Fabrice Klopfenstein : l'Evangile au bar de Corgémont

vendredi 16 janvier 2015

Aller à la rencontre des non-chrétiens peut prendre des tournures originales. Avec une équipe de chrétiens, Fabrice Klopfenstein anime régulièrement les soirées du Blue Night Bar, un bar qui, par le passé, fut le dancing et cabaret de Corgémont. L'Evanglie entre fumée et alcool !

Samedi 25 octobre. Il est 19 heures. La rue centrale de Corgémont est vide et la nuit est un peu fraîche. A l'arrière du restaurant de l'Etoile, on pousse une porte discrète. C'est l'entrée du Blue Night Bar, l'ancien dancing du village reconverti en bar, où une Soirée célébration se prépare.

La lumière est tamisée. Des chants de Hillsong forment le fond sonore. Quelques personnes s'affairent au bar. Tshirt, jeans et baskets, Fabrice Klopfenstein vérifie que tout est prêt. « Nous louons cette salle et exploitons le bar depuis septembre, commente le responsable de la soirée. Mais c'est la première fois que nous proposons de la musique chrétienne et un temps de louange. »

Les clients du bar arrivent petit-à-petit. A 20 heures, ils sont 25. « Précédemment, il nous est déjà arrivé d'accueillir des clients qui arrivaient après avoir fait la tournée des bistrots, commente Fabrice Klopfenstein. Quelquefois, c'est ici que certains boivent trop. » Cette Soirée célébration organisée au Blue Night Bar n'est donc pas sans risques de dérapages. Mais elle a le mérite de proposer une rencontre entre des chrétiens et des clients, plutôt jeunes, du vallon de Saint-Imier.

L'équipe de musiciens menée par Mélanie Trachsel, ainsi que Rémy et Yvanna Lavigne, démarre avec un rock musclé. Aux cantiques de louange succèdent des chants centrés sur d'autres thèmes : le sens de la vie, la solitude, la conversion, la possibilité de faire une expérience avec Dieu. De l'autre côté d'une vitre, le fumoir s'est rempli. On entend chanter les louanges de Dieu sous les volutes !

Aller à la rencontre, à tout prix

« Jésus était vu comme un buveur et un glouton, et il a changé de l'eau en vin, commente Fabrice Klopfenstein. Mais les gens couraient après lui, alors que, maintenant, les gens fuient les chrétiens. Je ne veux pas faire boire les gens, mais les amener vers le Christ. Et je demande à Jésus comment faire. Si on se plante, on recommence ! »

Derrière cette expérience se trouvent des chrétiens de Corgémont et des alentours – actuellement une dizaine de personnes. Issus de différents milieux ecclésiastiques, ils cherchent à rencontrer les habitants du village de plusieurs manières. Les soirées au Blue Night Bar ne sont qu'un aspect de leur action. « Nous avons aussi deux groupes de prière et des rencontres Quartier libre pour les enfants, précise Fabrice Klopfenstein. Je désire rejoindre les gens là où ils sont. Nous ne voulons pas amener le monde à l'église, mais que l'Eglise aille dans le monde. » Ils prévoient donc d'ouvrir une nouvelle communauté à Corgémont, résolument tournée vers l'extérieur, aux côtés de celles qui existent déjà.

La musique s'est tue. Fabrice Klopfenstein prend un instant la parole pour parler du sens de la vie, des peurs, des maladies, de Dieu. Puis il conclut avec une prière pour la guérison, avant que les clients reprennent leurs discussions autour des tables.

Quinze jours plus tard, le dimanche 10 novembre, le bar a accueilli un premier culte. Il était intergénérationnel.

Claude-Alain Baehler

  • Encadré 1:

    Bio express

    Fabrice Klopfenstein, 32 ans, est marié et père de deux enfants. Géomaticien de profession, il a exercé son métier pendant dix ans avant de ressentir l'appel de Dieu en vue de servir parmi les jeunes. Pendant une année, il a suivi l'Ecole Factory, installée à ce moment-là à Bienne. Ensuite, il a étudié deux ans à l'Institut biblique et théologique d'Orvin (Ibeto).

    Engagé à mi-temps comme pasteur jeunesse par l'Assemblée chrétienne de la Tanne, près de Tavannes, il a démissionné afin de mener un autre projet à Corgémont. Il commente : « J'ai reçu un amour pour Corgémont. C'est là que je veux m'investir dans l'évangélisation. » Il a trouvé du travail comme géomètre à Saint-Imier.

Publicité

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !