« Aujourd’hui on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid ! »

Nathalie Schmid lundi 21 octobre 2019 icon-comments 1

Elle travaille avec les personnes sans domicile fixe et milite pour une société plus égalitaire. Noémie Zandvliet, 28 ans, est assoiffée de justice et dit avoir reçu de Dieu son cœur pour les plus démunis.

Assise en tailleur sur le tapis de mon salon, de passage juste avant de se rendre à Paris pour une action militante, Noémie sourit et demande : « Tu crois qu’il y a vraiment de quoi faire un article sur moi ? » De son végétarisme jusqu’à son gilet jaune négligemment laissé sous son pare-brise, l’engagement social est pour elle aussi naturel que respirer. Sa vocation professionnelle ? Pas de doute, c’est dans la rue qu’elle l’a trouvée, en tant qu’éducatrice à La Tuile, un centre d’accueil d’urgence fribourgeois pour les personnes sans domicile fixe. « C’est clairement Dieu qui m’a poussée à faire ce travail », dit-elle. Et d’ajouter, avec un éclat de rire : « À choisir, j’aurais peut-être dû travailler dans une banque pour avoir plus d’argent. »

Le droit d’exister

Après s’être resservie du thé aux fruits qu’elle hume avec satisfaction, elle explique que c’est la soif de justice qui motive ses actions. Elle se rappelle de la pauvreté qui frappa d’un coup ses grands-parents et devine que sa rage vient peut-être de là. Prise d’une envie soudaine, elle entonne : « Aujourd’hui, on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid ! », la chanson des restos du cœur. Elle explique que dans un pays riche, « on a les moyens de s’entraider », et qu’il ne devrait plus y avoir de mendiants dans la rue. Réaliste ? C’est la question qu’elle se pose : « Le monde sera juste quand Dieu reviendra, mais en attendant, un monde meilleur commencerait déjà si les gens ne détournaient pas leurs regard des démunis. » Selon elle, si tu n’as pas d’adresse, tu n’es personne. Songeuse, elle raconte alors l’histoire d’un homme qui est arrivé un soir à l’accueil d’urgence, chargé de soucis, nerveux et difficile à gérer. Le lendemain, après une nuit de repos en sécurité, « il était juste un autre homme, beaucoup plus apaisé. Cette nuit lui a redonné le droit d’exister. »

Pas d’attente

De ses yeux clairs, elle fixe alors le ciel, qu’on aperçoit par la baie vitrée : « Je souhaite que les personnes dans la précarité extrême puissent plus être pris en considération. On les aiderait mieux si on n’avait pas d’attente à leur égard. On a de l’espoir en ce qui les concerne, mais il ne faut pas réfléchir en termes d’attente. » Et la jeune femme d’évoquer encore leur générosité.

Un rêve

Lorsque ses horaires le lui permettent, Noémie aime aller au Gospel Center de Fribourg (FREE). Les pasteurs étant de bons amis, elle peut parler de tout avec eux. « Ils m’ont toujours dit que j’étais à ma place dans ma sphère professionnelle », dit-elle souriante. Soutenue et encouragée, la jeune éducatrice rêve d’ouvrir un jour sa propre maison pour les personnes précarisées. Poussée par le leitmotiv que « oui, il y a déjà de l’entraide, mais on peut faire davantage encore. »

Nathalie Schmid

 

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois en la générosité de Dieu et des gens. Je crois qu'il y a toujours une solution, un espoir. Les situations ne sont pas irréversibles. Je crois que la vie peut être belle malgré les circonstances.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas que sans Dieu on puisse être complet. Je ne crois pas que la vie est un long fleuve tranquille. Je ne crois pas qu'en fermant les yeux, on est plus heureux.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus que notre système actuel trouvera des réponses pour aider les personnes démunies.

1 réaction

  • Erik Veldman lundi, 21 octobre 2019 11:27

    En lisant cet article, je me sens triste. Elle a de beaux rêves, mais la réalité est que même Jésus a dit que les pauvres seront toujours avec nous. La justice sociale n'est qu'un autre mot pour le socialisme et le néo-marxisme. Enlever aux autres pour donner à ceux qui ne veulent pas travailler pour leurs besoins.

    Aider quelqu'un dans le besoin est un don de Dieu et ne devrait pas être imposé par des organisations et/ou des gouvernements. La liberté que nous avons pour aider est la nôtre. En tant que chrétiens, nous sommes appelés à porter l’Évangile dans le monde et c'est ce qui manque dans tout cela. Nous nous préoccupons plus du bien-être physique d'une personne que du bien-être spirituel. Nous pensons que s'ils se sentent mieux et plus riches, ils accepteront l’Évangile, mais ce n'est pas ainsi que cela fonctionne.

    Oui, cette jeune femme a des rêves, mais la réalité est que l'humanité est corrompue au plus profond d'elle-même et qu'elle ne cessera pas de se soumettre mutuellement à la pauvreté. La justice sociale n'est pas la solution. Seul le Christ est la seule réponse à nos peines. Et dire que nous vivons dans un pays riche, c'est absurde parce que nous avons encore des gens qui ont deux emplois pour joindre les deux bouts.

Publicité
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Quand culture, genre et foi s’entrechoquent

    Ven 20 mai 2022

    Marie-Noëlle Yoder, 41 ans, est théologienne, thérapeute, éducatrice, pasteure, mère de famille et directrice du département francophone du centre de formation du Bienenberg. En octobre dernier, invitée par une paroisse de l’Eglise évangélique libre de Genève, elle a animé deux rencontres autour du thème : « Questions de genre. Quand culture, genre et foi s’entrechoquent ». Dans la foulée de ces rencontres, elle a accordé une interview à Sandrine Roulet.

  • Découvre les enfants de la Bible 4 : Samuel

    Ven 20 mai 2022

    La lumière de Samuel... Découvre tout cela dans la vidéo !

  • Des aumôniers juifs et musulmans à l’Armée suisse

    Jeu 12 mai 2022

    Les premiers aumônier juifs et musulmans sont intégrés à l’armée suisse dès ce vendredi 13 mai, après une formation de trois semaines. Ils pourraient entrer en fonction cet été déjà.

  • Les motards chrétiens neuchâtelois vous convient sans chichi

    Mar 10 mai 2022

    Samedi 21 mai à Colombier, les motards chrétiens neuchâtelois organisent une « fiesta ». « Pour montrer que nous ne sommes pas tous des grenouilles de bénitier », lance Alexandre Romanens, un des membres de l’association Roc n’road. Explications.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !