×

Message

Failed loading XML...

L’Eglise évangélique des Amandiers organise un concert en faveur de l’Ukraine

Collation à l'Eglise des Amandiers avec les Ukrainiens
Collation à l'Eglise des Amandiers avec les Ukrainiens
vendredi 02 juin 2023

Dimanche 4 juin, à 17h, la salle polyvalente de Lavigny accueillera un concert de piano. Cet événement est organisé par l'Eglise évangélique FREE de Lavigny, en faveur des réfugiés ukrainiens qu'elle accueille et de leurs familles restées au pays. L'entrée est libre, mais le public pourra participer à la collecte, qui sera utilisée pour soutenir des familles en situation précaire en Ukraine.

Organiser un concert en faveur des réfugiés ukrainiens et de leurs proches restés au pays : telle est l’idée qui est venue à une membre de l’Eglise évangélique des Amandiers (FREE) à Lavigny. Ainsi, dimanche 4 juin, la pianiste d’origine géorgienne Nino Kupreishvili se produira à la grande salle de Lavigny à 17h. « Les dons seront utilisés pour soutenir des familles pauvres en Ukraine, et des familles accueillant des enfants séparés ou abandonnés par leurs parents. Celles-ci vivent dans la région de Soumy, à 140 au nord de Kharkiv », explicite le pasteur David Valdez.

Une pianiste qui comprend la situation

En introduction du concerto, les enfants de plusieurs familles réfugiées interpréteront deux prières dans leur langue maternelle et une collation est prévue à l’issu de la représentation, afin de permettre aux spectateurs de rencontrer ces familles ukrainiennes. Il sera aussi possible de se procurer le dernier CD de la pianiste du jour. En mars 2022, quand les premiers Ukrainiens sont arrivés à l’Eglise des Amandiers, Nino Kupreishvili a été la première traductrice à se rendre disponible. Mariée à un jeune homme de la région, cette musicienne enseigne le piano à la fondation Résonance à Morges. « En tant que Géorgienne, elle peut en partie s’identifier à la situation de nos amis ukrainiens, relève le pasteur Valdez. Vingt pourcents de la Géorgie est occupée par les militaires russes depuis 2008, ce qui provoque encore aujourd’hui une instabilité politique dans son pays ».

Jusqu’à quarante Ukrainiens le dimanche

L’Eglise FREE de Lavigny accueille jusqu’à quarante Ukrainiens le dimanche, dont beaucoup d’enfants, d’adolescents et de jeunes. « Parfois, l’école du dimanche a autant de public russophone que francophone. Il nous est arrivé d’avoir aussi des traducteurs pour permettre aux enfants de suivre l’histoire biblique dans leur langue maternelle », partage le pasteur. Il précise que ces chrétiens ukrainiens ont très à cœur la communauté, qu’ils prient pour elle et participent aux travaux d’entretien de l’Eglise. Deux adolescentes ukrainiennes mettent également à profit de l’Eglise leurs dons musicaux. « Ainsi, une fois toutes les six semaines, nous avons des chants ou des couplets dans leur langue que toute l’assemblée peut reprendre».

Une Eglise impliquée

Le jour de l’arrivée des premiers réfugiés, en 2022, les chrétiens de Lavigny avaient anticipé et préparé un repas d’accueil ; ces agape dominicales se sont ensuite perpétuées durant plusieurs semaines. David Valdez se souvient en particulier de la joie d’une des Ukrainiennes en voyant son drapeau national jaune et bleu dans l’Eglise. De fil en aiguille, des cultes bilingues ont été mis sur pied. Une personne en assure la coordination: il s’agit de trouver des interprètes et de leur transmettre les textes des prédications à l’avance, ainsi que de superviser tout le travail avec l’équipe technique et celle de la louange. Sans oublier de transmettre les annonces de l’Eglise en russe. Et le pasteur de commenter : « Les temps de traduction permettent au public francophone de cheminer avec des questions ou des réflexions sur le message qui est donné».

Aujourd’hui, certains Ukrainiens résident au centre de l’EVAM à Féchy, à cinq kilomètres de Lavigny. Pour qu’ils puissent venir à la célébration, un service de « taxi » est organisé par l’Eglise le dimanche matin. Les membres de la communauté s’impliquent aussi au travers d’une banque alimentaire. Des cours de français étaient proposés les premiers temps et maintenant, c’est à travers les partages de fin de culte ou des invitations que les Suisses encouragent les Ukrainiens à parler en français.

Des Ukrainiens reconnaissants et des Suisses interpellés

« Nos amis ukrainiens nous remercient souvent et nous disent avec beaucoup de reconnaissance qu’ils se sentent vraiment aimés », se réjouit le pasteur Valdez. C’est le cas de Tania, une maman de dix enfants, qui se dit très touchée par ce qui est mis en place pour les accueillir et les intégrer. Les chrétiens locaux, eux, sont pour leur part interpellés par la foi des Ukrainiens. « Ils ont découvert une nouvelle culture, et surtout une foi chrétienne authentique incarnée dans la souffrance de la guerre », souligne David Valdez. Et de conclure : « Je pense que Dieu nous interpelle de multiples manières pour nous aider à vivre notre de foi et notre vie communautaire autrement ».

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !