×

Message

Failed loading XML...

Syrie : Des Eglises transformées en centres d’espoir

Une famille syrienne dans son appartement rénové
Une famille syrienne dans son appartement rénové (Portes Ouvertes) icon-info
vendredi 09 juin 2023

Alors que chaque jour apporte son lot de drames, les victimes du séisme en Syrie subissent encore de plein fouet la catastrophe. Transformées en Centres d’espoir, les Eglises peuvent soutenir leurs concitoyens grâce à l’aide reçue des chrétiens du monde, notamment au travers des partenaires de Portes Ouvertes. Interview avec la chargée de communication de PO Suisse.

Rebecca Reymond, quelles nouvelles recevez-vous des chrétiens en Syrie ?

De nombreuses Eglises n’ont pas été touchées par le tremblement de terre et ont pu accueillir des rescapés tout de suite après, offrir de la nourriture, des couvertures, un hébergement. Mais la vie n’est pas revenue à la normale. L'horreur vécue le jour du séisme a traumatisé toute une population. Dans les grandes villes, des centaines de bâtiments menacent de s'effondrer et des milliers d'autres ne sont plus habitables. Les gens ont encore besoin d'aide pour se nourrir, se vêtir et se loger, accéder à des médicaments et des soins.

Nombreux sont ceux qui ont perdu leur moyen de subsistance. Humainement, c’est très difficile. Certains utilisent l'image « le dernier clou dans le cercueil des chrétiens ». Mais ceux qui restent sont en mode « ministère ». Ils savent qu’ils sont à leur place dans ce contexte et qu’ils peuvent faire la différence. Ils sont dans une acceptation obéissante.

Comment s’organisent les Eglises pour fonctionner?
Sept mille personnes ont été logées dans des bâtiments d’Eglises à plus ou moins long terme. Les partenaires de Portes Ouvertes projettent d’aider 50'000 chrétiens dans cette région d’Alep et de Lattaquié. Samer, un de nos partenaires de longue date, partage que son Eglise de Lattaquié a accueilli 120 personnes après la catastrophe. La situation est partie pour durer et bien que la population se serre les coudes, elle est encore confrontée à une crise économique inimaginable, les denrées sont hors de prix ainsi que les logements. « Mais Dieu est en train d’agir dans notre ville, et en particulier dans l’Eglise. Ces mille familles que nous sommes capables d’aider retrouvent un peu le moral. Priez pour que le Seigneur nous utilise de plus en plus, que nous soyons comme un signe dans la ville pour annoncer sa Parole », demande Samer.

Les Eglises sont donc en mesure d’apporter un peu d’espoir ?
Être un espoir pour la population est central. La tentation de quitter la Syrie est notamment énorme pour les jeunes car les perspectives sont minimes. Un des rôles de l’Eglise consiste donc à ce qu’ils puissent s’écrire un futur en restant au pays. Déjà depuis 2016, nos partenaires en Syrie se sont demandé comment soutenir l’Eglise, si fragilisée par la guerre et l’exil. On estime que les chrétiens ne sont plus que 600'000. Nous avons développé la vision « Hope for the middle East ».

Les Eglises (principalement historiques) sont transformées en Centres d'espoir. Actuellement, il y en a 287 à travers le pays. L’objectif est de répondre aux besoins matériels, de formation, de soins post-traumatiques, de micro-crédits, etc, afin que les chrétiens ne baissent pas les bras et soient sel et lumière. En plus des célébrations proposées, ces Eglises continuent de rejoindre les besoins spirituels par la distribution de Bibles, l’assistance psychologique, la formation de disciple et un soutien pratique aux déplacés.

Combien de personnes sont dans cette situation en Syrie?
Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, plus de la moitié de la population syrienne est déplacée ou a fui dans d’autres pays. 6, 9 millions sont des réfugiés internes. Les femmes et enfants représentent plus des deux tiers de ces déplacés.

Aujourd’hui, comment votre ONG s’implique-t-elle sur le terrain?
Jusqu’à maintenant, beaucoup d’habitants dormaient dans la rue, de peur que leurs logements s’effondrent. Des ingénieurs de notre organisation partenaire ont commencé à inspecter les maisons des chrétiens pour voir si elles sont prêtes à être occupées. Rien qu'à Alep, 1'200 maisons ont été contrôlées et les réparations nécessaires ont commencé. La maison de Lucine (photo) était l'une d'entre elles!

On soutient les chrétiens locaux également à travers des voyages, en allant les encourager sur place. Nous avons aussi lancé une campagne de prière pour le Moyen-Orient sur internet. Une personne peut annoncer qu’elle prie pour cette région et une lumière s’allume sur la carte. Ainsi les chrétiens syriens sentent qu’ils font partie de l’Eglise mondiale. Ils nous le disent : Sans l’aide des chrétiens du monde, il leur serait encore plus difficile de rester dans leur pays.

Action Un million de prières d'espérance

 

 

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !