« Le handicap n’est pas une punition ! »

Sandrine Roulet vendredi 09 juillet 2021

Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

Il n’y a pas de révolte dans la douce voix de Sylvie. Seulement de la lassitude, après des nuits blanches causées par les insomnies de son fils. Ces derniers temps, Jonathan traverse des crises d’anxiété et sa santé se détériore. Pour Sylvie et son mari, qui ont tout mis en place pour l’aider à communiquer et à développer son autonomie, qui ont consulté de nombreux médecins et cherché les traitements les mieux adaptés, cette régression constitue un mystère. Alors que la famille bénéficiait du soutien d’accompagnantes à domicile, trouver une place en institution pour Jonathan devient aujourd’hui une nécessité.

Utiliser son expérience pour d’autres

Dans cette période éprouvante, une lueur d’espoir s’est allumée : Sylvie a été contactée pour travailler dans une classe avec un enfant présentant des traits autistiques, ainsi qu’une fille polyhandicapée. « Mon expérience et mes idées pourront être utiles », se réjouit celle qui est formée notamment à la méthode Montessori. « Avec la montée de l’autisme, il faut des renforts pour organiser différemment le travail scolaire, proposer des activités spécifiques et prendre aussi du temps avec l’enseignante et les autres élèves. »

Prier et travailler

Issue d’une famille protestante, Sylvie a grandi dans sa foi grâce à des moments forts de retraite à Crêt-Bérard, au sein des Flambeaux de l’Evangile et aux GBEU (Groupes Bibliques des Ecoles et Universités, ndlr). Comme en témoigne la maxime « Ora et Labora »* de son profil WhatsApp, la prière est une grande source de réconfort pour elle : « Souvent submergée, j’ai besoin de prier pour pouvoir travailler ; prier pour ce que j’ai à accomplir pour les autres, pour avoir de la sagesse ». Mais pour Sylvie, la prière entretient avant tout la relation à Dieu : « Ce qu’il désire en premier, c’est la restauration de notre relation avec lui et non enlever nos détresses. »

La foi de Sylvie… et celle de Jonathan

Lorsque Jonathan était petit, Sylvie lui chuchotait des chants chrétiens pour l’endormir. Aujourd’hui, c’est parfois lui qui sollicite la prière. Ou qui lance un « merci » à Dieu pour un bon repas ou une promenade (le meilleur moyen de calmer une crise). Le jeune homme aime aussi entrer dans l’église de leur village, qu’il appelle « l’Eglise ouverte ». « On allume les lumières, parfois une bougie, on chante, on prie, on proclame la Parole. Jonathan connaît des cantiques et s’exprime parfois mieux par ce moyen que par le langage », confie sa maman. Qui se ressource elle-même par le chant choral, les sorties dans la nature et en développant l’art de voir les belles choses de la vie. Et si elle peut se sentir en décalage avec la société, Sylvie est dans son élément au contact des personnes simples que sont les handicapés : « Dieu les aime autant que nous. Le handicap n’est pas une punition ! J'aimerais que le regard des gens change sur la personne handicapée. Jusque dans nos églises ! »

Sandrine Roulet

* Prie et Travaille

  • Encadré 1:
    • Ce que je crois : Je crois que les handicapés ou les personnes différentes ont des richesses à donner et ont leur place dans l’Eglise.
    • Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas que la place des personnes en situation de handicap se situe uniquement dans le monde institutionnel. Je ne crois pas non plus à l'inclusion à tout prix.
    • Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus qu’il faille prier pour la guérison spirituelle ou physique sans avoir pris le temps de demander le discernement du Seigneur et d’être à son écoute.
Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !