Mali : AQMI revendique l’enlèvement de Béatrice Stockly

mercredi 27 janvier 2016

Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a revendiqué mardi 26 janvier l’enlèvement à Tombouctou de la Bâloise Béatrice Stockly. La chrétienne avait été kidnappée une première fois déjà en 2012.

Dans une vidéo diffusée mardi soir, AQMI s’adresse au gouvernement suisse. Ce groupe radical y demande, en échange de la Suissesse, la libération de prisonniers retenus au Mali comme celle de l’un de ses dirigeants, Abou Tourab, détenu à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye (NL).

« Nous, Al-Qaïda au Maghreb islamique, la région du Sahara, proclamons notre responsabilité dans l’enlèvement de cette mécréante évangélisatrice qui, par son travail, a réussi à faire sortir de l’islam nombre de fils de musulmans », déclare en anglais un homme masqué. La Bâloise semble apparaître à la fin de cette vidéo de 8 minutes. Voilée, la femme indique simplement son nom, le moment de sa capture, être venue au Mali pour des activités d’évangélisation, selon l’agence privée mauritanienne Al-Akhbar qui a reçu la vidéo.

Deuxième rapt

Béatrice Stockly avait déjà été victime d'un rapt à Tombouctou en 2012. Elle avait réintégré ses appartements de cette ville sahélienne début 2013, une fois la ville libérée par les forces armées françaises. Elle a été enlevée une deuxième fois le 7 janvier dernier. « Son quartier d’Abaradjou, situé dans le nord de la ville, est aux portes du désert. Il est très fréquenté par diverses factions rebelles », avait commenté le pasteur évangélique Bouya Yattara, réfugié à Bamako pour des raisons de sécurité.

Venue au Mali comme volontaire de l’Eglise méthodiste, la quadragénaire a posé ses valises à Tombouctou il y a une quinzaine d’années. En lien avec plus aucune Eglise spécifique et soutenue par aucune mission, Béatrice Stockly faisait de l’évangélisation « à sa manière », selon les propres mots du pasteur.

Djihadiste à La Haye

Abou Tourab est le nom de guerre d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi. Il est l’un des chefs du groupe djihadiste Ansar Dine, lié à AQMI. Accusé de destructions d’édifices religieux et de monuments historiques – les fameux mausolées chers aux Soufis – à Tombouctou, il est le premier combattant islamiste radical devant la CPI de La Haye où il est détenu. Comme son nom l’indique, Al Qaïda au Maghreb islamique est l’un des rejetons du mouvement fondé par Oussama Ben Laden.

Gabrielle Desarzens

Voir la vidéo de AQMI dans son intégralité (tout en bas de la page web).


Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !