De la rue à l’identité retrouvée

mardi 26 février 2019

Elle l’a écrite en quatre semaines et vient de recevoir le feu vert de son éditeur parisien : la vie de Christine Gallay sera publiée cet automne. Elle y met en avant le rejet vécu enfant et l’identité qu’elle a retrouvée en Dieu.

C’est chez elle, dans un quartier de maisons aux murs orange, autour d’une tarte et d’un café que Christine parle. Un peu. Derrière sa frange, elle confie d’abord à demi-mots des bribes de son histoire. Celle de la rue, où elle a vécu de l’âge de 16 à 18 ans. Où il n’y a pas d’espérance. Que violence et souffrance. Avec de la pudeur dans le regard, elle se lève, va chercher le manuscrit de sa biographie, bien rangé dans une fourre noire A4, bientôt publié aux éditions Première Partie à Paris, et exprime d’un seul jet, pleine d’émotion : « Ma trajectoire de vie, j’aimerais qu’elle puisse être utile à d’autres. Par ces pages, je veux dire que les personnes qui vivent dans la rue peuvent s’en sortir. J’aimerais qu’elles comprennent qu’il leur faut oser chercher de l’aide. » Elle feuillette les pages, lis quelques mots de son introduction : « Quelle que soit ton existence, quelles que soient les difficultés auxquelles tu fais face, une lueur brille dans l’obscurité. (Elle pleure). J’en suis certaine : aucun tunnel ne reste sans issue, aucun gouffre sans débouché ».

Des années de larmes

Derrière ses lunettes, Christine plisse les yeux, les essuie de sa main et les fixe dans ceux de son interlocutrice : « Oui, c’est ça que je veux dire aux gens de la rue : tu n’es pas oublié ! Et puis, j’aimerais jeter un pont entre deux mondes. Parce que je souhaite aussi encourager les lecteurs qui découvriront un univers qui leur est inconnu à s’ouvrir au toxicomane ou au clochard qui se trouve au coin de leur rue. Qu’ils osent un geste, un regard. »

Sans vouloir déflorer le livre à paraître, cette femme, 57 ans, aujourd’hui mère de trois jeunes adultes et mariée à Marc, pasteur de l’église évangélique de Lonay (FREE), partage ce qu’elle a vécu enfant, adolescente puis jeune adulte en montrant un tableau qu’elle a peint : une personne ramassée sur elle-même, à terre, dans des tons brun rouille. « J’ai exprimé dans cette toile le rejet que j’ai vécu. L’abandon aussi. Des années de larmes. »

« Dieu sait faire exister quelqu’un »

D’une fratrie de 6, Christine évoque ce passé qu’elle a dû revisiter pour en guérir. « Ce qu’on vit, enfant, reste bien marqué dans son ADN, jusqu’à ce qu’on ouvre la porte à cette période où se cachent parfois de grandes souffrances », commente-t-elle. Puis elle dit aussi la drogue consommée et dont elle parle aujourd’hui comme d’une fuite. Et, tout d’un coup, nomme Dieu : « J’avais vu la destruction, l’enfer, je connaissais la puissance du mal. Et là, Dieu m’a rejointe. Et j’ai eu une foi totale en lui ! »

Et cette femme étonnante de parler alors de ce Dieu en termes clairs, directs : « Dieu voit les gens. Il sait faire exister quelqu’un. Le mettre en valeur. Lui rendre son identité. Je l’ai vécu. Je vis maintenant une relation avec Lui, et c’est ça que je veux transmettre ! »

Gabrielle Desarzens

 

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : je crois que dans nos vies, nous avons le potentiel de choisir et d’aller de l’avant. Je crois que, comme dans un tableau, le noir et la souffrance mettent la lumière en évidence.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas que le monde est bisounours...

    Ce que je ne crois plus : je ne crois plus que les autres m’apporteront ce dont j’ai besoin. J’ai fait le deuil de l’attente des autres.

     

     

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !