Séverin Bamogo : « L’Evangile qui m’habite est celui de Jésus apaisant la tempête »

Claude-Alain Baehler jeudi 06 décembre 2018

Séverin Bamogo, le nouvel aumônier de la Maison Béthel à Blonay, conçoit son ministère comme une présence apaisante. C’est sa manière de laisser transparaître Dieu auprès de personnes vivant des temps de fragilité mentale.

« Ici, je suis une présence ; l’être précède le faire, explique Séverin Bamogo, 57 ans, aumônier dans la Maison Béthel, à Blonay (1). Je prie, je saisis les occasions d’être en lien avec ceux qui m’entourent. La spiritualité fonctionne à la demande. » Arrivé il y a six mois dans la maison, ce mari et père de trois enfants adultes est originaire du Burkina Faso.

Au pays Faso, Séverin Bamogo a grandi dans une famille de neuf enfants, dont le père était évangéliste. Celui-ci annonçait la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, alphabétisait, accueillait des personnes fragiles, stigmatisées, touchées par des maladies mentales et, parfois, par des possessions. « Mon père travaillait avec les faibles moyens du bord, se souvient l’aumônier de Béthel. Il nous a appris le repos en Dieu, le calme et la paix face à la maladie. Aujourd’hui, l’Evangile qui m’habite est celui de Jésus apaisant la tempête. »

Séverin Bamogo se souvient de trois événements déterminants pour sa foi. D’abord, à 9 ans, alors qu’il vivait éloigné de sa famille afin de fréquenter l’école, il a découvert qu’il était pécheur et il s’est converti. Puis, à 17 ans, il a connu une nuit de combat qui l’a conduit à l’école biblique en France, puis en stage pastoral à Yverdon-les-Bains. Enfin, après une dizaine d’années passées à implanter une Eglise au Burkina Faso, la mort de son père a entraîné une réorientation de sa vie : des études à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine. A la fin de ses études, il a répondu à un appel de la maison d’accueil Morija, à Yverdon-les-Bains, qui cherchait un accompagnateur spirituel.

Laisser passer la vie

Quelques années plus tard, Séverin Bamogo a été engagé à Blonay. Il se rappelle : « Quand je suis arrivé à Béthel, j’ai eu l’occasion de pratiquer la boxe avec certains ‘bénéficiaires de soins’. Cela a facilité les relations. Et je vois qu’ici, il y a une soif de vivre incroyable. Alors, je demande à Dieu la sagesse de laisser passer la vie. »

Embauché à temps partiel à Béthel, Séverin Bamogo travaillera également, avec son épouse Gloria, comme pasteur dans l’Assemblée missionnaire de Delémont (UAM). Il se souvient de son père et rêve d’Eglises outillées pour accueillir les personnes en fragilité mentale, de manière simple et naturelle, sans osciller entre peur et exorcisme, sans spiritualiser les situations qui découlent de la fragilité humaine.

Claude-Alain Baehler

Le site de la Maison Béthel à Blonay.

Note
1) La Maison Béthel à Blonay accueille des personnes atteintes passagèrement dans leur santé psychique. Elle est l’un des deux établissements exploités par la Fondation Praz-Soleil. Reconnue d’utilité publique, elle est une œuvre de la FREE.
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

  8 avril

  • «Il m'a donné un nom» avec Christine Gallay (CMI)
  • «Les projets de l'Eternel» avec Emmanuel Ziehli (Vitamine B)
15 avril
  • «Apprendre de la création» avec Dave Bookless (Intelligence de la foi)
  • «Yeshua» avec Chuch for the Nations (Music Zone)

myfreelife.ch

  • « Pâques, c’est le changement ! »

    Mer 08 avril 2020

    Pour Noëlle Sennwald, aumônier à la HET-Pro de St-Légier, il nous faut "ressusciter" : « C’est-à-dire changer notre manière de vivre sous le regard de la résurrection du Christ, qui est venu sur terre pour nous ouvrir les yeux sur notre humanité dysfonctionnelle. Et qu’on puisse aller vers quelque chose de différent ! »

  • Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

    Lun 06 avril 2020

    Quid du covid-19 dans les camps de migrants ? Ceux-ci y vivent entassés, comme à Lesbos, où le sociologue Jean Ziegler s’est rendu pour dénoncer les conditions indignes qui y règnent1. Et pourtant, même si la pandémie menace dans ces lieux où la promiscuité est un euphémisme, l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation croit que l’Histoire a un sens. Et qu’il existe ce qu’il appelle « une mystérieuse fraternité de la nuit entre les hommes ». Il était au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 avril dans Babel.

  • Mettre la crise en crise

    Mar 31 mars 2020

    En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

  • «Chronique de la salle de bain #8» : «En chacun de nous sommeillent deux loups...» (Marie Ray)

    Jeu 26 mars 2020

    Un indien raconte à son petit-fils une parabole sur le coeur de l'homme: il y aurait en celui-ci deux loups... un bon et un mauvais. Lequel va gagner? C'est la réflexion que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa huitième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

Blogs évangéliques

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !