mercredi, 30 novembre 2016 13:53

Noémi Girardet aux JO 2016: nager jusqu’à l’épuisement... et la satisfaction

Written by

Elle a participé aux JO de Rio dans l’épreuve du relais 4 x 100 m libre. Membre de l’Eglise La Fraternelle à Nyon (FREE), la nageuse Noémi Girardet parle de son sport comme d’un exercice d’endurance parfois douloureux, mais qui permet la confiance en soi.

5 large

« Quelquefois, on a presque envie de vomir, on n’en peut plus. » Le réveil du matin est déjà presque une souffrance pour la nageuse Noémi Girardet, 21 ans. Tous les jours de la semaine, elle se retrouve dans l’eau de 6h à 8h ; puis elle y retourne de 17h à 19h30. Ce sont donc deux entraînements par jour, près de 25 heures par semaine. « Si on arrête quelques jours, la façon dont on fait par exemple un mouvement avec le bras change, ce qui modifie les appuis dans l’eau. C’est un sport où on doit s’entraîner beaucoup parce qu’on peut vite perdre. » La souffrance physique est alors quotidienne : « Notre corps est parfois ‘cuit’, mais on continue malgré les douleurs parce qu’à la fin, quand on a tout donné, on a une récompense immense en terme de satisfaction : celle d’arriver au but ! »

Travail, persévérance et confiance

Le chemin n’a pas été facile jusqu’à la qualification de la jeune femme aux Jeux olympiques. « Il a fallu beaucoup de travail, de persévérance ; et surtout, de confiance, exprime-t-elle. Parce que dans le sport, il est important de se sentir fort, de ne pas douter. Il faut croire en ses capacités physiques et mentales. » Celle qui a toujours rêvé de participer aux JO en a ainsi toujours parlé au futur, non au conditionnel. « J’ai eu confiance et les choses se sont mises en place, même si je me suis qualifiée un peu à la dernière minute. »

A Rio, les relayeuses helvétiques sont arrivées huitièmes de leur course et ont été rapidement éliminées. Mais Maria Ugolkova, Sasha Touretski, Danielle Villars et Noémi Girardet ont tout de même rempli leur premier objectif, qui était de battre le record national : avec un temps de 3'41''02, elle ont amélioré la précédente marque de plus de sept dixièmes (3'41''76).

Pareil dans la foi comme dans le bassin

Le lien qu’elle fait entre la foi et le sport ? « Mon objectif est toujours resté en ligne de mire. Malgré mes contre-performances, la fatigue, les coups durs, j’ai gardé mon objectif en tête. En sport, il faut persévérer. De même, je sais que Dieu est là même quand je le sens moins présent dans mon quotidien. C’est pareil dans la foi comme dans le bassin : on progresse, mais cela demande des efforts. Et de la confiance ! » Confiance en Dieu dans la sphère spirituelle, confiance en soi dans le monde sportif. Pour cette élève infirmière à la Haute école de santé à Genève, la confiance permet en effet un sentiment de sécurité indispensable si on veut avancer. « Etre en lien avec Dieu, c’est parfois aussi dur de le vivre au quotidien », confie-t-elle enfin, même si elle reconnaît n’avoir pas encore souffert dans la foi.

Gabrielle Desarzens

 

Additional Info

  • Commentaires: Activer
  • Disponibilités (jours): 30
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !