Vaud: le pasteur Norbert Valley se lance dans la course au Conseil national

Serge Carrel vendredi 28 juin 2019

Le samedi 22 juin, en marge de la manifestation « Osons la solidarité ! », le pasteur Norbert Valley a annoncé aux journalistes présents sa candidature au Conseil national. Le pasteur de la FREE figurera sur la liste du PEV dans le canton de Vaud.

Norbert Valley, qu’est-ce qui vous pousse à vous lancer dans la course au Conseil national dans le canton de Vaud ?

Les difficultés judiciaires qui sont les miennes actuellement m’ont rendu conscient du fait que certains dossiers en Suisse ne changent pas si on ne s’y engage pas. De plus les valeurs fondamentales qui nous habitent comme chrétiens sont mal représentées dans cet espace politique. Je m’y engage donc pour être au service des valeurs chrétiennes.

Pourquoi avoir choisi le PEV (Parti évangélique) ?

Quand j’ai effectué un smartvote, un test en lien avec ma sensibilité politique, j’ai réalisé que j’étais le plus proche des valeurs de ce parti. C’est un petit parti, mais dont les valeurs rassemblent à la fois une éthique sociale et une éthique personnelle qui me conviennent et que je ne trouve pas dans les autres partis. Par exemple, depuis très longtemps, le PEV plaide pour un engagement écologique et affiche un respect de la création. Pour moi, ce n’est pas la grandeur d’un parti qui compte, mais les valeurs qu’il incarne.

Il y a un article de la Loi sur les étrangers, l’article 116, que la justice neuchâteloise utilise actuellement afin de vous condamner pour avoir hébergé et donné à manger à un Togolais débouté de l’asile. Est-ce aussi pour changer cette loi que vous vous lancez dans l’élection au Conseil national ?

Je ne peux pas tolérer que l’exercice de la miséricorde et de la compassion nous soit interdit en Suisse, alors que nous sommes un pays qui se réfère aux valeurs chrétiennes. Il faudra rappeler aux élus fédéraux qu’il faut changer cela. Comment peut-on dire que l’on est chrétien et négliger les gens qui souffrent ? Pour moi, cela ne va pas !

N’y a-t-il pas incompatibilité entre votre fonction de pasteur et votre candidature au Conseil national ?

Non, je ne crois pas ! Il y a parfois une incohérence chez les chrétiens. On prie pour les autorités et on ne veut pas s’en mêler. On a un peu évolué dans les milieux évangéliques et on peut imaginer que les chambres fédérales sont aujourd’hui perçues comme un lieu où l’on peut servir des causes comme la liberté de conscience et la liberté de s’engager.

Quels sont les arguments qui pourraient convaincre un électeur de voter pour vous ?

Les électeurs doivent savoir que je m’engagerai toujours pour le plus faible et pour le respect de la création. Voilà les deux choses les plus importantes ! Si je regarde l’appel de Jésus dans l’évangile de Luc au chapitre 4 : « L’Eternel m’a oint pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance… » Je serai sans complaisance sur ces valeurs !

De mémoire, il y a déjà eu en tout cas un pasteur qui a siégé sous la coupole fédérale, le Zurichois Ernst Sieber (1927-2018) qui a été élu sous les couleurs du PEV. Vous sentez-vous proche de lui ?

Quand nous avons créé l’association SOS Jeunes en 1994, j’ai pris comme référence l’action du pasteur Sieber qui avait lancé une motion au National sur la prise en charge des toxicomanes. C’était un homme qui était prophétique et qui m’a beaucoup inspiré.

Propos recueillis par Serge Carrel

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !