En décembre, l’Armée du salut vous ouvre ses « marmites »

dimanche 11 novembre 2018

Cette année 2018, en décembre, la Division romande de l’Armée du salut invite les non-salutistes à participer à ses « actions marmites ». Chrétiens et sympathisants auront la possibilité de revêtir une écharpe rouge, de se joindre aux équipes et d’aller à la rencontre des passants.

Comme chaque année, au mois de décembre, l’Armée du salut installera ses marmites dans les rues de nos villes : collecte pour les personnes démunies, musique, journaux sur le thème de Noël… tout sera comme d’habitude. Ou presque ! En effet, cette année, l’organisation invite les non-salutistes qui le désirent à participer à l’animation des marmites.

« La participation aux marmites de l’Armée du salut a toujours été ouverte aux non-salutistes, explique Melissa Jean-Mairet, secrétaire à la Division romande de l’Armée du salut. Mais cette année, nous désirons donner une nouvelle dynamique à notre action et rafraîchir le concept. Nos marmites constituent une tradition qui peut évoluer. » Cette année, en décembre, l’organisation serait heureuse de pouvoir collaborer avec une vingtaine de personnes non-salutistes. Chrétiennes ou non, celles-ci doivent cependant se reconnaître dans les valeurs de l’Armée du salut.

Activités variées autour des marmites

Les activités autour des marmites sont variées. Certaines personnes chantent, d’autres accompagnent avec leur instrument de musique, d’autres encore assurent une présence auprès des passants. Les participants habillés en civil portent une simple écharpe rouge. « En plus d’ajouter des chants plus modernes à notre répertoire de chants traditionnels, nous désirons ouvrir nos prestations à des sketchs et à de petits spectacles de danse », précise Melissa Jean-Mairet.

Durant le mois de décembre, l’Armée du salut a programmé une vingtaine de « marmites » à Genève, Lausanne, Yverdon-les-Bains, Neuchâtel, Tramelan, Morat et Payerne. Chacun peut s’y engager selon ses disponibilités. Il suffit de prendre contact avec la division romande de l’Armée du salut.

Claude-Alain Baehler

Pour tout contact : Division romande de l’Armée du salut, avenue Haldimand 59, 1400 Yverdon-les-Bains, tél. 024 425 25 11, courriel : qgd_romand@armeedusalut.ch. Site de la branche romande de l'Armée du salut. Armée du salut en Suisse.

  • Encadré 1:

    Une histoire de marmites

    En 1891, Joseph McFee, capitaine de l’Armée du salut à San Francisco, a décidé d’aider les plus démunis, surtout à l’occasion de Noël. Afin de récolter l’argent nécessaire, il a repris une tradition pratiquée à Liverpool, en Angleterre : un grand chaudron placé sur le quai, à l’arrivée des bateaux, dans lequel les passagers versaient de l’argent destiné aux pauvres.

    Ainsi, Joseph McFee a suspendu un chaudron à un trépied, près du quai d’embarquement d’un ferry boat de San Francisco, et a encouragé les passants à « faire bouillir la marmite ». Il a récolté assez d’argent pour préparer un repas de Noël pour les plus pauvres de la ville.

    Dans les années qui ont suivi, la tradition des « marmites » s’est répandue. Elle est apparue en Suisse aux alentours de 1900. Aujourd’hui encore, l’argent récolté sert à soutenir le travail social de l’Armée du salut.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • La 11ème plaie d’Egypte (4/9)

    Lun 02 août 2021

    Il y a les référentiels que l’on convoque pour parler du Covid 19, mais aussi des objets. Isabelle Donegani, soeur catholique de Saint-Maurice, prend une tête en terre qu’elle a elle-même façonnée : « Je lui ai faite de belles oreilles pour symboliser ce que l’on doit entendre. Et peut-être aujourd’hui plus que jamais ! »

  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Ven 09 juillet 2021

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

  • La 11ème plaie d’Egypte (2/9)

    Lun 05 juillet 2021

    Quel référentiel convoquer pour parler de la pandémie ? Et quelle implication a-t-elle eue sur la foi des croyantes et croyants ? Accompagnante spirituelle dans un home médicalisé, la protestante Marianne Guéroult parle d’une traversée du désert qui l’a tenue éloignée de ses proches.

  • "Subjectif!" épisode 10: Si la foi était un voyage?

    Ven 02 juillet 2021

    Découvrez aujourd'hui le dernier épisode d'une série de 10 capsules vidéo pour faire réfléchir sur la foi, au travers de questions parfois déroutantes posées à des chrétien·ne·s romand·e·s et au-delà. Des capsules de deux minutes environ à partager sans réserve sur tous les réseaux! une coproduction de La FREE, Médias-pro et DM.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !