«Norme pénale antihomophobie: des craintes légitimes» par Jean-René Moret

Jean-René Moret vendredi 03 janvier 2020 icon-comments 2

En Suisse, la « norme antihomophobie », objet de votation le 9 février prochain, suscite le débat en milieu évangélique. Après une première prise de position de Marc Früh et des réactions sur lafree.info, voici le point de vue de Jean-René Moret. D’un côté, le pasteur de l’Eglise évangélique de Cologny (FREE) souligne que les chrétiens pratiquant l’amour du prochain n’ont rien à craindre d’une telle norme. De l’autre, dans le climat actuel, il émet des craintes par rapport à certains refus de « prestations » et par rapport à certaines prises de position sur l’orientation sexuelle. Ne manquez pas de participer au débat !

La population suisse va être amenée le 9 février à voter sur l'extension de la norme pénale antiraciste pour inclure l'orientation sexuelle. Cela signifierait que des personnes pourraient être poursuivies, et même poursuivies d'office, pour avoir incité à la haine ou à la discrimination envers une personne en raison de son orientation sexuelle, pour avoir « abaissé ou discriminé d’une façon qui porte atteinte à la dignité humaine », pour avoir nié le droit à l'existence ou à l'égalité une catégorie de personnes sur la même base, ou pour avoir refusé une prestation offerte au public pour cette raison.

Les chrétiens ne sauraient cautionner l’appel à la haine !

Dans les grandes lignes, l’objectif est louable, et les chrétiens ne sauraient cautionner l’appel à la haine ou la négation de la dignité humaine. Cependant, cette modification législative pose de sérieuses questions quant à son application dans un futur proche ou lointain.

Ainsi, sur l’appel à la haine et la discrimination, les chrétiens ne sont censés haïr personne, et, si même ils avaient des ennemis, ils seraient appelés à les aimer et à les bénir. Et pour l’heure, l’application en Suisse de la norme pénale antiraciste demande qu’il y ait objectivement appel à la haine pour qu’il y ait condamnation. Sur cette base, les chrétiens devraient pouvoir dormir sur leurs deux oreilles, et ceux qui ne le peuvent pas devraient apprendre à tenir leur langue !

Museler l’opposition à des demandes LGBT+

Par contre, l’actualité montre qu’à l’international, l’accusation d’appeler à la haine (« hate speech », « homophobie ») est utilisée dès qu’une personne ou un groupe « se sent » offensé – et la tactique a été utilisée pour museler l’opposition à des demandes formulées par les groupements LGBT+ ou autres. Ainsi cet automne, la philosophe Sylviane Agacinski a dû annuler une conférence à l’Université de Bordeaux parce que des groupements estimaient que sa mise en cause de la technicisation du corps humain et de la reproduction était homophobe. Si une telle interprétation de l’appel à la haine était un jour acceptée en jurisprudence, il en serait fait de la liberté de parole. Et même si les juges gardaient une interprétation restrictive de la notion, il y a fort à parier qu’ils auraient à gérer une avalanche de plaintes dès qu’une revendication LGBT+ serait mise en cause.

Et le refus de prestations ?

Une autre question d’interprétation porte sur la notion d’une prestation refusée en raison de l’orientation sexuelle. En soi, le texte de loi parle d’un refus adressé à une « personne » en raison de son « orientation » sexuelle. Cela concernerait une réaction telle que : « Je refuse de te couper les cheveux, parce que tu es gay », réaction qu’on ne saurait cautionner. La question qui se posera tôt ou tard, c’est le statut du refus d’une prestation qui concerne un couple en raison de la nature homosexuelle de ce couple. La bénédiction d’un mariage par un pasteur ne serait pas concernée, parce que nous n’avons pas de « marriage chapel » comme aux États-Unis, où les tarifs sont annoncés publiquement ; nos pasteurs accompagnent des couples vers le mariage sur la base d’une relation personnelle, et n’offrent pas une prestation destinée à l’usage du public. Par contre, on peut imaginer le cas d’une Église qui annonce publiquement louer sa salle pour des mariages, et ne voudrait pas qu’une union homosexuelle soit célébrée dans ses locaux. En soi, je soutiens que cela ne devrait pas être puni par la nouvelle norme, parce que c’est l’évènement et non les personnes qui sont visées. Prenons un parallèle avec le cas des religions : refuser une prestation à une personne en raison de sa religion est bien entendu punissable. Par contre, il est tout à fait coutumier qu’une salle ne puisse pas être utilisée pour un événement religieux, et cela n’est pas pris comme discrimination contre les personnes en raison de leur religion. Mais peut-on garantir que la jurisprudence suivra cette distinction de bon sens ? Dans l’atmosphère actuelle, je crains que non.

En justice pour avoir dissuadé de pratiques homosexuelles ?

De même, la norme actuelle interdit de discriminer une personne en raison de sa religion, ou de propager une idéologie visant à la rabaisser ou à nier son droit à l’égalité ou à l’existence. À ma connaissance, cette loi n’a jamais signifié qu’on ne pouvait pas argumenter sur les religions, et qu’un athée ne pourrait pas dire à un chrétien les raisons qu’il voit de penser que la foi chrétienne est erronée et que le chrétien devrait abandonner sa pratique et sa croyance. Par analogie, avec l’extension de la norme, il devrait être licite d’expliquer pourquoi nous ne croyons pas que l’homosexualité correspond à la plénitude du dessein de Dieu pour la sexualité, tant que l’on n’appelle pas à la violence ou à la coercition. Mais là encore, peut-on garantir une jurisprudence raisonnable ? Ne doit-on pas craindre des plaintes injustifiées ?

Des craintes légitimes

En bref, le sujet est difficile, parce que le texte en soi se prête à une interprétation raisonnable, mais que l’atmosphère sur ces questions donne à craindre qu’il soit utilisé d’une manière abusive. Je crois que nous avons des craintes légitimes à exprimer, mais qu’il faut prendre garde de ne pas sembler revendiquer un « droit de haïr ». Et tout ramener à la liberté d’expression est une tactique dangereuse, parce qu’on sait bien qu’en fait la liberté d’expression a des limites, et ceux dont le seul argument est la liberté d’expression sont souvent les porteurs des idées les plus nauséabondes.

Jean-René Moret
Pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny (FREE)
 

2 réactions

  • Früh Marc lundi, 13 janvier 2020 13:52

    L'extension de l'orientation sexuelle s'étendra aussi aux pédophiles, à la zoophilie et d'autres relations sexuelles réprouvées par la loi de Moïse.

  • Jean-pierre Jaquoz lundi, 13 janvier 2020 23:53

    "il faut prendre garde de ne pas sembler revendiquer un « droit de haïr ». Et tout ramener à la liberté d’expression est une tactique dangereuse, parce qu’on sait bien qu’en fait la liberté d’expression a des limites, et ceux dont le seul argument est la liberté d’expression sont souvent les porteurs des idées les plus nauséabondes."

    Merci pour ces paroles sensées. Un certain autre pasteur qui n'a que le mot "censure" à la bouche depuis le début de sa croisade contre cette loi ferait bien de s'en inspirer.

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

22 janvier

  • «L'implantation d'Eglises» avec Franck Jeanneret (One Talk)
  • «La joie d'aimer Dieu» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

29 janvier

  • «Amar: un immense respect pour Issa » (Ciel ! Mon info)
  • «La croissance exige du temps» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Mar 21 janvier 2020

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

  • « Il m’a donné un nom » est sorti de presse

    Lun 20 janvier 2020

    Le livre de Christine Gallay, dans lequel elle raconte notamment ses années de galère à vivre dans la rue, est publié aux éditions Première Partie. Avant le tourbillon médiatique qui l’attend à Paris, elle confie qu’il s’agit là d’un aboutissement.

  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Lun 06 janvier 2020

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

  • "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    Dim 22 décembre 2019

    Il a maintes fois risqué mourir d’une balle perdue. Au cœur du chaos syrien, dans la ville de Homs, le prêtre syrien Ziad Hilal est resté pendant les 8 années de guerre. « Parce qu’on ne quitte pas les gens quand ils passent par un temps difficile. » A la veille de Noël, il dit ne pas pouvoir imaginer un christianisme sans ses racines au Proche-Orient, « où Jésus est né, a marché et annoncé la Bonne Nouvelle. Il faut que les chrétiens reviennent y vivre ! »

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !