiques de type biologique.

Stéphanie Clarke, professeure et cheffe de service de neurologie et de neuroréhabilitation au CHUV, a abordé les différences de performances cognitives chez l’homme et la femme, mises en avant par certains chercheurs. Il est ainsi possible de constater une asymétrie liée au langage et à la communication entre les deux hémisphères du cerveau. Lors d’un acte de parole émotionnel, l’homme aura la partie avant gauche de son cerveau activée, tandis que, chez la femme, on peut observer une activation bilatérale. Le sex-ratio (rapport entre l'incidence de la maladie chez les hommes et chez les femmes) des maladies psychiques est très variable selon le type d'affection, et les maladies physiques présentent aussi des différences notables - l'infarctus a par exemple des signes cliniques très différents selon le sexe de la personne. De nombreuses différences ont ainsi été relevées, cependant beaucoup de celles-ci ont été mises en doute par des analyses et méta-analyses plus récentes, et doivent être réexaminées et précisées. Une certitude sous-jacente demeure : il y a de réelles différences entre le cerveau masculin et féminin. Celui de l’homme est, entre autres, plus grand que celui de la femme (sans incidences repérables en termes de performances).

Une psychiatre à propos de ses patients transexuels

Après un aperçu génétique et neurologique, la question de la transsexualité et du changement de sexe a été abordée par la psychiatre et sexologue Juliette Buffat, qui a parlé de ses expériences cliniques d’accompagnement de patients transsexuels. Cette psychiatre a relevé la faculté de l’être humain de changer autant physiologiquement que psychiquement avec la prise d’hormones masculines ou féminines. Ainsi, certaines de ses patientes devenues hommes ont relevé une stabilisation des humeurs, alors que des patients devenus femmes ont constaté l’opposé. Juliette Buffat a aussi mentionné l’accompagnement d’évangéliques dont les tendances homosexuelles n’étant pas acceptées avaient eu recours à un changement de sexe afin de pouvoir vivre leur sexualité, tout en restant dans l’Eglise.

Le philosophe et théologien Charles-Eric de Saint-Germain a ensuite conduit la discussion vers une approche philosophique, en parlant de la théorie des genres et de la transition qu’a parcourue la pensée occidentale au cours du XXe siècle. Ainsi une éducation marquée par une psychologie sexuée, a laissé la place à un mouvement féministe qui a tenu à abolir cette « aliénation » sexuelle, déconstruisant toutes les normes sociales. La « théorie queer » (queer theory) s’attèle dorénavant à remettre en cause la vision précédente, trop marquée par une norme hétérosexuelle. Il est ainsi possible de constater un mouvement vers une déconstruction du paradigme du genre sexuel, avec l’espoir d’atteindre la liberté.

Des propos pour mieux entrer en relation et accueillir

La dernière conférence a proposé une approche théologique de la relation homme-femme, basée sur le verset 27 de Genèse 1 : « Dieu créa les hommes pour qu’ils soient son image, oui, il les créa pour qu’ils soient l’image de Dieu. Il les créa homme et femme » (Semeur). Le philosophe et théologien catholique, François de Muizon, a ainsi relevé la nécessité pour tout être humain de vivre dans une unité de sa propre personne, avec sa propre tâche, sa propre mission et son propre avenir. Alors même qu’Adam vivait en communion avec Dieu dans le jardin d’Eden, il se sentait seul. François de Muizon relève ainsi que la femme répond à une solitude de l’homme. C’est donc dans un contexte d’alliance – alliance avec Dieu, et aussi alliance conjugale – que l’homme et la femme peuvent s’épanouir pour devenir des être humains pleinement intégrés.

Cette journée de réflexion s’est terminée par une table ronde sur les différences entre homme et femme. Cette discussion a permis d’établir des pistes de réflexion sur les différences biologiques et psychologiques des êtres humains, tout en soulevant des questions qui pourraient mener à une meilleure interaction ainsi qu’à un meilleur accueil de toute personne transsexuelle et/ou homosexuelle dans le cadre des Eglises évangéliques.

Antje Carrel

Les enregistrements des conférences et de la table ronde sont à disposition sur le site internet du RSESR.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !