« Ne projetons pas sur Calvin toutes les tares du genre humain ! »

lundi 03 octobre 2005
Le Musée international de la Réforme a été inauguré le 15 avril à Genève. Il abrite plusieurs salles qui touchent de près à Jean Calvin, le principal animateur de la Réforme du XVIe siècle dans cette ville. L’occasion de revenir sur une personnalité controversée, tant en milieu protestant, catholique que laïc. On a affublé Calvin de tous les qualificatifs : « Staline du XVIe », « Grand Inquisiteur », « contempteur du plaisir »... Le professeur d’histoire du christianisme Michel Grandjean souhaite apporter quelques nuances dans la perception d’un homme qui demeure pour lui un « fondateur de civilisation ».

« Evitons de projeter sur Calvin tout ce qui déplaît dans la condition humaine ! » Pour l’historien genevois Michel Grandjean, la réputation de Jean Calvin, principal artisan de la Réforme protestante au XVIe siècle à Genève, n’est plus à faire. Elle est même tellement faite qu’elle frise le ridicule. « Pour une appréhension correcte du personnage, demande le professeur d’histoire du christianisme à la Faculté de théologie de Genève, il importe de replacer cet homme dans son contexte historique. »

Le dictateur du bout du lac ?
Souvent aujourd’hui, on fait de Calvin un autocrate, le dictateur de la cité du bout du lac au XVIe siècle. Pour Michel Grandjean, cette manière d’envisager Calvin a été développée, notamment dans les années 30 du siècle dernier, par l’écrivain d’origine autrichienne, Stefan Zweig. Dans son « Conscience contre violence. Castellion contre Calvin », il fait quasiment endosser au réformateur genevois les traits d’Adolf Hitler et il associe le consistoire, le législatif de l’Eglise réformée genevoise, à une « gestapo des moeurs ». « Il faut voir là, explique Michel Grandjean, une tentative de l’essayiste Zweig de faire feu de tout bois dans sa lutte contre l’idéologie nazie. On peut approuver des deux mains son travail de pamphlétaire, mais on doit se montrer très dubitatif par rapport à ses qualités d’historien. »
En 1536, lorsque Calvin arrive à Genève, la cité vient de se libérer de la tutelle du prince-évêque. C’est une République avec des citoyens qui élisent un exécutif appelé le « Petit Conseil ». A Genève, Calvin est un étranger. Il ne votera pas et ne sera jamais membre de l’exécutif. Il ne recevra la bourgeoisie de la ville que fort tard, quelques années seulement avant sa mort. A l’époque, dans toutes les villes comme dans tous les Etats de l’Europe occidentale, il n’y a pas de séparation des pouvoirs entre le politique et le religieux. Et Calvin, vu ses compétences reconnues de juriste et de théologien, est consulté et sollicité pour rédiger des ordonnances civiles ou ecclésiastiques. En dernier ressort toutefois, c’est le Petit Conseil qui prend les décisions. « En 1553 par exemple, année de la mise à mort de Michel Servet, la majorité du Petit Conseil en a par-dessus la tête de ce « Français » qui prend trop de place à Genève. Et on ne s’embarrasse pas pour contrer Calvin et prendre des décisions auxquelles il ne souscrit pas forcément. »

Calvin « grand inquisiteur » ?
Un nom plombe la réputation de Jean Calvin : celui de Michel Servet. Un nom qui fait du réformateur genevois le « grand inquisiteur » du XVIe siècle. « C’est un des faux-pas du réformateur, relève Michel Grandjean, c’est indéniable ! Mais ce qu’on oublie trop souvent, c’est qu’à cette époque Michel Servet avait sa tête mise à prix dans l’ensemble de l’Europe occidentale. » En France, il était condamné à mort par l’Inquisition romaine qui sévissait depuis le XIIIe siècle, pour son livre « Des erreurs au sujet de la Trinité ». Il en allait de même du côté des cantons suisses où les propos de Servet étaient aussi considérés comme blasphématoires. Où qu’il se rende, Michel Servet voyait sa tête mise à prix ! « A l’époque, ajoute le professeur d’histoire, on n’a pas le droit de blasphémer. Que l’on soit catholique ou protestant, si mon prochain blasphème et que je n’agis pas, je me fais son complice et j’encours à mon tour le châtiment de Dieu. » Seuls quelques francs-tireurs demandent de protéger Michel Servet. Sébastien Castellion, par exemple, affirmera par la suite avec courage : « Tuer un homme, ce n’est jamais défendre une doctrine, c’est tuer un homme ! » Le « Petit Conseil » prendra la décision de brûler Servet, alors que Calvin souhaitait la décapitation, « un châtiment tout de même moins douloureux », commente Michel Grandjean. Sinon personne à Genève ne lèvera le petit doigt contre cette mise à mort.

Un « père la morale » ?
« Si vous connaissiez les sermons de Calvin, vous découvririez qu’il est loin d’être terne. Vif de tempérament, il parle le langage de tous les jours, avec des images fortes et même des propos qui nous paraissent aujourd’hui franchement grossiers. » Dans de nombreux cercles au XVIe siècle, le climat est à une certaine rigueur morale. La découverte personnelle que Jean Calvin fait de l’Evangile refaçonne sa manière de voir Dieu et lui donne une éthique. « Pour le réformateur de Genève, explique Michel Grandjean, on n’a pas le droit de faire n’importe quoi ni avec ce qu’on a, ni avec ce qu’on est ! » Cette rigueur morale peut se montrer pesante parfois dans la société, mais elle se révèle aussi étonnamment libératrice. A Genève, la Réforme entraîne la création de « l’Hôpital », l’ancêtre de l’Hospice général, une institution novatrice qui vient en aide aux plus démunis de la ville. Le consistoire, si décrié, est d’abord une instance de conciliation et de protection du plus faible. A Genève, c’est un cas unique dans l’Europe du XVIe siècle, une femme trompée par son mari peut même obtenir le divorce !
« On s’acharne aujourd’hui sur Calvin sans rendre justice à l’extraordinaire fondateur de civilisation qu’il a été ! » Pour l’historien Michel Grandjean, le réformateur compte sans aucun doute parmi les 10, voire les 5 figures marquantes du XVIe siècle. Il est la personnalité qui a donné à Genève la stature internationale qu’on lui connaît aujourd’hui. « Si la personnalité de Calvin avait été aussi effroyable qu’on la dépeint parfois, comment expliquer qu’en 10 ans, entre 1550 et 1560, l’afflux de réfugiés ait quasiment doublé la population de la ville ? Comment expliquer aussi que durant cette période on se soit pressé de toute l’Europe pour venir assister aux cours de Calvin à l’Académie, l’ancêtre de l’Université, un établissement fondé par l’auteur de l’Institution de la religion chrétienne? »

Serge Carrel

Cet article est paru dans l’édition de septembre 2005 du journal Vivre.

 

Publicité
  • Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    L’acquittement de Norbert Valley : une victoire ? « C’est une étape », estime Pierre Bühler, professeur honoraire de théologie à l’Université de Zurich, témoin de la défense jeudi 12 mars au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz. Pour lui, il faut plus que jamais que le chrétien soit un citoyen « à la loyauté critique ». D’autant plus quand l’Etat prend des décisions contraires à ses principes supérieurs. Plusieurs réactions de personnes présentes à l'audience lui font écho.

    lundi 16 mars 2020
  • A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

    Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

    mardi 18 février 2020
  • Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Danilo Gay, un témoin derrière la grande muraille de Bosnie

    Bloqués par des frontières devenues quasi hermétiques, les migrants qui empruntent à nouveau la route des Balkans ne parviennent guère à dépasser la Bosnie-Herzégovine. Ils s’y retrouvent comme coincés, parfois en grande souffrance. Le diacre protestant Danilo Gay est allé sur place faire preuve de solidarité.

    vendredi 14 février 2020
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !