KidsGames à Gland : 200 enfants vivent les joies du sport

Sélina Imhoff mercredi 22 août 2018

Du 12 au 17 août, les KidsGames 2018 ont eu lieu dans 17 villes et villages de Suisse romande. Plus de 2000 enfants de 7 à 14 ans étaient inscrits pour vivre une semaine sportive pleine d’amitié. Sélina Imhoff était à Gland. Compte rendu !

Ce n’est pas la rentrée, et pourtant les cris d’enfants résonnent déjà dans la cour du collège Grand-Champ à Gland. L’édition 2018 des KidsGames a pris possession des lieux du 12 au 17 août dernier. Plus de 200 enfants de 7 à 14 ans y ont participé.

Bienvenue aux KidsGames de la Côte où un arc-en-ciel d’enfants fourmille entre les différents lieux d’activités. La cour d’école où des jeux les attendent dans les moments de transition, la salle de gymnastique où ont lieu les plénières et certaines autres activités, les vestiaires où un parcours de prière est installé. Tout est mis à disposition pour eux afin qu’ils aient des loisirs, du ravitaillement, des soins et de l’écoute.

Des bénévoles fidèles au rendez-vous

Kidsgames 2Tout ceci est rendu possible grâce à une superbe équipe allant du comité d’organisation en passant par les coaches d’équipe jusqu’aux fidèles bénévoles formant une équipe bien rôdée. En effet, chaque année, un groupe de bénévoles se retrouve soit lors des KidsGames, soit lors des CrazyGames (deux événements sportifs pour enfants qui alternent une année sur deux). Chacun des bénévoles a son rôle à jouer et c’est toujours avec grand plaisir qu’ils se réunissent pour offrir aux enfants une semaine unique au cœur de l’été.

Quant aux enfants, les KidsGames sont pour eux le rendez-vous de l’amitié et de la joie. C’est en équipe qu’ils passent la semaine. Ils apprennent à s’encourager, à se soutenir mutuellement. Que ce soit dans le sport ou dans les temps de louange et de méditation, les KidsGames permettent aux enfants de goûter à toutes sortes de valeurs qui les aideront à se former. Cette année, c’est autour d’animaux que la réflexion est menée. Comme par exemple une grenouille qui devient comme morte pour passer l’hiver, avant de ressusciter à l’arrivée du printemps. Elle inspire l’espérance et des discussions sur l’existence de ce thème dans la vie des enfants. De plus, un parcours de prière leur est proposé autour du Notre Père. Ce projet, élaboré par la Ligue pour la lecture de la Bible, leur permet de s’arrêter et de découvrir par des photos, des textures, de la nourriture et des objets les différentes notions abordées dans cette prière.

L’unité des Eglises est une force

Le Notre Père est prié par tous les horizons du christianisme. D’ailleurs, l’aspect œcuménique est une des grandes forces des KidsGames. C’est peu à peu, au travers des différentes éditions, que le comité s’est composé de différents représentants chrétiens de la région. Ainsi catholiques, réformés et évangéliques œuvrent ensemble pour cet événement. Pour Thomas Salamoni, pasteur dans l’Eglise évangélique Arc-en-ciel à Gland (FREE) et membre du comité KidsGames, « c’est un privilège de voir la confiance se tisser par ces collaborations. Il y a une unité vécue au travers de ce projet.  Ce partenariat inter-ecclésial demande beaucoup de communication et de flexibilité, mais le jeu en vaut la chandelle. »

Le rassemblement des différentes confessions est un réel témoignage pour la région. C’est grâce à lui, par exemple, que les lieux sont mis à disposition chaque année par la commune de Gland. « Le lien de confiance est une réalité qui doit être considérée avec beaucoup de reconnaissance et de respect», ajoute Thomas Salamoni. Comme quoi, aux KidsGames, que l’on soit petit ou grand, tout le monde est vainqueur !

Sélina Imhoff

Le site des KidsGames.

  • Encadré 1:

    Des vidéos autour de cette édition des Kidsgames

    La vidéo de la cérémonie d'ouverture.

    Kidsgames

     

    Le site Internet des vidéos du défi romand.

    Vidéos Kidsgames

     

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !