« Osons la solidarité ! » : Norbert Valley invite à libérer la justice helvétique de son emprisonnement !

jeudi 27 juin 2019

Lors de la manifestation « Osons la solidarité ! » à Lausanne samedi 22 juin, le pasteur de la FREE Norbert Valley a eu l’occasion de prononcer un discours sur les marches de l’Eglise Saint-Laurent. Voici ce plaidoyer sous forme écrite. Vous y trouvez un appel vibrant à libérer la justice suisse de son emprisonnement ! Ce discours intervient après un cercle du silence qui a duré une heure.

Après avoir fait mémoire de celles et ceux qui, en essayant de cheminer sur des routes de liberté, sont arrivés à la fin leur vie, notamment dans la Méditerranée en cherchant le secours en Europe, il est temps de se lever pour la justice.

Nous avons besoin de libérer la justice qui est en prison. Elle est en effet emprisonnée par des lois injustes, lorsque qu'elle condamne celles et ceux qui aident leur prochain. Le prochain, c'est chaque être humain, indépendamment de sa couleur, de sa race, de sa religion, de ceux qui croient ou ne croient pas. Nous sommes frères et soeurs en humanité, et quand quelqu'un vit dans la difficulté, la solidarité est l'expression de la justice. Tous ces réfugiés survivent grâce à la solidarité de centaines de personnes qui les accueillent dans notre pays et qui, ce faisant, deviennent des délinquants.

« Offrir un lit devient un délit ! »

Par un tour de passe-passe de la justice, offrir un lit devient un délit ! Cela m'est arrivé pour le simple fait d'avoir donné une clé de l'église où je suis pasteur à un réfugié togolais refoulé. Je voulais lui permettre de dormir paisiblement et, à cause de cela, j'ai reçu une ordonnance pénale me condamnant à 1000 francs d'amende avec sursis et à payer les frais de justice. J'ai contesté cette décision, ne me considérant coupable de rien du tout en aidant mon prochain. Je ne suis qu'une très petite partie visible de l'iceberg, puisque chaque année des centaines de personnes sont condamnées en Suisse pour le même motif.

Je ne me bats pas pour moi, mais pour ces centaines de personnes qui n'ont pas osé dire non à l'ordonnance pénale qu'elles ont reçue. S'il le faut, j'irai jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme pour faire reconnaître l'absurdité de cette loi.

Un retour aux pratiques de la Seconde Guerre mondiale

La Suisse revient malheureusement aux pratiques de la Seconde Guerre mondiale par lesquelles elle a condamné celles et ceux qui, d'une manière ou d’une autre, ont pris soin des réfugiés juifs.

L'article 116 de la Loi sur les étrangers est indigne de la Constitution fédérale et de la Suisse des bons offices, indigne d'Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge et initiateur des Conventions de Genève.

Nous nous battons maintenant pour avoir le droit d'aider celles et ceux qui sont arrivés chez nous et à qui on a refusé la protection qu'ils recherchaient et qui doivent faire face à une mesure d'expulsion dans le pays qu'ils ont fui et ce parce qu'ils n'ont pas réussi à convaincre les décideurs du Service des migrations de la véracité de leur situation.

Vous avez l'occasion de signer une pétition qui sera adressée aux parlementaires fédéraux afin de les inviter à changer cette loi. Cette pétition soutient l'initiative parlementaire de Madame la Conseillère nationale Lisa Mazzone qui s'est levée pour que cela change. Il y a peu de chances que le parlement actuel soit d'accord de faire ce changement. C'est pourquoi je vous encourage à aller voter lors des prochaines élections fédérales de cet automne et à élire un parlement digne des valeurs fondamentales de notre pays.

« Ils appellent le mal bien et le bien mal ! »

Il y a 2800 ans le prophète Ésaïe nous avertissait qu'il y aurait probablement des temps où les hommes appelleraient le mal bien et le bien mal. Nous y sommes. Quand on criminalise la solidarité, on appelle le bien mal.
La première question que Dieu pose au premier fratricide de l'histoire est : « Qu'as-tu fait de ton frère ? » Il nous la pose à nous aujourd'hui. Que faisons-nous de nos frères, lorsqu'ils sont dans la détresse et qu'ils ont besoin de notre protection ? Comment est-il possible d'envoyer l'armée aux frontières pour empêcher les réfugiés d'arriver chez nous, comme s'ils étaient des envahisseurs dangereux.

Je veux me battre aujourd'hui et dans les temps qui viennent pour avoir la liberté d'aimer Dieu et mon prochain. Je vous invite à faire de même !

Norbert Valley
Pasteur
 

Signer la pétition « La solidarité n’est pas un crime ! » lancée par Amnesty International et Solidarité sans frontières.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !