Le dessin pour transmettre la Bible

lundi 11 décembre 2017

A l’ère de facebook et autres réseaux sociaux, le dessin intégré dans de courtes vidéos permet de transmettre les histoires de la Bible d’une façon originale et dynamique. La dessinatrice Martine Bacher vogue sur ces canaux d’information avec foi et conviction.

Sur sa table, des craies, des stylos feutres, des crayons de couleur... Martine Bacher travaille aussi à la bombe, et puis à l’encre sur du papier photo. Dans son appartement de Saint-Genis-Pouilly (F), c’est avec son mari Henri qu’elle concocte actuellement surtout des messages dans de courtes vidéos, où l’on peut voir s’animer au fur et à mesure les personnages et les objets de ce qui est raconté simultanément. Sur une tablette reliée à l’ordinateur, elle fait renaître Jésus au pied du sycomore de Zachée, Marie qui pleure au tombeau, ou encore la main de Dieu qui prend soin... En 6 minutes, une des dernières réalisations du couple tire un parallèle entre l’existence et une maison que l’on habite : « Suis-je propriétaire de ma maison de vie ou seulement locataire ? »

Bacher

A cette question existentielle, Martine déroule une réflexion sur des images de base au moyen de ses fameux personnages et avec l’appui du verset d’Apocalypse 3 : 20 (ndlr : Voici je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi »). « C’est une manière de sortir de l’écrit, une forme de transmission du texte biblique, commente-t-elle. Je vois des enfants comme des adultes entrer dans les histoires, vivre les versets de la bible par ce biais. Ainsi ils peuvent les connaître, se les approprier. »

A l’ère de l’image...

La dessinatrice, par ailleurs membre de l’église évangélique de Meyrin (FREE), compte plusieurs cordes à son arc. Le dessin de presse est ainsi un exercice qu’elle a pratiqué, comme aussi l’illustration de livres. caricature pasteur prêcheElle a également réalisé des bandes dessinées. Si elle en est venue avec son mari à ces « histoires racontées et filmées », comme elle les appelle, c’est suite à un constat : « On a eu cinq siècles d’écrit. On est maintenant dans une ère de l’image. Or Dieu n’est ni un Dieu de l’écrit ni un Dieu de l’image, mais de la parole. Nous faisons donc entendre l’Evangile et retenons l’attention des gens par le visuel. »

Entrer dans le dessin

Institutrice de métier, la septuagénaire maman de quatre enfants et grand-maman de cinq petits-enfants se souvient avoir toujours dessiné. « Toute petite, je dessinais à mon pupitre au grand dam de ma maîtresse », se souvient-elle, une lueur espiègle dans les yeux. Mais c’est aujourd’hui une contrainte : « Je ne dessine pas par plaisir. Je dessine parce que j’y vois de l’intérêt. Grand concert dessinJe place par exemple le petit Victor qui ne connaît pas l’histoire de la résurrection du Christ à côté du tombeau vide. Du coup, il y est, il peut faire sienne cette histoire. C’est à mon sens très intéressant. » Ses garde-fous : ne pas tricher, rester au plus près du texte. Et la certitude que le simple coup de crayon peut bousculer une vie : « Jésus a utilisé des paraboles pour dire des choses très profondes. Il faut trouver à mon sens de nouveaux langages pour transmettre l’Evangile à une génération qui lit de moins en moins. » 

Le dessin comme une thérapie

A parler du dessin à des fins personnelles, Martine hésite, puis dit avoir commencé à raconter son enfance sous la forme d’une bande dessinée. Elle apporte un cartable. « Voyez : j’ai fait onze planches. J’ai beaucoup pleuré. Puis après avoir dessiné, dit un certain nombre de choses, je n’ai plus eu besoin de continuer. Cela m’a été utile comme une thérapie. Mais c’est bon, maintenant. » Un autre souvenir lui revient à l’esprit : avoir illustré le psaume 10 « car j’étais vraiment en colère contre Dieu. J’ai tracé ce que ce psaume m’inspirait, l’injustice que je ressentais. Puis ma rogne est tombée. »

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois en un Dieu de liberté, qui tient ses promesses.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas à l’idéal sur terre. J’ai donc de la peine à supporter les prédications qui ne correspondent pas à la réalité.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus à la supériorité de l’écrit.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • La médisance, une habitude nocive

    Mar 28 mai 2024

    Dire du mal ou se moquer des autres, c'est facile et croustillant. Mais la médisance crée une atmosphère toxique et mine profondément les relations. Ce texte de Jean-René Moret, théologien, physicien EPFL et pasteur à l’Église évangélique de Cologny, est paru dans le quotidien 24H, le 18 mai dernier.

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !