"Jungle" de Calais : pour l’heure, pas d’évacuation, mais église démantelée

mardi 23 février 2016

Aucune évacuation par la force n’est intervenue mardi 23 février dans la jungle de Calais, contrairement à ce qui était initialement prévu par les autorités. Après avoir visité le camp en début de matinée, la juge du tribunal administratif de la ville a annoncé qu'elle ne rendrait pas de décision avant mercredi, voire jeudi. L’église évangélique, inaugurée samedi 13 février, a par contre été démantelée.

Après avoir été rasée au début du mois en même temps qu’une mosquée, l’église évangélique de la jungle de Calais est comme née à nouveau de ses cendres, samedi 13 février, sous la forme d’une grande toile de tente. « On pourra ainsi la démonter et la remonter rapidement, déclarait alors le pasteur Fabien Boinet de l’Eglise des Deux Caps de Calais et instigateur de ce lieu de prière pour migrants. Elle rappelle ainsi que l’Eglise, c’est avant tout des chrétiens réunis ensemble. » Il ne pensait pas si bien dire : trois jours plus tard, elle a été démontée, les pouvoirs publics ayant étendu la zone de démantèlement.  

La préfecture du Pas-de-Calais avait en effet décidé l’évacuation de toute la zone sud de la "jungle", et ordonné vendredi 19 février aux occupants du bidonville de quitter les lieux d'ici mardi soir. Il n'y aura toutefois pas de démantèlement de la "jungle" précipité. Après avoir visité le camp en début de matinée, la juge du tribunal administratif de Calais a annoncé qu'elle ne rendrait pas de décision avant mercredi, voire jeudi.

Réduire la population de la "jungle" à 2000 personnes

A terme, l'objectif est de réduire la population de la "jungle" à 2000 personnes. Plus de 4'500 migrants y vivent pour l’heure dans des habitations de fortune, faites de palettes en bois et de bâches. 

Selon les observateurs et les bénévoles investis sur place, le démantèlement de la "jungle" calaisienne ne servira à rien et ne fait que déplacer le problème. La fermeture du camp de Sangatte en 2002 l’a prouvé. A part se rendre dans les rues de Calais ou dans la "jungle" de Dunkerque, les migrants ont peu d’autres possibilités. 

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Repères

    La "jungle" désigne les camps pour migrants qui, dès la fin des années 90, se déplacent entre Sangatte, Coquelle et Calais, aux abords de l'entrée française du tunnel sous la Manche et de la zone portuaire. La "jungle" de Calais compte aujourd’hui plus de 4'500 migrants. A 40 kilomètres de là et dès l’été dernier, un camp à Grande-Synthe, près de Dunkerque, a écopé du nom de "jungle de l’enfer". Plus de 2’500 migrants y sont installés sous des tentes, parfois sans matelas, les pieds dans la boue, sur un terrain situé en zone inondable.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !