« Aujourd’hui on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid ! »

Nathalie Schmid lundi 21 octobre 2019 icon-comments 1

Elle travaille avec les personnes sans domicile fixe et milite pour une société plus égalitaire. Noémie Zandvliet, 28 ans, est assoiffée de justice et dit avoir reçu de Dieu son cœur pour les plus démunis.

Assise en tailleur sur le tapis de mon salon, de passage juste avant de se rendre à Paris pour une action militante, Noémie sourit et demande : « Tu crois qu’il y a vraiment de quoi faire un article sur moi ? » De son végétarisme jusqu’à son gilet jaune négligemment laissé sous son pare-brise, l’engagement social est pour elle aussi naturel que respirer. Sa vocation professionnelle ? Pas de doute, c’est dans la rue qu’elle l’a trouvée, en tant qu’éducatrice à La Tuile, un centre d’accueil d’urgence fribourgeois pour les personnes sans domicile fixe. « C’est clairement Dieu qui m’a poussée à faire ce travail », dit-elle. Et d’ajouter, avec un éclat de rire : « À choisir, j’aurais peut-être dû travailler dans une banque pour avoir plus d’argent. »

Le droit d’exister

Après s’être resservie du thé aux fruits qu’elle hume avec satisfaction, elle explique que c’est la soif de justice qui motive ses actions. Elle se rappelle de la pauvreté qui frappa d’un coup ses grands-parents et devine que sa rage vient peut-être de là. Prise d’une envie soudaine, elle entonne : « Aujourd’hui, on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid ! », la chanson des restos du cœur. Elle explique que dans un pays riche, « on a les moyens de s’entraider », et qu’il ne devrait plus y avoir de mendiants dans la rue. Réaliste ? C’est la question qu’elle se pose : « Le monde sera juste quand Dieu reviendra, mais en attendant, un monde meilleur commencerait déjà si les gens ne détournaient pas leurs regard des démunis. » Selon elle, si tu n’as pas d’adresse, tu n’es personne. Songeuse, elle raconte alors l’histoire d’un homme qui est arrivé un soir à l’accueil d’urgence, chargé de soucis, nerveux et difficile à gérer. Le lendemain, après une nuit de repos en sécurité, « il était juste un autre homme, beaucoup plus apaisé. Cette nuit lui a redonné le droit d’exister. »

Pas d’attente

De ses yeux clairs, elle fixe alors le ciel, qu’on aperçoit par la baie vitrée : « Je souhaite que les personnes dans la précarité extrême puissent plus être pris en considération. On les aiderait mieux si on n’avait pas d’attente à leur égard. On a de l’espoir en ce qui les concerne, mais il ne faut pas réfléchir en termes d’attente. » Et la jeune femme d’évoquer encore leur générosité.

Un rêve

Lorsque ses horaires le lui permettent, Noémie aime aller au Gospel Center de Fribourg (FREE). Les pasteurs étant de bons amis, elle peut parler de tout avec eux. « Ils m’ont toujours dit que j’étais à ma place dans ma sphère professionnelle », dit-elle souriante. Soutenue et encouragée, la jeune éducatrice rêve d’ouvrir un jour sa propre maison pour les personnes précarisées. Poussée par le leitmotiv que « oui, il y a déjà de l’entraide, mais on peut faire davantage encore. »

Nathalie Schmid

 

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois en la générosité de Dieu et des gens. Je crois qu'il y a toujours une solution, un espoir. Les situations ne sont pas irréversibles. Je crois que la vie peut être belle malgré les circonstances.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas que sans Dieu on puisse être complet. Je ne crois pas que la vie est un long fleuve tranquille. Je ne crois pas qu'en fermant les yeux, on est plus heureux.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus que notre système actuel trouvera des réponses pour aider les personnes démunies.

1 réaction

  • Erik Veldman lundi, 21 octobre 2019 11:27

    En lisant cet article, je me sens triste. Elle a de beaux rêves, mais la réalité est que même Jésus a dit que les pauvres seront toujours avec nous. La justice sociale n'est qu'un autre mot pour le socialisme et le néo-marxisme. Enlever aux autres pour donner à ceux qui ne veulent pas travailler pour leurs besoins.

    Aider quelqu'un dans le besoin est un don de Dieu et ne devrait pas être imposé par des organisations et/ou des gouvernements. La liberté que nous avons pour aider est la nôtre. En tant que chrétiens, nous sommes appelés à porter l’Évangile dans le monde et c'est ce qui manque dans tout cela. Nous nous préoccupons plus du bien-être physique d'une personne que du bien-être spirituel. Nous pensons que s'ils se sentent mieux et plus riches, ils accepteront l’Évangile, mais ce n'est pas ainsi que cela fonctionne.

    Oui, cette jeune femme a des rêves, mais la réalité est que l'humanité est corrompue au plus profond d'elle-même et qu'elle ne cessera pas de se soumettre mutuellement à la pauvreté. La justice sociale n'est pas la solution. Seul le Christ est la seule réponse à nos peines. Et dire que nous vivons dans un pays riche, c'est absurde parce que nous avons encore des gens qui ont deux emplois pour joindre les deux bouts.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • La médisance, une habitude nocive

    Mar 28 mai 2024

    Dire du mal ou se moquer des autres, c'est facile et croustillant. Mais la médisance crée une atmosphère toxique et mine profondément les relations. Ce texte de Jean-René Moret, théologien, physicien EPFL et pasteur à l’Église évangélique de Cologny, est paru dans le quotidien 24H, le 18 mai dernier.

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !