La Maison Béthel ouvre douze « logements supervisés » à Saint-Légier

Claude-Alain Baehler vendredi 07 septembre 2018

La Maison Béthel (1) à Blonay vient d’ouvrir douze « logements supervisés ». Ils sont destinés à accueillir des personnes qui se reconstruisent, suite à un temps difficile sur le plan psychiatrique. Ce projet fait partie de la stratégie de développement de l’institution.

La Maison Béthel (1) à Blonay, l’un des pôles d’activité de la fondation Praz-Soleil, proche de la FREE, vient d’inaugurer sept studios et cinq appartements à Saint-Légier, sur le site du Forum Emmaüs. Dans un bâtiment nommé « La Ferme », treize personnes pourront être accueillies et se reconstruire après avoir traversé un temps de difficultés psychiatriques.

« Dans ces ‘appartements supervisés’, nous allons accueillir et accompagner des personnes de 18 à 65 ans, précise Katia de La Baume, la directrice de la Maison Béthel. Celles-ci resteront là durant trois ans et réapprendront à structurer leurs journées, à manger aux heures des repas ou à faire leurs courses. Nous souhaitons aussi qu’elles puissent réapprendre à utiliser les transports publics, à vivre en société, à gérer un budget, à gérer leur maladie, y compris en demandant de l’aide lorsque c’est nécessaire. L’équipe de Béthel ne souhaite pas en rester là, ajoute la directrice. Elle leur apprendra également à rédiger un curriculum vitae, à se présenter à un entretien d’embauche ou à utiliser les outils informatiques courants. »

Trois ans pour préparer un nouveau départ

Parmi les personnes qui pourront bénéficier d’un appartement supervisé, il y a un jeune en arrêt maladie depuis plusieurs mois. Un autre jeune, en train de quitter la maison parentale, a besoin d’apprendre à se structurer pour démarrer dans la vie et trouver un travail. « Accompagner les jeunes de 17 à 25 ans en difficulté est un défi, précise Katia de La Baume. Ils ne bénéficient plus des structures sociales d’accompagnement des mineurs. A Béthel, nous en accueillons dès qu’ils ont 18 ans. »

Mais cette nouvelle structure convient également à des personnes plus âgées, telle cette dame dans la cinquantaine qui a passé par la maison de Blonay en attendant d’entrer dans un EMS. Elle s’est si bien « retapée » qu’elle envisage désormais de retrouver de l’autonomie. Elle va entrer dans l’un des appartements protégés et fait des projets, y compris celui de vivre un jour dans son propre appartement.

« L’un des appartements de La Ferme est assez grand pour permettre à un parent touché par la maladie d’accueillir ses enfants lors de visites, explique Katia de La Baume. J’aime que les parents puissent retrouver leur rôle parental dans la dignité. Cela leur donne de l’espoir et les aide à repartir dans la vie. »

Durant leurs trois ans en « appartement supervisé », les bénéficiaires s’engagent dans un projet social et professionnel. En fonction de leur situation, ils se tourneront vers une occupation, un travail en atelier protégé ou un emploi.

Toujours en route !

Les appartements supervisés de Saint-Légier font partie du plan stratégique de la Maison Béthel. Ils entrent dans le programme en trois points de l’établissement : « S’arrêter, choisir, repartir. » Ainsi, après avoir pris le temps de se stabiliser, puis de donner du sens à ce qu’ils vivent, les patients en fragilité psychique auront la possibilité de définir un nouveau projet qui les conduira vers l’autonomie. La maison Béthel de Blonay, quant à elle, reste un lieu de transition pour des courts séjours.

Katia de La Baume n’est pas en retard d’une idée. Elle pense déjà à la suite et travaille à la création d’une structure d’accompagnement et de soins à domicile pour les patients qui auront quitté les appartements supervisés. Elle réfléchit également à la création d’un « bistrot social » où pourront se rencontrer d’anciens patients et des clients. « Ce pourrait être un lieu d’accueil et d’accompagnement spirituel, explique la directrice. On pourrait même imaginer un aumônier dans ce bistrot ! »

Claude-Alain Baehler

Note

1) La Maison Béthel propose des courts et moyens séjours de transition. Elle accueille des patients adultes (18 à 65 ans) en fragilité psychique passagère ou chronique. Elle permet bien souvent d’éviter l’hospitalisation à des personnes vivant à domicile, en attente d’un placement en institution ou d’un projet de vie. La Maison Béthel est l’un des deux établissements de la Fondation Praz-Soleil, reconnue d’utilité publique et proche de la FREE.

Le site de la Maison Béthel.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

10 juin

  • «La paternité de Dieu» avec Paul Hemes (Ciel! Mon info)
  • «La protection divine» avec Anne Emmett (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • L’Eglise La Passerelle investie dans le don de nourriture pour près de 500 personnes

    Mer 27 mai 2020

    Dans l’opulente Riviera lémanique, à Vevey, près de 500 personnes viennent chercher chaque semaine des produits alimentaires frais dans les locaux de l’Etape. « Le semi-confinement a plus que triplé le nombre de personnes dans le besoin », commente sur place Jean-Blaise Roulet, pasteur de l’Eglise La Passerelle (FREE), partie prenante de cette aide.

  • « Dieu m’a conduite. »

    Mar 19 mai 2020

    « Travailler dans une œuvre chrétienne n’est pas toujours facile. Il faut savoir pourquoi on est là ! » Rire en cascade et lunettes bien ajustées, Françoise Huguelet tire fin juin sa révérence à la FREE, qu’elle aura servie pendant 13 ans. Rencontre.

  • «Chronique de la salle de bain #9» : «Il était une fois un homme sage et son disciple...» (Marie Ray)

    Lun 11 mai 2020

    Dans un pays lointain d'ici, il y avait un homme parcourant le pays pour partager la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent avec son disciple... Un jour, tout bascule et ils se font arrêter et jeter en prison... Quelle sera leur attitude dans cette épreuve? C'est la découverte que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa neuvième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Sion : le culte "drive-in" passe à la trappe

    Jeu 30 avril 2020

    Après une première très concluante dimanche 26 avril, le culte en mode drive-in à Sion ne peut se répéter : le pasteur Matthias Radloff a reçu mercredi 29 avril une interdiction de la part des autorités cantonales. Il fulmine.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !