Comment concilier les activités des enfants avec la vie d’Eglise ?

Sandrine Roulet vendredi 15 mars 2024

Etre parents implique, entre autres, de gérer le planning familial et les activités extra-scolaires des enfants. Mais pour des parents chrétiens, il s’agit encore de trouver la meilleure formule pour conjuguer ces activités extra-scolaires et la vie d’Eglise. Perspectives et pistes pratiques. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

Responsable de l’enfance dans son Eglise, Natacha a trois enfants entre 7 et 13 ans, engagés dans les scouts chrétiens et la danse. Depuis six mois, son mari et elle ont accepté la demande répétée de leur fils de 9 ans de jouer au foot dans un club. Au préalable, ils se sont assurés que leur fils était prêt à fournir l’engagement nécessaire.

Mais la question de l’implication s’est surtout posée à eux parents. « Ce nouvel engagement a un impact important sur notre agenda, mais nous avons décidé d’en faire une sorte de projet familial, partage Natacha. Nous sommes là pour le soutenir Joakim. Nous allons donc voir ses matchs, même tôt le samedi matin, et y trouvons du plaisir. Cela compense le ‘coût’ sur l’agenda ». Dans ce même esprit d’équipe familial, ils sont présents aux spectacles de danse de la fille aînée.

S’organiser et parfois refuser

Il faut néanmoins jongler avec les activités des autres enfants. « La collision des activités est souvent le plus grand problème. Cela nécessite de faire des choix, des compromis. Parfois je dis tout simplement non à un match ou une activité pour que notre vie ne ressemble pas à une course contre la montre », admet Natacha.

Chez Samuel, père de trois garçons de 11, 14 et 16 ans bien actifs, l’organisation est aussi centrale et implique des discussions à chaque rentrée scolaire. En effet, l’aîné participe à des entraînements d’unihockey deux fois par semaine, ainsi qu’à des matchs les week-ends. Le second prend des cours de tchoukball et de guitare. Quant au benjamin, il fait du cirque. Deux d’entre eux pratiquent aussi la grimpe en salle, quand ils ont du temps disponible.

« Nous avons mis la priorité sur des activités géographiquement proches, pour éviter les trajets à rallonge. Et nous avons la chance d’avoir trouvé un prof de guitare qui vient chez nous », explique Samuel. Des trajets sont aussi partagés avec d’autres parents. Et, depuis qu’il a une petite moto, l’aîné a aussi gagné en autonomie.

La question du dimanche matin

Pour éviter les collisions d’activités, la famille de Samuel a décidé de réserver le dimanche matin au temps du culte. L’aîné rate donc certains matchs. « Au même titre qu’on refuserait qu’un club nous demande de venir sur un jour d’école, le dimanche matin n’est pas disponible pour autre chose que pour le culte. L’idée est aussi d’honorer l’investissement des personnes engagées pour l’enfance dans notre Eglise », développe Samuel. Celui-ci est convaincu que l’équilibre, pour chaque chrétien, provient d’une part de la vie communautaire qui accompagne la croissance de la foi et, d’autre part, de la pratique d’activités musicales ou sportives, qui permettent de faire grandir les talents.

Du côté de Natacha, la question du sport le dimanche ne se pose pas encore. Mais elle ne serait pas fermée à l’idée que son fils alterne sport et culte dans une saison future. « Le plus important pour moi sera de savoir qu’il est nourri dans sa foi. Si le sport est un élément positif dans sa vie, on lui fera de la place, tout en prenant soin qu’il garde une vie d’Eglise régulière, car nous voyons combien cela le fait grandir avec Dieu ». Au final, l’idéal pour tout parent chrétien est que son enfant choisisse par lui-même de faire de l’Eglise une priorité dans sa vie.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !