Conférence des paysans à Winterthur: « Wie dä Winkelried ! » (Comme Winkelried !)

vendredi 16 mars 2012

Du 9 au 11 mars, la Reithalle de Winterthur a accueilli la quatrième Conférence des paysans, organisée par la Fondation Schleife. Sur les trois jours, quelque 800 agriculteurs de Suisse ont été enseignés, fortifiés, soignés et réjouis. Bienvenue à une rencontre légèrement exotique, mais si belle…

« Seigneur Dieu, nous te disons merci pour notre liberté et pour l'histoire de notre pays... L'histoire suisse nous montre que Dieu est puissant et aimant... A la croix tu t'es donné... Winkelried savait que la vie continue même après la mort. Comme Winkelried, nous pouvons vivre par toi, éternellement. » En ce samedi 10 mars, la Reithalle de Winterthur résonne de la louange de 650 paysans venus de toute la Suisse. Parmi eux, on trouve bon nombre de jeunes, ainsi qu'une trentaine de Suisses romands. Sur la scène, les chanteuses sont entourées de musiciens à l'accordéon, à la harpe, à la guitare, à la batterie et, bien entendu, au « Hackbrett » (tympanon) appenzellois. Le moment est intense, et le mélange des styles décoiffant: folklore, gospel, schlager et chant en langues yoddelé.

 
« On ne repartira pas en emportant nos problèmes ! »
« On est venu ici pour rencontrer Dieu, proclame Andreas Keller, le directeur de la Fondation Schleife, organisatrice de l'événement. Et on ne repartira pas en emportant nos problèmes! » Lorsque l'assemblée entonne: « Car tu es Dieu au dessus de la terre », il n'est pas question du globe ou d'un concept philosophique, mais de champs, de sillons, d'herbe, d'arbres, de récoltes sur lesquels la souveraineté et la bénédiction de Dieu se manifestent.
Cette compréhension de la souveraineté de Dieu sur la terre que travaillent les paysans, et par extension sur le pays, est rappelée un peu plus tard, lorsque tous se lèvent pour entonner le Cantique suisse. A ce moment, Andreas Keller précise: « Nous le chantons non par nationalisme, mais parce que Dieu est au-dessus de nous. »
L'objectif de la Conférence des paysans est d'offrir aux agriculteurs de Suisse un encouragement, une plate-forme de rencontres, un réseau de solidarité et une espérance fondée sur Dieu. Ses organisateurs considèrent que, par leur enracinement terrien, les agriculteurs chrétiens doivent devenir des porteurs de lumière, « une île de protection et de ressources ». Et cette manière de voir conduit, entre autres, au développement d'un important réseau de groupes de prière dans toute la Suisse.
Christian et Monika Rüfenacht, agriculteurs à Longirod et parents de quatre garçons, sont membres de l'Eglise évangélique de Gimel (FREE). Christian a participé aux conférences précédentes et il est revenu à Winterthur cette année, non sans avoir invité des collègues. Son épouse Monika est très sollicitée puisqu'elle fait partie de l'équipe de « prière prophétique », qui a un succès fou.
« Je ne suis pas venu à cette conférence que pour recevoir, mais pour partager », confie avec enthousiasme Christian Rüfenacht devant le stand des saucisses grillées. Et cet état d'esprit, partagé par bien d'autres, est porteur d'énergie et d'encouragement.
 
Des convictions chrétiennes qui font la différence
L'encouragement est également apporté par des invités qui témoignent de leurs combats, parfois rudes, et de l'appel qu'ils ont reçu de Dieu. Ainsi, l'agriculteur et conseiller national démocrate chrétien soleurois UrsSchläfli parle de foi et d'espérance au quotidien. « Notre vie est construite sur l'espérance et la foi, rappelle-t-il. Au Conseil national, on croit qu'on pourra changer quelque chose. Un père espère garder sa place de travail. Nous espérons vendre les produits de nos fermes. Parmi les moteurs qui nous font aller de l'avant, la foi est importante. »
Beat Fasnacht, un autre orateur invité, exprime aussi son besoin de partage: « Je viens pour vous encourager alors que j'ai moi aussi besoin d'encouragements. » Et le directeur de l'Institut Gouglera, à Chevrilles dans le canton de Fribourg, d'expliquer comment la collaboration entre une institution et une exploitation agricole permet à 80 jeunes en difficultés de trouver leur chemin, ainsi qu'un sens à leur existence.
Parmi les convictions affichées par Beat Fasnacht, il y a celle que la famille et la collaboration entre les générations sont une force à cultiver. Il est également convaincu que Dieu transfigure les projets fragiles. Reprenant l'exemple biblique de Gédéon, il lance: « Dieu transforme notre mentalité. Même si nous avons des problèmes et que nous souffrons de manques, nous n'allons pas nous laisser mettre à genoux. »
Christian et Monika Rüfenacht rentrent requinqués et heureux à Longirod. Une telle conférence ne supprime pas les difficultés liées à l'exploitation d'un domaine agricole. Mais elle leur donne assurément un nouvel élan et une nouvelle confiance pour aller de l'avant... avec l'aide de Dieu.
Le dimanche 7 octobre prochain, la Fondation Schleife donne rendez-vous aux paysans sur la Waisenhausplatz de Berne, à deux pas du Palais fédéral. Ceux-ci viendront en famille, non pour manifester des frustrations, mais pour témoigner de la nécessité de croire en Dieu et pour prier pour la Suisse. Ce sera une excellente occasion d'aller à leur rencontre et, pourquoi pas, d'être bénis par eux.
Claude-Alain Baehler

Internet :

Des ateliers révélateurs

Le samedi après-midi, neuf ateliers ont été proposés. Les thèmes étaient révélateurs des questions et des besoins des agriculteurs.
Plusieurs ateliers concernaient la vie de couple et de famille, y compris la difficulté pour un paysan de trouver un conjoint. En effet, comme le soulignait Christian Rüfenacht, agriculteur à Longirod, « un agriculteur sans conjoint, c'est comme un informaticien sans ordinateur ».
D'autres ateliers étaient consacrés à la guérison des blessures de la vie, à l'abandon de l'occultisme, à la manière de concilier la foi et l'entreprise, à la responsabilité des paysans dans la transmission de valeurs pour notre société...

  • Encadré 1:

    La Fondation Schleife

    Dirigée par Andreas Keller, le fils du fondateur, la Fondation Schleife porte le nom de l'usine dans laquelle elle possède ses bureaux, à Winterthur. Employant quelque 25 collaborateurs, elle n'est pas une Eglise, mais un lieu de formation et de ressourcement au service des Eglises.
    « Tout au long de l'année, nous organisons des conférences et des séminaires qui promeuvent l'amitié avec Dieu et la passion pour le Christ, explique Andreas Keller. Nous nous adressons à des parents, à des entrepreneurs, à des enseignants, à des responsables d'Eglises... » Le programme du premier semestre 2012 propose une vingtaine de séminaires différents sur la relation d'aide, l'éducation, la communication, les relations familiales, la vie chrétienne par l'Esprit, la danse prophétique, la prière de guérison... et même la manière d'être un paysan selon Dieu.
    « Chez les paysans, la vie privée, de famille et professionnelle se mélangent, constate le directeur de la Schleife. C'est un gros défi pour eux. Mais leur mode de vie leur permet aussi de transmettre des valeurs liées à la famille, à la cohérence entre foi et travail, à une spiritualité mise en pratique, à la solidarité entre générations... »
  • Encadré 2:

    Commentaire :

    Energie et générosité
    Le monde rural et la Schleife se sont parfaitement entendus pour soigner l'accueil et l'encouragement lors de cette Conférence des paysans. Ainsi, les quelque 30 agriculteurs romands qui avaient fait le déplacement de Winterthur ont bénéficié de la traduction simultanée lors des conférences, ainsi que d'une signalétique parfaitement bilingue. Il y avait aussi ces pommes et ces pots de primevères offerts. Le samedi, une soirée festive et dansante a réjoui les coeurs. Et des lieux de relation d'aide, d'écoute et de prière témoignaient de l'attention portée à chacun... Accueil, organisation, générosité, humour, confiance: les chrétiens de Suisse allemande dans toute leur beauté !
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !