La décapitation et sa manipulation à des fins de terreur

Gabrielle Desarzens vendredi 05 septembre 2014

L’Etat islamique a revendiqué mardi 2 septembre la décapitation d'un deuxième otage américain. Ce geste barbare n’a en soi aucune signification religieuse et il n’est pas l’apanage de l’islam ou des musulmans.

L’origine de la décapitation remonte à l’époque prébiblique. Elle a été pratiquée par tous les peuples à diverses périodes de l’Histoire, souvent comme une forme de châtiment pour punir les assassins, les traitres, ou l’un des membres du camp ennemi à titre d’exemple et comme un avertissement. Dans l’histoire chrétienne, Jean Baptiste a sans doute été le plus célèbre des personnages bibliques décapités. Pour rappel, il s’était montré ouvertement critique en ce qui concerne les mœurs matrimoniales consanguines de la famille du gouverneur Hérode alors au pouvoir. En réaction, la femme du notable, Hérodiade, avait demandé qu’on lui apporte sa tête sur un plateau. Or tout un public était à ce moment-là présent dans la maison du gouverneur.

Manipulation et menace
Ce rappel biblique montre que ce geste a, et a toujours eu, une intention clairement manipulatrice et menaçante. Les décapitations exercées encore aujourd’hui dans certains pays se font d’ailleurs souvent de façon publique. Les djihadistes de l’Etat islamique pratiquent ainsi une forme de terrorisme à la fois très ancienne et très nouvelle : ils signifient que, au travers de celui qu’ils tuent, c’est l’ennemi dans son entier – en l’occurrence les Etats-Unis – qu’ils décapitent. Ce qui a changé, c’est moins la méthode d’intimidation que le statut de l’image : le public est toujours là, mais grâce à la télévision et aux réseaux sociaux, l’image frappe sans préavis et sans filtre… et veut faire des Occidentaux, des gens craintifs, impressionnés et impressionnables.

Exactions condamnées par des musulmans
Plusieurs voix musulmanes de haut niveau se font aujourd’hui entendre pour condamner ces exactions. L’Union mondiale des oulémas (docteurs de la loi musulmane) a par exemple jugé mercredi 4 septembre que les actions de l’Etat islamique violaient la charia. « L’assassinat d’innocents, musulmans ou non-musulmans, par certains groupes comme l’Etat islamique (EI) et sous le couvert de considérations confessionnelles répugnantes est un acte criminel et viole la charia », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

9 décembre

  • «Ma carrière, ma famille, ma foi» avec Sarah Decorvet (One’Talk)
  • «Le confinement se passe comment?» (Ma foi, c’est comme ça)

16 décembre

  • «Femme, business et maternité» avec Ruth Letare (One’Talk)
  • «Peacemakers : un gospel pour la paix» avec Liz McComb (Connexion)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Le pardon permet la magie de la résilience ! »

    Ven 04 décembre 2020

    Lisa Zbinden, 24 ans, fait son master en études genre à l’Université de Lausanne. Très attentive aux inégalités sexistes, elle a récemment été bouleversée par le témoignage d’une jeune chrétienne victime d’abus. « Mais qui a pardonné et trouvé en Dieu une force de résilience incroyable ! » RÉSILIENCE : un mot à faire valoir dans les parcours de vie les plus douloureux, estime-t-elle.

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 novembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !