Jean-Michel Rey, un entrepreneur social avec des projets plein la tête

jeudi 19 juin 2008
Jean-Michel Rey est un entrepreneur pas comme les autres ! En tant que président d’une fondation, il achètera en décembre un terrain de 15'000m2 à St-Cergue, pour y accueillir des jeunes en difficulté. Idée délirante ou inspiration divine ? Jean-Michel rêve d’y installer la Ficelle, le mythique métro lausannois…

Jean-Michel Rey n’en est pas à son premier coup de folie ! Il y a dix ans, à partir de rien, il créait à Nyon le SEMOLAC (Semestre de motivation de la Côte), afin de mettre au travail 5 jeunes en difficulté, puis 10… et aujourd’hui 120 ! « Mon but premier est d’insérer ces jeunes professionnellement, mais on ne peut le faire sans tenter de résoudre d’abord des problèmes sociaux, de logement ou d’argent, qui constituent pour eux l’obstacle fondamental », confie Jean-Michel.

Nouveau concept
5 à 10% des jeunes dont le SEMOLAC s’occupe, ont de graves problèmes de logement. Jean-Michel Rey a décidé d’agir avec l’aide de ses partenaires, en lançant un nouveau concept : l’achat d’une auberge communale désaffectée, sur le terrain des Cheseaux à St-Cergue, pour offrir un hébergement à ces jeunes en difficulté.
« Avec 60 à 70 de ces jeunes, nous devons réaliser des travaux d’utilité publique. Il fallait créer un gros chantier permanent, permettant d’avoir du travail varié pour un grand nombre », explique l’entrepreneur social. Depuis une année que la promesse de vente est signée, l’équipe retape les locaux et aménage le terrain. L’idée serait à terme d’offrir aussi un coup de pouce à des adultes précarisés. Le site des Cheseaux pourrait être un lieu de vie, où ils trouveraient un soutien matériel et logistique.

Une grâce particulière
Tous les jours, il y a d’énormes défis. Jean-Michel Rey sent vraiment la grâce de Dieu qui le soutient. « J’en suis tout ébranlé », nous confie-t-il. Le terrain sera acheté le 14 décembre prochain. Les ateliers ont déjà commencé à restaurer des chambres de l’auberge avec les jeunes, « et quand les trois premières chambres ont été terminées, quatre demandes d’hébergement sont arrivées ! »
Le week-end avant l’entrée des résidents, Jean-Michel et sa femme Claire sont allés préparer les chambres. Ils venaient de recevoir du matériel qu’une école hôtelière liquidait. En ouvrant les sacs reçus, ils ont trouvé des draps, des oreillers, des linges de toilette… tout était là !
Un billard et un piano sont aussi arrivés de façon tout à fait providentielle. « Les contacts échangés autour du billard ont permis de créer une ambiance entre les résidents », se réjouit l’explorateur social, comme il se définit lui-même. Les Rey ont embauché leurs enfants et des amis pour effectuer des veilles. Pour Jean-Michel, « c’est un véritable défi d’embaucher des jeunes qui ont à peu près l’âge des résidents des Cheseaux. Mais c’est une forte interpellation, pour les résidents, de voir des jeunes qui se comportent différemment. »

Quand les idées fourmillent…
La fondation a racheté un mini-golf. Le suivi en est confié aux résidents ainsi qu’aux membres du groupe de jeunes de St-Cergue. Il s’agit de vendre des entrées de mini-golf. Et l’argent récolté sert à des plans de désendettement pour les jeunes en difficulté. « Comment peut-on envisager un avenir, quand à vingt ans on se retrouve avec 20'000 francs de dettes, et ce d’autant plus que ces jeunes n’ont jamais gagné d’argent ? Pour réussir ce challenge, il faut que des gens viennent jouer au mini-golf ! » lance l’explorateur social tout enthousiaste.
Jean-Michel Rey fourmille d’idées : aménager un terrain de foot et de volley, une piste pour des voitures à pédales, un circuit de petit train, un parc pour des animaux… Il s’agit de donner une occupation valorisante et interactive à ces jeunes. Jean-Michel avait prévu d’installer de vieux wagons CFF. Dernièrement, il tombe sur une annonce des transports lausannois : « Qui adopterait la Ficelle ? » Alors sans attendre, il téléphone…

Un bout de Ficelle, s’il vous plaît !
 « Ils ont cherché un repreneur dans le monde entier, auprès de collectionneurs et de musées. C’est le seul métro à crémaillère du monde ! » s’exclame Jean-Michel. « J’ai dû réadapter un peu mon projet des Cheseaux. J’ai offert aux transports publics lausannois de reprendre ce qui leur restera, sauf deux locomotives sur les trois. Il y a une forte vraisemblance qu’une rame du métro lausannois finisse à St-Cergue ! » dit Jean-Michel, le regard pétillant. « C’est difficile de dire où est ma propre folie ou bien l’inspiration divine… Où je suis ému, c’est que ce projet délirant d’un train était déjà prévu sur la maquette. Il faisait partie du concept. »

Un journaliste de « 24 Heures » a appris que Jean-Michel s’intéressait à la Ficelle. Le lendemain, l’entrepreneur social a des sueurs froides : son projet faisait les gros titres… et la municipalité de St-Cergue n’était pas encore au courant ! « Ce qui est génial, c’est que cela m’a permis d’obtenir en une semaine l’autorisation de la municipalité ! Elle est enthousiasmée par ce projet, pour les retombées touristiques et l’image de marque du village ». L’idée est de transformer les wagons en ateliers, pour en faire un train des artisans pour des personnes précarisées.

Attention ! Départ du train dans… 3 mois !
« Le métro doit quitter la ville de Lausanne en février, ce qui m’impose un timing que je n’aurais pas choisi », s’inquiète Jean-Michel. Il s’agit de négocier le métro en 3 mois, de finaliser l’achat du terrain en décembre… et d’acheter la parcelle contiguë qui vient d’être mise en vente ! Pour trouver le financement, l’entrepreneur social a fait appel à des associations et fondations… et il attend avec foi !
Jean-Michel Rey est soutenu par un groupe d’amis et par ses collaborateurs. Il est tellement dépassé par les événements qu’il peine à donner des nouvelles régulières aux Eglises. « Cette année, j’ai monté autant de projets qu’en 7 ans au SEMOLAC ! J’ai mis en place un lieu qui permettrait aux chrétiens d’être témoins, de servir… et pourtant je n’ai que peu d’échos. »

Evangéliser ?
« La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. » En relisant ce texte de l’Evangile, Jean-Michel Rey a découvert deux choses : le Seigneur sème et les anges moissonnent. Or souvent, les chrétiens se croient obligés de semer et de moissonner ! « Pourquoi y a-t-il peu d’ouvriers ? A cause d’un profil peu alléchant : « Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». C’est une très mauvaise annonce en terme de marketing ! Et pour ceux qui n’auraient pas encore compris, Jésus dit : « Ne prenez rien avec vous ! » Cela signifie oser vivre dans la pauvreté. Or ceci ne représente aucun intérêt pour le chrétien moyen actuel ! » conclut Jean-Michel Rey. On ne doit pas évangéliser ou convertir les gens, mais les servir. C’est peu valorisant et peu spectaculaire, mais c’est ce que Dieu nous demande. Et il saura lui-même se manifester à eux.
« Je suis réjoui de voir combien les gens ont des questions. Il y a une soif d’apprendre sur Dieu qui est incroyable. Il ne faut pas qu’on gaspille cet élan ! » Jean-Michel Rey est aussi conscient des difficultés : « Le peuple de Dieu ne peut plus se permettre de snober la détresse de l’humanité. Mais il est dans un tel désarroi qu’on ne sait pas s’il peut encore s’occuper de la détresse des autres... »
A la résidence des Cheseaux, Jean-Michel se contente de répondre aux questions. Et comme par hasard, tous ont des questions sur Dieu ! « Certains demandent :
- Vous croyez que Dieu nous entend ?
- Oui.
- Bon, mais vous croyez que par rapport à mon problème, il entend ?
- Tu veux qu’on lui dise ?
- Ouais, mais comment on fait ?
- Dis-moi ton problème, puis dis-le à Dieu !
- J’y arrive pas.
- Bon, je vais le lui dire pour toi : Dieu, tu vois, X a tel problème, tu peux t’en occuper ? Amen.
Certains reviennent vers moi tout enthousiastes de ce qui est arrivé. L’Eglise doit apprendre beaucoup sur le service, la patience, le désintérêt… et je ne suis pas tellement un bon exemple, car je retire beaucoup de mon travail ! » reconnaît Jean-Michel.

Un service d’accueil
L’ancienne auberge des Cheseaux recevra bientôt les jeunes et les familles. Un restaurant social proposera des repas de midi à tarif réduit. Un tea-room ouvrira l’après-midi. Un bar-jeunesse le soir accueillera les jeunes du village dans une atmosphère saine. Le week-end sera réservé à des activités pour les familles. « Mon rêve ? Que les Eglises adoptent cet endroit comme lieu de détente ! », conclut Jean-Michel Rey.

Anne-Catherine Piguet

  • Encadré 1: Bio express
    Claire et Jean-Michel Rey
     ont trois enfants. Ils font partie de l’Eglise évangélique de l’Arc-en-ciel à Gland (AESR). Après sa formation d’instituteur, Jean-Michel Rey a travaillé 16 ans comme éducateur. Il se définit comme un entrepreneur et explorateur social.
Publicité
  • Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    L’acquittement de Norbert Valley : une victoire ? « C’est une étape », estime Pierre Bühler, professeur honoraire de théologie à l’Université de Zurich, témoin de la défense jeudi 12 mars au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz. Pour lui, il faut plus que jamais que le chrétien soit un citoyen « à la loyauté critique ». D’autant plus quand l’Etat prend des décisions contraires à ses principes supérieurs. Plusieurs réactions de personnes présentes à l'audience lui font écho.

    lundi 16 mars 2020
  • A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

    mardi 18 février 2020
  • Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Bloqués par des frontières devenues quasi hermétiques, les migrants qui empruntent à nouveau la route des Balkans ne parviennent guère à dépasser la Bosnie-Herzégovine. Ils s’y retrouvent comme coincés, parfois en grande souffrance. Le diacre protestant Danilo Gay est allé sur place faire preuve de solidarité.

    vendredi 14 février 2020
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !