Daniel Bourdanné : une voix africaine appelle à développer la compassion

vendredi 31 mars 2006

Des Eglises pleines et de la ferveur le dimanche sans conséquences le lundi matin, cela ne sert à rien... Daniel Bourdanné, invité récemment à Genève par l’Alliance évangélique, appelle à vivre un christianisme de service, d’actions concrètes et de compassion. Il porte un regard sans concession sur les Eglises d’Afrique et d’Europe. Rempli d’espérance malgré tout, il demeure convaincu de la puissance transformatrice de l’Evangile, ici en Europe comme en Afrique !

A quoi sert la ferveur africaine du dimanche si les démons de la corruption, des conflits et des génocides ressurgissent de plus belle dès le lundi? A quoi servent en Europe nos cultes et nos prières, si nos vies restent orientées par la recherche du profit maximum et si nos Eglises restent divisées? Telle est l’interpellation que nous lance Daniel Bourdanné, secrétaire des Groupes bibliques universitaires (GBU) d’Afrique francophone. Invité en Suisse en janvier dernier à l’occasion de la Semaine de prière de l’Alliance évangélique, il a prêché au culte qui rassemblait les Eglises évangéliques de Genève, rappelant au passage l’impact qu’a eue la réforme calviniste par la prise au sérieux de l’Evangile dans tous les domaines de la vie. Une conviction l’anime :  « Le message du Christ peut transformer les hommes et la société – pour autant que nous le mettions en pratique ».

Du village à l’université
Daniel Bourdanné est issu d’une famille très modeste d’un village du Tchad. Son père, pasteur et agriculteur, meurt jeune. Le garçon n’a que 10 ans. Il sera marqué par le caractère de battant de ce père. Il doit se battre pour vivre : « J’ai eu une enfance pénible. Je devais me débrouiller en cultivant les champs, en faisant un peu de bûcheronnage et du jardinage pour produire des légumes que ma mère m’aidait à vendre... »
De nature curieuse, le jeune homme veut à tout prix entreprendre des études. Mais le pays connaît une guerre terrible. Il faut attendre... Le garçon cultive les champs et donne des cours de biologie pour aider d’autres jeunes. Au bout de deux ans, il obtient une bourse et entreprend des études d’écologie animale  - avec une thèse sur les mille-pattes ! - puis il étudie la philosophie et fait encore 3 ans de psychopédagogie. Pourquoi pas la théologie ? « Je n’ai pas voulu m’inscrire dans une institution théologique formelle. » Il lui semblait important d’approfondir d’abord la manière d’aborder les grandes questions. Il voulait pouvoir étudier la théologie par lui-même, sans être enfermé dans un système quelconque.

Je crois à un avenir pour ce continent
Daniel Bourdanné est préoccupé par cette Afrique qui peine tant à s’en sortir. «C’est d’abord une question de mentalité, relève-t-il. La vision du monde traditionnelle laisse peu de place à l’émergence de l’individu.  Nous faisons souvent l’expérience d’être reconnus pour notre compétence dans un domaine en Occident, alors qu’en Afrique il est très difficile d’émerger. »  La mentalité de cueillette qui marque encore nombre d’Africains constitue aussi un frein à des changements. « Il nous faut donc parvenir à une autre vision du monde qui permette le développement. »
Daniel Bourdanné aime rappeler qu’il y a un peu plus d’un demi-siècle, des contrées entières d’Europe n’avaient pas d’électricité ou qu’il y a 30 ans, on n’avait pas beaucoup d’espoir pour la Chine. Malgré tout, il reste optimiste : «Aujourd’hui, l’Afrique donne l’impression de ne pas s’en sortir. Il y a des pesanteurs réelles. Mais je crois à un avenir pour ce continent. Je crois à la grâce de Dieu. L’histoire nous montre que les centres se déplacent ».

La grâce de Dieu... et la responsabilité des Eglises
Pour parvenir à de véritables changements, la théologie évangélique doit aussi connaître une transformation. « Il s’agit de revisiter nos manières de voir pour que le mandat créationnel soit véritablement intégré dans notre engagement aujourd’hui. » Pour Daniel Bourdanné, la question fondamentale sur laquelle doivent se prononcer aujourd’hui les évangéliques du Nord comme du Sud, c’est de savoir si notre responsabilité sociale reste marginale et s’ajoute simplement aux activités religieuses, ou si nous y voyons une véritable interpellation du Seigneur.
Son constat est sévère sur les lacunes du christianisme africain. « Nous avons l’Ecriture entre nos mains. Qu’en faisons-nous? La déforestation se poursuit à un rythme effrayant et on ne plante que peu d’arbres autour des stations missionnaires ! »  Pour Daniel Bourdanné, de telles questions ne sont que rarement abordées dans les publications évangéliques. Il a l’impression qu’un accent trop fort a été mis sur une forme de spiritualité. Ce qui place le chrétien dans les nuages sans que ses pieds soient accrochés au sol.
Daniel Bourdanné est particulièrement sévère envers la « théologie de la prospérité », un courant influent dans beaucoup d’Eglises africaines qui prêche le succès facile. « Dans l’Evangile, l’accent est mis sur les valeurs de service, en opposition aux désirs de domination, de violence ou à la volonté de posséder. «  J’appartiens à la deuxième génération de chrétiens dans mon village et je me souviens des souffrances des premiers chrétiens dont mon père me parlait. Quel contraste avec cette « théologie de la prospérité » qui marque nos Eglises aujourd’hui ! »
Les GBU abordent régulièrement ces questions. « Mais l’impact est encore insuffisant. La population estudiantine est réduite et il faudrait toucher au-delà de ces cercles ! »

Les Eglises d’Europe sont une force
A quoi nos Eglises d’Europe sont-elles appelées? Daniel Bourdanné estime qu’elles sont une force et peuvent contribuer à deux niveaux au développement dans le Sud : par leur engagement en Europe et par le partenariat dans le Sud. « Les Eglises européennes doivent s’impliquer dans les débats économiques autour de grandes institutions internationales comme le FMI et la Banque mondiale. C’est une lutte pour une autre manière de gérer l’économie mondiale, une lutte qui prenne réellement compte des conséquences dans le Sud de certains choix économiques. » Une décision prise à New York ou à Bruxelles a souvent un impact immédiat sur les petits et les faibles des pays du Sud. « La baisse de quelques francs du prix à la tonne d’un produit comme le cacao peut priver des populations entières de Côte-d’Ivoire de la possibilité de se soigner ou de scolariser normalement leurs enfants », relève-t-il.
Pour Daniel Bourdanné, ce militantisme revêt une dimension missionnaire importante. « Nos actes parlent plus que nos paroles, constate le responsable des GBU. Il faut que les victimes de l’injustice voient l’engagement des chrétiens occidentaux dans ce domaine. »

Développer un partenariat d’Eglise à Eglise
Daniel Bourdanné insiste aussi sur le développement de capacités dans les pays du Sud. Il rêve que des responsables évangéliques se rassemblent autour d’une table pour réfléchir à la manière de renforcer les capacités et de développer le monde associatif, afin que les gens puissent prendre en mains leur destinée. « Il faut pour cela développer des partenariats d’Eglise à Eglise, en évitant le piège d’un partenariat uniquement financier. Chaque partie doit pouvoir contribuer, même sans argent. Des échanges bien préparés, bien organisés, permettent de créer une dynamique. Par exemple : des jeunes qui rencontrent d’autres jeunes et passent du temps ensemble, des pasteurs qui vont servir dans une autre paroisse pour une courte durée – et cela dans les deux sens! »
Daniel Bourdanné se réjouit du lancement de « Stop pauvreté 2015 », dans le cadre du Défi Michée. Il invite les chrétiens évangéliques de Suisse romande à s’y engager résolument. Il attend de nous un christianisme de compassion, engagé socio-politiquement et en partenariat avec les chrétiens du Sud. « Il y va de la crédibilité de la foi évangélique! »

Silvain Dupertuis

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Enquête StopPauvreté : ce que pensent les chrétiennes et les chrétiens de la justice sociale et de la durabilité

    Ven 12 avril 2024

    La conférence « Foi. Climat. Espérance. », organisée le 6 avril 2024 par StopPauvreté, a permis de découvrir les résultats d’une grande enquête à propos de l’attitude des chrétiennes et des chrétiens face à l’écologie et à la durabilité. Il en ressort que ceux-ci sont plutôt bien informés, qu’ils savent ce qu’ils devraient faire, et qu’ils le font… mollement.

  • Harcèlement scolaire: une Eglise d'Yverdon organise un spectacle pour sensibiliser et prévenir

    Jeu 11 avril 2024

    Désireuse de sensibiliser à la problématique du harcèlement scolaire, l'Eglise adventiste d'Yverdon-les-Bains a invité le spectacle musical «Par le Moi» pour une représentation dans un théâtre de la ville, le 24 mars. Créée par l'artiste Sonia Grimm et Steve Alban Tineo, cette pièce qui allie théâtre et musique propose aux enfants et jeunes des clés pour s'affirmer et se prémunir face au harcèlement. Une soixantaine de spectateurs, dont beaucoup de familles, avaient fait le déplacement.

  • Cours Just People (2) : la justice, une question relationnelle

    Ven 05 avril 2024

    La deuxième rencontre du cours « Just People » a été consacrée à la justice, selon la Bible. Le théologien Michaël Gonin a montré comment la justice n’est pas qu’une question juridique. Elle est également un engagement en faveur des humains et de la nature.

  • Baptêmes dans le lac: Le recours de l'Eglise évangélique de Cologny rejeté par le TF

    Ven 05 avril 2024

     La décision est tombée le 23 mars. Le recours de l’Eglise évangélique de Cologny contre l’interdiction de baptême dans le lac Léman a été rejeté par le Tribunal Fédéral. S’il reconnaît le droit de célébrer des baptêmes sur le domaine public, il accepte que l’autorisation de le faire soit conditionnée aux exigences du canton de Genève. Clarifications avec Jean-René Moret, pasteur de cette Eglise rattachée à la FREE.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !