Suisse: pétition en faveur de symboles chrétiens dans l’espace public

mardi 24 mai 2016

En Suisse centrale, un groupe de pétitionnaires se bat pour la sauvegarde de symboles chrétiens dans l’espace public. Il veut porter le débat sur la scène nationale, a-t-il notamment été indiqué samedi 21 mai dans les colonnes de la Neue Luzerner Zeitung.

Des symboles comme des croix chrétiennes au sommet des montagnes ou dans les salles de classe ne doivent non seulement pas disparaître mais devraient pouvoir être mis en évidence de manière significative. C’est ce que requiert le Neuer Rütli Bund, une association proche des milieux protestants évangéliques. Ses membres ont annoncé le lancement d’une pétition en ce sens, en précisant que cela concernait non seulement les croix, mais aussi les anges, les crucifix et les icônes.

Une chapelle « confessionnellement neutre »

Cette démarche fait écho au débat qui agite la ville de Lucerne. Cette ville doit en effet se prononcer en septembre sur la présence de symboles chrétiens dans l’espace public. La décision des autorités de rendre une chapelle du cimetière Friedental « confessionnellement neutre » a récemment suscité une vive émotion au sein de la population. Un référendum a été lancé demandant à ce que les symboles chrétiens ne disparaissent pas de ses lieux de recueillement.

Une démarche qui vise le niveau national

Selon Pirmin Müller, conseiller d’Etat lucernois UDC, le comité référendaire n’a rien à voir avec l’organisation du Rütli Bund, même si lui-même fait partie des deux. Interrogé par l’Agence télégraphique suisse, il a indiqué que la démarche des pétitionnaires du Rütli Bund a cependant ceci de particulier qu’elle vise le niveau national. Selon ses partisans, si l’Etat doit être religieusement neutre, la tolérance à l’égard de toutes les religions et cultures ne passe pas par l’oubli des traditions suisses. C’est sans doute finalement une façon de concevoir que le christianisme est constitutif de l’ADN helvétique. 

Le Rütli Bund a été fondé en 1990 et compte quelque 400 membres. 

Gabrielle Desarzens

 

Une chronique de RTSreligion à écouter ici.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !