«Abus sexuels : un bilan dans les milieux évangéliques de Suisse romande» par Serge Carrel

Serge Carrel vendredi 14 juin 2019

L’équipe de rédaction des différents médias de la FREE a concentré ses efforts ces derniers mois sur le thème des abus sexuels dans les Eglises évangéliques. Avec la sortie cette semaine d’un dossier spécial du journal Vivre et de deux émissions TV, nous arrivons au bout d’un cycle. L’occasion de faire un bilan de ce qui a été découvert au travers de ces quelques mois d’activités journalistiques. N’hésitez pas à réagir sous cet article ou alors par mail à l’adresse de l’auteur de cet éditorial !

Le 11 février dernier, le journal étasunien Houston Chronicle publiait une longue enquête sur les abus sexuels commis dans le cadre de la Convention baptiste du Sud, la plus grande Eglise protestante des Etats-Unis. Dans un regroupement d’Eglises évangéliques de 47'000 communautés, près de 400 pasteurs et animateurs jeunesse en Eglise ont été recensés comme abuseurs. Certains ont même été parfois récidivistes, parce que leur « fédération » congrégationaliste ne souhaitait pas tenir de registre des salariés d’Eglises abuseurs.

Après les crimes pédophiles et les abus de soeurs qui ont marqué l’Eglise catholique pendant de nombreuses années, cette enquête journalistique a montré que le milieu protestant – et bien sûr évangélique ! – est loin d’être à l’abri de telles atrocités.

Des femmes victimes prennent la parole

Suite à cette enquête américaine, l’équipe de rédaction de la FREE, avec les sites myfreelife et lafree.info ainsi que le journal Vivre, a décidé de faire de ces crimes un sujet d’enquête par rapport à la Suisse romande. Plusieurs faits d’abus ont été signalés à notre équipe – notamment en lien avec des camps pour enfants – et plusieurs femmes victimes, pour la plupart âgées de 50 ans et plus, ont accepté de témoigner. Les témoignages recueillis jusqu’ici ne permettent pas de dire que la situation des Eglises évangéliques en Suisse romande est comparable à celle des baptistes du Sud aux Etats-Unis. Aucun témoignage d’une victime d’un pasteur ou d’un animateur jeunesse en Eglise ayant abusé d’un mineur n’a été recueilli. Cela ne signifie bien entendu pas qu’aucun abus sexuel n’ait été commis en lien direct avec des activités d’Eglises évangéliques ces 30 ou 40 dernières années, mais aucune victime n’a parlé jusqu’ici.

Ce qui ressort des cinq témoignages publiés, c’est que des abus ont été commis soit dans des familles de responsables par un père, ancien dans une Eglise locale, à l’endroit de sa fille, dans des cercles familiaux ou dans des réseaux de relations proches des Eglises évangéliques.

Des abus commis par des pasteurs sur des femmes adultes

Le pasteur et psychothérapeute Jacques Poujol a souligné qu’à sa connaissance une dizaine d’abus sexuels avaient été commis pendant ces 30 dernières années en Suisse romande par des pasteurs évangéliques à l’endroit de femmes adultes. Souvent qualifiés d’adultères, ces agissements sont, pour ce formateur en relation d’aide, des abus au vu de la position d’autorité qu’occupent les pasteurs dans ce type de relations.

Prévention : peut mieux faire !

Au travers d’un dossier intitulé « Eglises évangéliques et abus sexuels : comprendre et prévenir », le dernier journal Vivre a donné la parole à des victimes, mais aussi à Catherine Wüthrich, directrice de Feracpa, la Formation européenne de relation d’aide chrétienne envers les personnes abusées. Dans un article, elle détaille ce par quoi passent les victimes d’abus sexuels et précise le profil des enfants qui pourraient être concernés. Dans une autre contribution, cette infirmière de formation du Nord vaudois parle prévention dans les Eglises et manière d’accueillir un abuseur dans une communauté.

Cette démarche d’analyse de ce que sont les abus est aussi disponible en vidéo grâce à deux émissions Ciel ! Mon info, diffusées sur Maxtv/Theotv, avec Jacques Poujol. Sur une quinzaine de minutes, la première émission permet à une équipe de responsables de réfléchir à ce qu’il importe de mettre en place dans une communauté pour que cette Eglise soit un « lieu sécurisé » pour les enfants. Et cela au travers de l’adoption d’une charte, d’un processus de recrutement des responsables présentant des exigences certaines et d’un code de bonne conduite. La seconde émission reprend « Les abus sexuels », une publication de Jacques Poujol. Publié en 2011, ce petit livre est largement utilisé en dehors des sphères évangéliques comme moyen de prévention des abus dans tous les regroupements de personnes, du club de foot ou de danse aux cercles politiques ou scolaires, en passant bien entendu par les Eglises.

Lafree.info a aussi publié un article fouillé du sexologue André Letzel : «Abus sexuels dans les Eglises évangéliques: quelles réponses donner?».

De nouveaux défis à relever !

Grâce à Patrick Gasser, directeur du Grain de blé, une institution chrétienne qui travaille parmi les enfants, le journal Vivre a mis en évidence une évolution, semble-t-il récente, des abus sur mineurs. Actuellement, les œuvres travaillant parmi les enfants et qui ont été des lieux prisés par les abuseurs, ont pris des précautions par rapport à l’engagement des cadres des camps (voir la «Charte pour service chrétien parmi les enfants et les jeunes»), mais elles font face à un développement des abus commis par des mineurs sur des mineurs… Un nouveau défi à relever !

Au travers de ces différents produits journalistiques, les responsables de myfreelife, de Vivre et de lafree.info ont souhaité montrer que les abus sexuels existaient dans le milieu évangélique et qu’il était fondamental de donner la parole aux victimes. Ils ont aussi réalisé que les Eglises locales n’étaient pas touchées comme les communautés composant la Convention baptiste du Sud aux Etats-Unis. Et c’est rassurant ! Néanmoins, nos Eglises ont encore du chemin à faire pour que ces lieux de vie, où on découvre et approfondit la foi en Jésus-Christ, soient des lieux sécurisés pour les enfants… Davantage de soins s’imposent dans le recrutement des pasteurs comme dans celui des cadres pour le travail parmi les enfants. Davantage d’efforts aussi dans la prévention des abus. Tout cela pour le bien-être de nos enfants !

Serge Carrel
Journaliste et responsable du site lafree.info
 
Cet article a été légèrement modifié suite aux remarques d'une internaute le 15 juin. Notamment par rapport au terme « animateur jeunesse » auquel il a été ajouté « en Eglise ». Pour parler de ce ministère, certaines de nos Eglises parlent aussi de « pasteur jeunesse ».
  • Encadré 1:

    Découvrez les contributions publiées à ce sujet sur le web depuis février dernier

    Nos différentes contributions sur les abus sexuels disponibles sur le web sont accessibles dans ce dossier .

  • Encadré 2:

    Le dernier Vivre en vente au prix de 10 francs

    Si vous souhaitez vous procurer le dernier Vivre et son dossier sur les abus sexuels, il est possible de l’acquérir au prix de 10 francs, frais de port compris. Il vous sera envoyé avec un bulletin de versement en le commandant à : vivre@lafree.ch.
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

18 septembre

  • «Werner Lehmann: 'Conduits au-delà- de nos rêves'» (Ciel ! Mon info)
  • «La bonne nouvelle de l'Evangile» avec Emmanuel Maennlein (One’Talks)

25 septembre

  • «La parole de Dieu» avec Christian Stoll» (One’Talks)
  • «Nicolas Salafranque» dans Tchat avec Nath

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !