« Varier les temps de louange, un moyen de satisfaire le plus grand nombre » par Pascal Crelier

lundi 15 juillet 2013

Pascal Crelier est un responsable de louange reconnu. Il propose ici quelques pistes pour une louange musicale au culte qui soit rassembleuse.

La louange musicale s'est érigée en standard incontournable dans notre liturgie cultuelle évangélique. Depuis près de 25 ans, Jeunesse en mission (JEM) a su donner un nouveau souffle à la louange musicale, avec des mélodies adaptées au style du moment. Batterie, guitare électrique et synthétiseur ont fait leur apparition aux côtés de « sœur orgue » et « frère piano ». Certains applaudissent, alors que d'autres retiennent leur agacement devant tant de modernité, de décibels et de superficialité. « Une théologie biberon sur des mélodies répétitives et inchantables ! » s'écrient certains, alors que d'autres saluent les efforts de JEM pour avoir su faire évoluer la musique, les paroles et la variété instrumentale.
Pourquoi donc, après deux décennies, n'avons-nous toujours pas réussi à trouver un style satisfaisant pour tout le monde? Une sorte de fil à plomb, une référence commune à nos Eglises? La réponse est simple : nous n'aimons pas tous les mêmes choses. La solution est, en revanche, loin d'être aussi facile.

Ces émotions qui nous conduisent
Nous sommes tous à la recherche d'émotions positives, en quête de ce qui nous fait «vibrer». Que ce soit dans le travail, le sport, la musique ou les vacances. Les émotions sont comme les éléments du décor d'un souper romantique (les bougies, le repas, la nappe, la vue sur la mer, etc.). Ce sont des moyens par lesquels nous nous ouvrons à l'autre. Ces émotions nous aident dans notre vie spirituelle et, dans le cadre d'un culte, à nous tourner vers Dieu et à nous ouvrir à lui.
La musique est un moyen particulièrement efficace qui semble toucher les profondeurs de notre âme. Bon nombre de personnes se contentent de décibels et de musiques entraînantes, sans se poser la question des paroles ou du sens profond. La musique à elle seule produit ces émotions tant recherchées.
Tout le monde n'y est pas sensible pour autant. Certains sont plus touchés par une prédication, une étude biblique ou en lisant la Parole de Dieu, alors que d'autres se sentent plus en connexion avec Dieu en contemplant la beauté de la nature.

Varier les formules pour répondre aux besoins divers
Si nous voulons toucher et faire vibrer le plus grand nombre de nos paroissiens, il faut impérativement varier les formules. La louange n'est pas uniquement musicale. C'est avant tout un style de vie qui n'est lié ni à une forme, ni à un lieu. Nous avons à redécouvrir cela en faisant appel à notre créativité et en nous laissant guider par l'Esprit dans cette démarche. La réforme de JEM a touché la musique et les chants ; quelle sera la prochaine au niveau de la louange et de l'adoration?
Il y a suffisamment de dimanches dans l'année pour varier les formules:

  • Commencer par la prédication et enchaîner par la louange. Cette dynamique est plus inconfortable pour le prédicateur, mais ceux qui vibrent pour la prédication seront disposés à vivre un temps de louange musicale par la suite.
  • Redécouvrir la lecture des Psaumes en projetant en même temps un diaporama de photos.
  • Passer un moment à s'encourager les uns les autres au début d'un culte.
  • Amener de nouveaux chants ainsi que des cantiques.
  • Varier les styles musicaux (a cappella, rock, gospel, classique, etc.).

Ce ne sont que quelques idées pour réveiller en nous le désir de créer de nouvelles formules adaptées au contexte ecclésial local.

Un service difficile
Le rôle des groupes et des présidents de louange n'est pas simple et ces derniers sont souvent démunis face aux attentes des gens. Amener une exhortation, gérer un groupe de musiciens et les arrangements musicaux, être attentif au vécu pendant les temps de louange, c'est beaucoup de responsabilités et d'exigences pour des volontaires sans formation particulière. Soutenons-les et encourageons-les en les libérant dans leur créativité et en initiant, avec eux, une réflexion plus large pour répondre au plus près aux besoins de la communauté !
Pascal Crelier, membre de l'équipe de rédaction de Vivre et de lafree.ch.

Vous pouvez découvrir d'autres articles autour du thème « Musique et louange » et participer au débat sur ce thème sur notre FREEblog.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023 icon-comments 1

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

eglisesfree.ch

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !