Lausanne : pas vraiment de débat aux Terreaux autour du dernier livre de Shafique Keshavjee

Serge Carrel mardi 30 avril 2019 icon-comments 4

L’Espace culturel des Terreaux à Lausanne a manqué à sa vocation lundi soir 29 avril. Organisé par l’Eglise réfomée et l’Eglise catholique, le débat autour du dernier livre de Shafique Keshavjee : « L’islam conquérant » s’est révélé frustrant. Pour deux raisons : l’absence de l’auteur et le manque de compétences dans l’organisation du débat.

Organiser un débat est un art difficile. Il ne s’agit pas simplement de convier quelques personnes plus ou moins compétentes, d’avoir un animateur qui peut cadrer les propos des invités et de lancer la machine… Pour un bon débat, il faut un mélange de gens compétents et profilés pour qu’il y ait échange… Il faut aussi du côté de l’animateur le choix de quelques questions clés autour desquelles le débat peut s’articuler. Hier soir, à l’Espace culturel des Terreaux, tout est allé de travers pour le débat autour du livre de Shafique Keshavjee : « L’islam conquérant. Petit guide pour dominer le monde. Textes – Histoire – Stratégie ».

Absence tant de l’auteur que de structure au débat

L’auteur du livre, pasteur et théologien réformé, personnalité connue et respectée du canton de Vaud, n’était pas présent. Il avait refusé de participer à ce débat. A son avis, un minimum d’équilibre entre les points de vue n’était pas respecté. Il avait davantage l’impression de passer en tribunal pour son livre que d’être convié à une confrontation équitable sur un sujet délicat.

Michel Grandjean, professeur très compétent d’histoire du christianisme à la Faculté de théologie de Genève, a laissé les invités présenter leur opinion sur le livre, mais n’a nullement mis sur la table les questions délicates que pose l’ouvrage. Du style : que font les musulmans des textes violents de leur tradition religieuse ? Shafique Keshavjee, dans son analyse des textes violents du Coran et des hadiths, ne réduit-il pas leur interprétation à la seule lecture littéraliste que font les djihadistes ? A l’heure de la possible reconnaissance d’intérêt public des musulmans dans le canton de Vaud, quelles garanties donnent-ils contre les radicalisations internes, souvent promues de l’étranger ? Subventionnées massivement par des fonds quataris ou saoudiens, certaines communautés ne vont-elles pas jouer le jeu de puissances étrangères qui se fichent du respect des droits humains, des droits des femmes tout particulièrement, et de la liberté de changer de religion ?

« Pas un livre scientifique ! »

Le débat a commencé par une présentation neutre du livre de Shafique Keshavjee par le sociologue de l’UNIL Philippe Gonzalez. Puis, Wissam H. Halawi, professeur d’histoire sociale et culturelle de l’islam à la Faculté de théologie de Lausanne, a relevé que « L’islam conquérant » n’était pas un livre scientifique, mais plutôt un essai politique ou idéologique, et que, du point de vue de la méthodologie, cela ne correspondait pas à ce qu’il enseignait à ses étudiants.

Le sociologue Philippe Gonzalez a repris la parole pour dire que « L’islam conquérant » laissait peu de place au travail important des diverses traditions religieuses musulmanes qui « calibrent l’interprétation d’un texte du Coran ou des Hadiths » et qui, ce faisant, évitent la violence. Par ailleurs, le sociologue spécialisé dans la présence des religions dans l’espace public a souligné que le livre du pasteur vaudois avait été publié conjointement avec l’Institut pour les questions relatives à l’islam (IQRI), une instance proche du Réseau évangélique suisse. Donc que cet ouvrage est proche d’une perspective des milieux évangéliques qui développeraient un agenda politique particulier, tant aux Etats-Unis qu’en Suisse.

Ensuite Sandrine Ruiz, présidente de l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM), a pris la parole et confessé qu’elle n’avait pas lu le livre dans son intégralité ! Elle s’est dit « choquée de voir des traditions religieuses assimilées à un système suprême ». Elle a été gênée par le fait que Shafique Keshavjee assimile l’islam à une démarche de conquête politique et de prise de pouvoir. Adepte d’une vision spirituelle de la tradition islamique, la présidente de l’UVAM a relevé que « pour un musulman revenir à la lecture du Coran c’était goûter à l’apaisement et que la salutation du matin en arabe, « Salamalekum », n’était nullement une invitation à la violence, mais une invocation de la paix sur la personne rencontrée. »

« Y a-t-il des musulmans pour entendre les craintes ? »

Quatrième intervenant : le journaliste et théologien Michel Kocher a fait un pas de côté par souci pour la qualité du débat public autour d’un tel livre. Peinant à discerner le genre littéraire de « L’islam conquérant », le journaliste de RTS religion a perçu dans cet ouvrage « un objet hybride, mélange d’apologétique chrétienne et de souci pastoral ». Il a aussi proposé d’aller plus loin dans l’examen des intentions de son auteur, très actif pendant de longues années dans le dialogue interreligieux à L’Arzillier, la Maison du dialogue à Lausanne. Y a-t-il là le signe d’une crise personnelle ou religieuse ? s’est-il demandé. Shafique Keshavjee, a-t-il besoin d’interlocuteurs musulmans à même d’entendre les craintes et les critiques d’un théologien chrétien que la situation de nombre de coreligionnaires de par le monde préoccupe profondément ?

L’assistance a ensuite posé des questions et fait part de ses remarques sans qu’un véritable débat se noue… nous laissant sur notre faim par rapport aux intentions de Shafique Keshavjee et ne dissipant nullement les craintes que nombre de Vaudois entretiennent par rapport à la demande de reconnaissance d’intérêt public que s’apprête à déposer l’UVAM. Dommage, parce que l’Espace culturel des Terreaux, avec sa tradition de rencontres tous azimuts, est peut-être le lieu par excellence où « L’islam conquérant » aurait pu être examiné et faire avancer le discernement commun !

Serge Carrel
Journaliste et ancien animateur de débats
 
Shafique Keshavjee, L’islam conquérant. Textes, histoire, stratégies, Romanel-sur-Lausanne, Institut pour les questions relatives à l’islam (IQRI), 2019, 232 p.
 
Voici la présentation vidéo du livre de Shafique Keshavjee: «L’islam conquérant » dans le cadre de l'émission TV Ciel! Mon info diffusée sur Theotv-Maxtv:
 

4 réactions

  • virginie chappuis mercredi, 01 mai 2019 10:16

    j'étais présente à ce débat qui m'a laissé perplexe tant sur l'absence de l'écrivain que sur la non discussion du fond.
    De plus, quand on ne lit pas un ouvrage on ne vient pas débattre car on est pas légitime dans ce cas précis !

  • Laurence Lebet jeudi, 02 mai 2019 11:19

    Il n'y a pas eu de débat pour la simple raison que les détracteurs de Shafique Keshavjee n'avaient aucun argument valable contre ce qu'ils appelaient ses "thèses". Ils en étaient réduits à faire du hors-sujet.

  • raymond cretegny vendredi, 17 mai 2019 16:16

    Il serait aussi intéressant de mentionner la prise de position du théologien prof.
    Marguerat interview pleine page dans 24heures de ces derniers jours.

  • SC dimanche, 19 mai 2019 01:26

    Voici le lien à l'interview de Daniel Marguerat sur le site de 24heures: https://www.24heures.ch/vaud-regions/temps-musulmans-sortent-silence/story/29833980

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !