Les évangéliques vaudois sollicitent de l’Etat leur reconnaissance d’intérêt public

jeudi 22 mars 2007

C’est une première dans le canton de Vaud : une communauté religieuse dont le nom ne figure pas dans la Constitution de 2003 demande sa reconnaissance d’intérêt public. Le 22 mars, la Fédération évangélique vaudoise (FEV) a déposé sa demande auprès du Conseiller d’Etat, Jean-Claude Mermoud. Les évangéliques vaudois espèrent ainsi sortir d’une certaine marginalité et établir un partenariat fructueux avec l’Etat.

Les Eglises évangéliques vaudoises ont déposé hier auprès du Conseil d’Etat une demande de reconnaissance d’intérêt public. Grâce aux nouvelles « lois ecclésiastiques » adoptées par le Grand Conseil le 9 janvier dernier, la Fédération évangélique vaudoise (FEV) sollicite de l’Etat de Vaud un statut comparable à celui de la communauté israélite. Forte de 5 unions d’Eglises évangéliques, la FEV regroupe 53 communautés ou paroisses, une septantaine de pasteurs et environ 5'000 membres adultes dans le canton de Vaud.

Contribuer au lien social et à la transmission de valeurs fondamentales
Pour le pasteur Bernard Bonjour, le nouveau président de la FEV, « cette demande de reconnaissance d’intérêt public devrait pallier à un manque de visibilité des évangéliques dans la société vaudoise ». Elle permettra ainsi de montrer que ce mouvement protestant est désireux de contribuer de manière plus significative au lien social et à la transmission de valeurs fondamentales pour la construction d’une société démocratique et équitable. Une démarche que les évangéliques ont déjà eu l’occasion de signifier ces dernières années au travers de leur implication dans la création d’un bon climat relationnel entre les Eglises chrétiennes du canton, notamment par le biais du CECCV (le Conseil des Eglises chrétiennes du canton de Vaud).

Des conditions générales remplies
Dans sa lettre de demande, la FEV considère qu’elle remplit les conditions générales d’obtention de la reconnaissance d’intérêt public. L’acceptation de l’ordre juridique suisse, le respect des droits constitutionnels et de la paix confessionnelle ainsi que la transparence financière ne posent aucun problème aux Eglises membres de la FEV. Pour la durée d’établissement dans le canton, les 200 ans que certaines Eglises évangéliques affichent bientôt au compteur, font d’elles des communautés religieuses anciennes dans le paysage religieux vaudois.
Au travers de cette demande de reconnaissance, la FEV espère aussi donner un contour plus officiel à un partenariat avec l’Etat qui existe déjà au niveau de certaines aumôneries via l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV). Des aumôniers évangéliques travaillent déjà au CHUV ou dans le cadre du Resho, pour le bien de tous les patients. La FEV se réjouit également de pouvoir jouer le rôle d’interlocuteur de l’Etat lors de consultations autour d’objets de débat qui pourraient la concerner.

Une condition annexe difficile à remplir
Parmi les documents que l’Etat aimerait avoir à sa disposition, il en est un qui a surpris le pasteur Bernard Bonjour. Il s’agit pour la FEV de tenir à disposition de l’Etat les prédications écrites des 3 dernières années de chacune des communautés membres. « De notre côté, cela paraît une demande extraordinairement difficile à réaliser, commente le président de la FEV. Imaginez un peu, lâche-t-il, constituer un recueil de plus de 8'000 prédications prononcées pendant 3 ans dans la cinquantaine de lieux de culte évangéliques du canton est un travail colossal. De plus, qui au Conseil d’Etat ou au Grand Conseil prendra le temps de lire toutes ces « prestations oratoires » ? »

La FEV avait déjà annoncé ses intentions le 10 janvier 2007, dès l’adoption par le Grand Conseil vaudois des « nouvelles lois ecclésiastiques » : http://www.lafree.ch/details.php/fr/actualite.html?idelement=431.


Pour tout renseignement sur la démarche de reconnaissance d’intérêt public de la FEV : Stéphane Bossel, membre du Conseil de la FEV et chargé du dossier « Reconnaissance d’intérêt public », tél. 078 769 30 08, courriel : Stephane.Bossel(at)bluewin.ch.

Pour tout complément d’information sur les évangéliques : Bernard Bonjour, président de la FEV et pasteur à l’Eglise évangélique de Réveil à Vevey, tél. 021 922 35 20, courriel : bernardbonjour(at)freemail.ch.


 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

1er avril

  • «Un Dieu zéro déchet» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Etes-vous facilement contrarié?» avec Camille Kursner (SPPA)
8 avril
  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !