« Il y a beaucoup de souffrances dans nos églises »

mardi 03 octobre 2017

Béatrice Desy, la pasteure jeunesse de l’église évangélique de Reconvilier (FREE) dans le canton de Berne, se forme pour aider les personnes victimes d’abus, qu’ils soient psychiques, physiques, spirituels ou émotionnels. « Or il y en a beaucoup dans les milieux chrétiens », estime-t-elle.

Il y a d’abord ce souvenir : pendant son école de disciple avec Jeunesse en mission (JEM) en Chine, Béatrice voit une femme se faire battre en pleine rue par un homme. « Je me suis dite : ‘ce n’est pas possible’. J’ai été alors saisie par un fort sentiment d’injustice, par une colère profonde. Sûr que je place cet événement dans mes motivations d’aujourd’hui ! » Educatrice sociale de formation, Béatrice Desy, 34 ans, mère de deux enfants en bas âge, a commencé en 2012 à s’occuper des jeunes de l’église évangélique de Reconvilier avec son mari Florian. En 2015, le couple a été reconnu par le Conseil de l’église et le collège pastoral comme pasteurs jeunesse. Il y a un an, Béatrice a commencé une formation en relation d’aide pour personnes abusées1, comme une nouvelle corde à son arc. « L’abus, qu’il soit physique, émotionnel, spirituel, psychique, m’interpelle. On le trouve dans toutes les catégories d’âge, dans tous les milieux, jusque dans l’Eglise, et c’est une chose contre laquelle je m’insurge, car elle enferme les victimes dans beaucoup de souffrance. »

Dieu, un partenaire

Rencontrée dans son salon à Loveresse, la jeune femme regarde par la fenêtre, réfléchit, puis fixe ses yeux marrons dans ceux de son interlocutrice et poursuit : « Ce qui m’intéresse, c’est d’amener une personne à se sentir libre, à vivre dans la liberté, oui. Et je pense que la vraie liberté se trouve en Dieu. Donc quand je prends du temps avec quelqu’un, j’essaie d’être partenaire de Dieu. »

Béatrice Desy considère que les églises renferment beaucoup de personnes en souffrances, « des souffrances mises sous le tapis, car il est difficile encore pour un chrétien de parler de ce dont il souffre ». Mais elle est persuadée que Dieu désire mettre de la lumière dans les situations les plus lourdes. Pour elle, la relation d’aide est un bon outil pour combattre les non-dits, les fausses croyances. « Je suis une personne qui ressent les mal-être. Si je sens la souffrance, la tristesse, j’apprends pendant ma formation maintenant à discerner ce qui est dysfonctionnel dans une famille, par exemple ; et ce qu’on peut qualifier d’abus. »

Un cœur pour les femmes et les jeunes filles

Responsable avec son mari d’une vingtaine de jeunes, elle dit avoir surtout à cœur les jeunes filles. Elle souhaite les accompagner « à être qui elles sont vraiment ». Soit à donner aux femmes leurs places, à les encourager dans leurs dons. « Chacune est différente, avec un potentiel particulier, souligne-t-elle. Chaque fille, chaque mère de famille, chaque grand-maman a quelque chose de spécifique à faire valoir ». Avec son mari Florian, ils ont en fait envie que les gens qu’ils rencontrent et avec lesquels ils cheminent, que ce soit dans ou hors de l’église, s’approprient leur foi ; « qu’ils soient libres d’être qui ils sont ; et qu’ils comprennent surtout que Dieu les aime passionnément ! »

Gabrielle Desarzens

1 La Formation européenne de relation d’aide chrétienne pour personnes (sexuellement) abusées, FERACPA dure 4 ans.

  • Encadré 1:

    Ce que je crois :« Je crois que chacun a reçu un potentiel unique, dont Dieu a besoin.  Je crois qu’il n’y a pas de petit don et je crois que chacun a une valeur inestimable. »

    Ce que je ne crois pas : « Je ne crois pas qu’un être humain sur terre puisse être inutile. Je ne crois pas que Dieu peut abandonner quelqu’un ou que son amour soit limité. »

    Ce que je ne crois plus : « Je ne crois plus que la forme actuelle de l’église corresponde encore à tous. »

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Animations bibliques ZOOM: «La spiritualité des disciples de Jésus selon le Sermon sur la montagne» avec Claude Baecher dès le mercredi 17 mars à 20h15

    Ven 05 mars 2021

    La pandémie de covid-19 a ouvert des possibilités d’échanges en vidéoconférence. Depuis le début de l’année, plus d’une centaine des personnes se retrouvent le mercredi à 20h15 pour étudier le fameux discours de Jésus : le Sermon sur la montagne. A partir du 17 mars, le pasteur et théologien Claude Baecher proposera sa réflexion sur la spiritualité du Royaume telle que dépeinte dans le chapitre 6 de l’évangile de Matthieu. L’occasion pour les personnes qui le souhaitent de rejoindre cette démarche originale de découverte des trésors de la Bible depuis chez soi.

  • «EcoEglise: une plate-forme pour inscrire votre Eglise dans la transition écologique», une chronique StopPauvreté/Radio R de Serge Carrel

    Ven 05 mars 2021

    La vie communautaire d’une Eglise locale est un lieu intéressant pour modéliser des comportements nouveaux en matière de transition écologique. En Suisse romande, un nouveau site internet souhaite y contribuer. Il est le fruit de la collaboration de plusieurs ONG catholiques, réformées et évangéliques. Une chronique Radio R/StopPauvreté signée Serge Carrel, à découvrir en audio ou par écrit !

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise »

    Jeu 04 mars 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Le 29 mai prochain, le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème en proposant de se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Dimanche 7 mars: des cultes en ligne à vivre avec nos Eglises ou des médias évangéliques

    Jeu 04 mars 2021

    Les mesures sanitaires mises en place par le Conseil fédéral incitent lafree.info à publier une liste des cultes à suivre tous les dimanches sur les réseaux sociaux ou via DieuTV ou Radio R. Vous êtes à la recherche d'un culte ce dimanche, alors n'hésitez pas à suivre celui d'une de nos Eglises. Nous vous souhaitons une bonne célébration à distance !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !