La Confédération assouplit les restrictions en matière de chant communautaire dans les cultes

Serge Carrel jeudi 11 juin 2020

La situation sur le front du covid-19 se détend peu à peu. Les possibilités pour les Eglises de se retrouver dans leurs lieux de culte avec moins de contraintes augmentent. Le point avec Christian Kuhn, directeur du Réseau évangélique suisse, à la suite de la publication par la Confédération d’un nouveau plan de protection.

Le 5 juin, la Confédération a publié une nouvelle version de son plan de protection standard pour les services et rassemblements religieux. Nouveauté particulièrement concernante pour les évangéliques : l’assouplissement des mesures de restriction du chant communautaire. « Les chants d’église devraient être à nouveau possibles », indique prudemment le document de la Confédération, « en respectant les règles de distance préconisées et avec une bonne circulation de l’air (aération continue ou rassemblement à l’extérieur) ».

« La tendance globale va vers une amélioration de la situation et vers un assouplissement des mesures, se réjouit Christian Kuhn, directeur du Réseau évangélique suisse (RES), le vis-à-vis en Suisse romande de la Confédération pour ce nouveau plan de protection pour les Eglises évangéliques. Le chant est dorénavant possible. Notre plan n’a pas souhaité aller trop dans les détails. Nous laissons une marge d’interprétation aux différentes fédérations d’Eglises, ajoute-t-il. La mise en œuvre de notre nouveau plan de protection proposé par la FREE me convient bien. »

Trois scénarios pour le chant

Dans le pense-bête proposé par lafree.info, trois scénarios pour la pratique du chant dans les Eglises sont proposés. Un premier, plutôt « sécuritaire », propose de chanter normalement, avec une distance de deux mètres entre des personnes assises sur leur siège. Un deuxième invite les participants à occuper un siège sur deux en quinconce et à murmurer les chants. Un troisième scénario, plus permissif, ouvre la possibilité au chant habituel debout à une assemblée qui occupe une chaise sur deux en quinconce, à la condition que tous les participants portent un masque. L’établissement d’une liste des participants est demandé pour le deuxième scénario et le troisième.

Par rapport à la « bonne circulation de l’air » et à l’« aération continue » prônée par l’OFSP, Christian Kuhn se montre plus dubitatif. Il avait compris au moment de l’élaboration du premier plan de protection que l’aération pulsée et le brassage de l’air n’était pas une bonne idée. « En son temps, nous avions indiqué qu’il fallait aérer les salles de culte avant, pendant et après les célébrations. L’aération pendant le culte avait été supprimée par peur que l’air ne soit trop brassé et ne favorise ainsi la propagation du virus. »

Les 4 m2 ne sont plus requis

Outre l’assouplissement en matière de chant, la Confédération a aussi tempéré la règle des 4 m2 par personne en invitant les participants à un culte à rester à 2 mètres de distance, pour autant que cela soit possible. Au cas où cela ne le serait pas, le port du masque ou l’installation d’écrans de séparation devraient s’imposer. Si cela n'est toujours pas possible, il faut alors relever les coordonnées des personnes présentes, ce qui constitue la mesure à prendre pour empêcher la propagation du virus, si les distances sont vraiment difficiles à garder.

Une autre nouveauté est à signaler avec la publication de ce plan standard de l’OFSP : la taille maximale des groupes a été généralisée à 300 personnes. « Jusqu’alors, le nombre de participants à un culte n’était pas limité, pour autant que la distance de deux mètres ou la disposition à la « Camille Bloch » soient observées », commente Christian Kuhn.

Pas d’Eglises à deux vitesses

« La marge de manœuvre qui est offerte aux Eglises ne devrait pas entraîner que l’on ait des Eglises pour ‘vulnérables’ et d’autres pour ‘non-vulnérables’, continue le directeur du RES. Mais on peut imaginer qu’une Eglise qui a connu des décès liés au covid-19 réfléchira différemment d’une communauté qui n’en a pas connu. A coup sûr, elle mettra aussi plus de temps à revenir à la normale ! »

Serge Carrel

Pour la mise en pratique concrète du nouveau Plan de protection du Réseau évangélique, voir le : « Pense-bête pour l’organisation des cultes évangéliques (10 juin) » proposé par lafree.info.
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !