Shafique Keshavjee publie un livre sur «L’islam conquérant» (présentation écrite et vidéo)

Serge Carrel vendredi 18 janvier 2019 icon-comments 1

Strasbourg, Nice, Bataclan, Charlie Hebdo, islam radical, terrorisme islamique… Les médias, les politiques, mais aussi le grand public ne parviennent pas à distinguer entre communautés musulmanes fréquentables et courants islamistes violents. Avec son nouveau livre « L’islam conquérant », Shafique Keshavjee, spécialiste des religions et pasteur protestant, lance un cri d’alarme et propose des distinctions entre courants musulmans. Utiles à l’heure où plusieurs communautés musulmanes souhaitent tisser des liens plus étroits avec l’Etat, en Suisse comme en France.

« Nos sociétés européennes véhiculent des valeurs non négociables : la liberté, l’égalité homme-femme, la pluralité des visions du monde et le droit de changer de religion. » Avec la parution de L’islam conquérant, Shafique Keshavjee lance un cri d’alarme. Ce spécialiste des religions, pasteur réformé, docteur en sciences des religions de l’Université de Lausanne, ancien professeur de théologie à Genève, souhaite réveiller les consciences des citoyens et des politiques devant une « banalisation » de l’islam.

L’islam est aussi un projet politique et une stratégie militaire

A l’heure où, en Europe, nombre de communautés musulmanes demandent une certaine reconnaissance de l’Etat et de l’opinion publique, Shafique Keshavjee rappelle que l’islam n’est pas une religion comparable au christianisme, comme beaucoup le pensent. Il est certes une spiritualité communautaire, mais il est aussi un projet politique et une stratégie militaire.

Fort de cette distinction, le spécialiste du dialogue interreligieux, fondateur d’une maison du dialogue à Lausanne, classe les diverses communautés musulmanes en 6 familles ou « 6 couleurs » : celles qui se contentent d’être une spiritualité communautaire, donc de séparer le religieux du politique, et celles qui véhiculent un projet politique, voire un projet de conquête via la guerre sainte.

Une religion en 6 couleurs

L’islam libéral ou laïc, l’islam mystique ou soufi et l’islam culturel ou maraboutique peuvent être appréhendés comme des religions et devraient pouvoir bénéficier d’une reconnaissance en Occident, mais les formes d’islam étatique (turc, marocain, saoudien…) et radical (Frères musulmans, chiite iranien ou Etat islamique…) doivent être cadrées voire combattues au nom des valeurs humanistes et libérales de nos sociétés européennes. « Nous ne devons pas nous laisser conquérir par une vision du monde, qui certes a parfois véhiculé de belles choses dans l’histoire, mais qui aujourd’hui fait beaucoup de dégâts sur la Planète », lance le spécialiste des religions.

Pour fonder la dimension politique et conquérante de l’islam, Shafique Keshavjee présente cette religion à partir de ses textes fondateurs : le Coran, les hadîths et les biographies de Muhammad en mettant en avant 15 directives ou 15 axes qui font de l’islam un « système suprême », une vision du monde particulièrement performante pour viser la conquête et la domination de nos sociétés.

Des questions à poser aux communautés musulmanes

A l’heure des démarches de reconnaissance par l’Etat des communautés musulmanes, Shafique Keshavjee demande aux politiciens d’interroger ces communautés sur ce qu’elles font de l’héritage violent de leur tradition, des textes haineux du Coran présenté comme la parole inaltérable d’Allah, des hadîts (paroles) dits authentiques et pourtant si violents de Muhammad. « Pour pouvoir vivre en paix avec leurs voisins, les musulmans doivent expliquer clairement aux non-musulmans ce qu’ils font des textes violents de leur tradition qui continuent de justifier aujourd’hui encore d’indicibles souffrances à travers le monde », conclut Shafique Keshavjee, lui-même issu d’un arrière-plan musulman.

Serge Carrel

Shafique Keshavjee, L’islam conquérant. Textes, histoire, stratégies, Romanel-sur-Lausanne, Institut pour les questions relatives à l’islam (IQRI), 2019, 232 p.

  • Encadré 1:

    Shafique Keshavjee en bref

    Shafique Keshavjee est originaire de l’Inde. Né au Kenya en 1955, il a vécu en Angleterre avant de s’établir en Suisse. Licencié en sciences sociales et politiques ainsi qu’en théologie de l’Université de Lausanne, il s’est spécialisé en histoire comparée des religions avec une thèse de doctorat sur Mircea Eliade.

    Pasteur dans l’Eglise réformée du canton de Vaud, il a été l’un des fondateurs à Lausanne de l’Arzillier, la maison du dialogue entre Eglises, religions et spiritualités.

    Shafique Keshavjee a enseigné la théologie œcuménique et la théologie des religions à la Faculté autonome de théologie protestante à l’Université de Genève, de 2005 à 2010. Il est l’auteur de nombreux livres spécialisés et « grand public », parmi lesquels le bestseller Le roi, le sage et le bouffon. Le grand tournoi des religions, paru aux éditions du Seuil à Paris et traduit en 14 langues.

1 réaction

  • Jean Guillemin mercredi, 16 janvier 2019 14:49

    Merci pour ce livre.
    J'ai vu qu'une mosquée affiliée à l'organisation des frères musulmans à Genève propose des cours pour "devenir un acteur de la démocratie".

    Que signifie être "acteur de la démocratie" en suisse pour cette organisation comme celle-ci (considérée comme organisation terroriste par le gouvernement égyptie, la Russie, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis) ? Il s'agit ici ni plus ni moins d'un cours d'islamisation douce, où commet islamiser la suisse en utilisant l'appareil démocratique.

    Si l'Organisation des Frères Musulmans était réellement préoccupée par les valeurs démocratiques, elle s'appliquerai déjà à donner des cours de démocratie dans les pays musulmans. (pourquoi n'essaient-ils pas ?)
    Parce que leur but est d'imposer petit à petit leur idéologie par tous les moyens possibles - fussent-t-ils démocratiques.

    L'islam a une vision de l'homme - et ne parlons pas de celle de la femme - incompatible avec notre société dans laquelle la liberté de conscience et de culte est inaliénable.



    https://www.youtube.com/watch?v=_MIy8LXpcKQ&t=4132s

Publicité

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

24 avril

  • «Il prête sa voix à Jésus pour chanter Pâques» avec Pascal Grosjean (Ciel ! Mon info)
  • «Pierre d’achoppement !» avec Camille Kursner (SPPA)

1er mai

  • «Aretha Franklin, la Reine de la Soul » avec Jean-Luc Gadreau (Ciel ! Mon info)
  • «Trois courtes prières pour changer votre vie» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Rencontre générale de la FREE : entre vision et moyens limités

    Ven 12 avril 2019

    Lors de sa dernière Rencontre générale, le 6 avril 2019, la FREE a montré le visage d’une fédération traçant son chemin entre ambitions spirituelles et moyens limités. Comme dit le proverbe : « Ne me donne ni pauvreté ni richesse ; accorde-moi seulement ce qui m'est nécessaire pour vivre, car dans l'abondance, je pourrais te renier et dire : ‘Qui est l'Eternel ?` Ou bien, pressé par la misère, je pourrais me mettre à voler et déshonorer ainsi mon Dieu » (Pr 30.8-9).

  • Commission Asie

    Jeu 11 avril 2019

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Afrique-Moyen Orient et Europe), la commission Asie a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Asie.

  • Offrande de printemps 2019: 3 projets à soutenir!

    Jeu 04 avril 2019

    Pour la deuxième année, et à la suite des 10 ans de la FREE, nous proposons aux membres des Eglises de la fédération une offrande de printemps destinée à soutenir plusieurs projets porteurs. Cette année, nous avons choisi des projets qui – chacun à leur manière – encouragent au témoignage de l’amour de Dieu envers notre prochain. En route pour un petit tour d’horizon…

  • Conférence et table ronde sur le discipulat durant la Rencontre générale du 6 avril à Bienne

    Jeu 21 mars 2019

    Samedi 6 avril, la FREE lance une formule améliorée lors de sa Rencontre générale de printemps. A côté du temps habituel d’assemblée générale – nous ne manquerons pas la traditionnelle présentation des comptes, c’est de saison – le Bureau de la Rencontre générale vous invite à un temps de conférence puis de table-ronde interactive autour d’une thématique contemporaine avec des acteurs et spécialistes du domaine: le discipulat. Un temps inspirant et participatif auquel est convié un large public de nos Eglises et au-delà, dès 14h à l’Eglise évangélique des Ecluses à Bienne. Bienvenue !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !