Moyen-Orient : Rita Elmounayer, la nouvelle directrice générale de SAT-7, fait le point sur sa TV

Serge Carrel mardi 22 octobre 2019

Les 18 et 19 octobre, des producteurs, des réalisateurs et des journalistes se sont retrouvés à Paris pour la rencontre annuelle de la Fédération francophone des médias chrétiens (F2MC). A cette occasion, Rita Elmounayer, depuis le 1er avril directrice libanaise de la télévision SAT-7, a présenté les activités des 4 chaînes diffusées par cette station : SAT-7 en arabe, SAT-7 Kids, SAT-7 en turc et SAT-7 en farsi. Rencontre.

Qu’une femme puisse être la directrice générale d’une station de TV au Moyen-Orient, cela paraît impossible…

En fait c’est impossible ! Vous avez tout à fait raison ! Les responsables de SAT-7 disent souvent que cette chaîne de TV existe pour renforcer les compétences des gens. Nous sommes là pour les enfants, pour les femmes, pour les minorités, pour les chrétiens et pour les personnes qui souffrent. Le fait que je dirige cette station de TV est une démonstration de cela. Après 23 ans, une femme libanaise a succédé au fondateur de la chaîne, un citoyen britannique qui a vécu toute sa vie au Moyen-Orient. Une telle nomination a été prise par des leaders chrétiens du Moyen-Orient et c’est cela qui a constitué une surprise pour moi. Les deux responsables coptes, les deux catholiques et les trois protestants ainsi que les deux personnes de SAT-7 ont choisi quelqu’un de l’intérieur pour succéder au fondateur. Ils m’ont donc fait confiance pour occuper cette fonction.

Depuis 5 mois, vous êtes à la tête de SAT-7. Comment se passe l’exercice de vos nouvelles responsabilités ?

En fait avant d’être nommée à la direction, j’assumais déjà 80 pour cent des responsabilités d’un directeur général. J’étais déjà responsables de nos 4 chaînes. Ce qui a été ajouté à mon cahier des charges, ce sont les finances, les opérations spéciales et les ressources humaines. Je suis au bénéfice d’une « dream team » qui me seconde dans mes activités de responsable. Et nous sommes tous conscients que notre activité est un travail d’équipe. De plus, les trois directeurs qui sont en Egypte, en Turquie pour la chaîne en turc et au Royaume-Unis pour la chaîne en farsi pour l’Iran et l’Afghanistan travaillent à la production d’émissions depuis de nombreuses années et je n’ai pas à « micro-manager » ces équipes.

Comment votre nomination a-t-elle été perçue dans la société libanaise ?

Cela a eu pas mal d’écho, suite à la publication par ma sœur de cette nouvelle sur Facebook. Le journal de notre région a consacré un long article à ma nomination, en mettant en avant que j’étais issue de tel ou tel village… On avait l’impression que j’avais été nommée à la présidence de la République ! Les échos ont aussi été importants en Egypte et en Turquie, parce que, ce faisant, nous donnons l’impression de faire office de pionniers. Au Moyen-Orient, tous les responsables de chaînes de TV sont des hommes. SAT-7 est donc la première dirigée par une femme. Nous démontrons ainsi que des femmes peuvent être des leaders… parfois mieux que les hommes !

Pour diriger une télévision, beaucoup de gens ont les compétences, mais pas une autentique passion. Beaucoup ont une authentique passion, mais pas les compétences. Alors certes, il est possible d’acquérir les compétences… Ce qui fait que l’on m’a nommée à ce poste, c’est que j’ai la passion pour les gens que nous servons. Je considère que ce que je fais aujourd’hui n’est pas un travail, mais un appel. Je réponds à un appel comme un pasteur ou un prêtre peut le faire.

Dans quelle direction vous pousse cette passion pour SAT-7 ?

Quand vous voyez les retours que nous recevons des enfants ou des femmes, vous comprenez rapidement où vous devez aller. On entend beaucoup chez nous que les filles ne doivent pas aller trop à l’école, qu’il est mieux pour elles de rester à la maison afin d’apprendre à servir leur futur mari… Quand je vois que SAT-7 opère des changements dans notre société et dans notre culture, cela me rend pleine de feu pour accomplir notre mission. Dans mon contexte, la clé pour changer nos sociétés, ce sont les enfants, les jeunes et les femmes. C’est notre priorité !

Concrètement, qu’est-ce que SAT-7 apporte aux enfants ?

Nous avons une chaîne qui leur est consacrée 24 h sur 24. Nous ne diffusons pas uniquement des émissions à propos de la Bible ou des dessins animés sur Jésus. Nous éduquons les enfants à propos du pardon, de l’amour du prochain et de l’acceptation du voisin, même s’il est différent. A mon humble avis, nous faisons aussi quelque chose d’unique : chaque jour, pendant deux heures, nous proposons l’école à la TV. Les leçons proposées ne contiennent pas de volet religieux. Il s’agit simplement de permettre aux enfants des camps de réfugiés de suivre l’école. Certaines ONG apportent de la nourriture, d’autres des vêtements ou des soins médicaux. Nous, nous apportons l’école au travers des paraboles satellitaires que l’on rencontre beaucoup dans les tentes ou les maisons des réfugiés. Nous reprenons le programme scolaire syrien. Nous l’avons quelque peu aménagé pour le rendre plus facilement diffusable sur la TV et nous proposons des cours d’arabe, de math, de sciences, de français… et aussi des activités manuelles. Tout cela pour 4 degrés scolaires et depuis peu pour un cinquième. Pendant 6 heures, ce programme scolaire est répété sur notre chaîne parce que nous couvrons 5 fuseaux horaires, de l’Afrique du Nord au Golf.

Je suis très fière de ce que propose SAT-7 kids, parce que nous équipons les enfants victimes de la guerre. Nous leur permettons d’apprendre à lire, à calculer, à maîtriser une autre langue… et à rester ainsi au niveau des enfants qui suivent l’école habituelle.

Qu’est-ce que SAT-7 change dans la vie des femmes qui vous regardent ?

Nous diffusons des émissions qui racontent des vies de femmes changées. Nous relatons par exemple les trajectoires de vie de divorcées ou de veuves, qui ont surmonté leur situation difficile. Nous avons aussi réalisé une série de portraits de femmes handicapées, qui parviennent à faire face dans leur quotidien. Par ailleurs, lorsque nous avons des temps d’enseignement biblique pour les femmes, ce sont des femmes qui enseignent la Bible ou d’autres éléments de la foi.

Actuellement les chaînes de SAT-7 ne touchent-elles que les chrétiens ?

Le fondateur de SAT-7 a plaidé au moment du lancement de la chaîne que notre public cible, c’étaient les chrétiens. Mais de fait aujourd’hui, beaucoup de nos téléspectateurs sont aussi musulmans. Avec la parabole, chacun a la possibilité de regarder les émissions qu’il ou elle souhaite.

Propos recueillis par Serge Carrel

Le site de SAT-7.

  • Encadré 1:

    Bio express

    Rita Elmounayer est la directrice générale de SAT-7 depuis le 1er avril. Cette Libanaise a travaillé dans les médias pendant plus de 27 ans. Après avoir étudié à Oxford et obtenu un master en communication, elle a travaillé à SAT-7 et joué un rôle moteur dans le développement des émissions pour enfants. Du point de vue chrétien, sa mère est grecque-orthodoxe, son père maronite (catholique), et elle fréquente une Eglise pentecôtiste à Chypre. Elle connaît donc bien les différentes Eglises qui soutiennent SAT-7.

    Le blog de Rita Elmounayer.

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 novembre

  • «La prévention des abus sexuels dans les Eglises» avec Jacques Poujol (CMI)
  • «Le pain du ciel» avec Camille Kursner (SPPA)

27 novembre

  • «Vigne et vin dans la Bible» avec Nathalie Perrot (CMI)
  • «Le pain du ciel (II)» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !