Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

(réd.) lundi 06 avril 2020

Quid du covid-19 dans les camps de migrants ? Ceux-ci y vivent entassés, comme à Lesbos, où le sociologue Jean Ziegler s’est rendu pour dénoncer les conditions indignes qui y règnent1. Et pourtant, même si la pandémie menace dans ces lieux où la promiscuité est un euphémisme, l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation croit que l’Histoire a un sens. Et qu’il existe ce qu’il appelle « une mystérieuse fraternité de la nuit entre les hommes ». Il était au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 avril dans Babel.

Sur Lesbos, la plus grande des îles grecques de la mer Egée, l’Europe a enfermé derrière des barbelés des dizaines de milliers d’êtres humains, estime Jean Ziegler. Ils y vivent dans des conditions sanitaires et nutritionnelles effroyables. Il y a là un crime contre l’humanité qui est commis, dénonce-t-il. « Mais la fraternité de la nuit se manifeste dans cette misère épouvantable. C’est-à-dire que, de façon non visible, il y a des militants, des militantes, des ONG et même des Eglises qui sont sur place et qui partagent leur quotidien. Qui essaient comme ils peuvent d’apporter un tout petit peu d’espoir et d’amour. Comme notamment auprès d’enfants non accompagnés qui s’automutilent avec des couteaux, et qui font des tentatives répétées de suicide. »

« Il faut détruire les hot spots »

Pour le sociologue, le véritable sujet de l’Histoire est cette fraternité humaine qui n’est a priori pas visible, mais qui œuvre pourtant concrètement. « Sur les terrains les plus sensibles, il y a toujours des personnes qui considèrent à juste titre que l’être humain n’existe que dans la relation. Et que ce qui constitue l’homme, c’est sa capacité de solidarité, de réciprocité, de complémentarité. » Le coronavirus a en attendant touché le camp de Moria, l’ancien camp militaire transformé en centre d’accueil pour réfugiés à Lesbos. « C’est la conséquence d’une politique concrète de Bruxelles qui doit être brisée de toute urgence, commente Jean Ziegler. C’est aujourd’hui une exigence presque égoïste si l’on ne veut pas que la pandémie se renforce et se répande à grande échelle à partir des camps. Il faut absolument détruire les hot spots de la mer Egée et transférer les réfugiés dans des lieux salubres. » Et notre homme d’affirmer que l’Histoire a un sens : « Nous allons vers l’humanisation de l’homme », prophétise-t-il.

« Aime ton prochain ! »

Interpellé sur son ancrage chrétien, il s’approprie les mots de Victor Hugo et dit volontiers détester toutes les Eglises, aimer les hommes et croire en Dieu : « Dieu me semble une évidence absolue. Il y a tant d’amour qui se manifeste. Il vient bien de quelque part ! Regardez maintenant, les soignants, les femmes de ménage qui mettent leur vie très concrètement en jeu, car ils risquent d’être infectés à n’importe quel moment : c’est aussi ça la fraternité de la nuit ! » Celui qui se définit comme un matérialiste dit enfin apprécier l’Evangile, notamment quand le Christ dit d’aimer son prochain. « Le prochain, c’est quelqu’un, cela n’a rien d’universel. Cela signifie celui qui est devant toi, que tu rencontres. Et que s’il a besoin de quelque chose, tu es appelé à y répondre. C’est très concret. »

(Réd.)

1 Lesbos, la honte de l’Europe, Editions du Seuil : 2020.

Une émission à écouter

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !