Mélanie Scheuring : « Je m’énerve lorsque des personnes m’abordent comme une handicapée ! »

jeudi 08 février 2018

Mélanie Scheuring, jeune femme en situation de handicap, explique ce qu’elle attend d’une Eglise, en matière d’accueil et d’accompagnement.

Mélanie Scheuring, 28 ans, habite dans la région lausannoise. Au bénéfice d’un bachelor en psychologie, elle souffre d’une maladie auto-immune invalidante. Membre de l’Eglise C3 qui se réunit au Palais de Beaulieu, à Lausanne, elle fait partie de l’équipe de louange de cette communauté.

Quelle attitude attendez-vous des membres de votre Eglise ?

Mélanie Scheuring – Comme tout le monde, j'attends de l’accueil, de l'attention, de l'amour, de l’intérêt, de l'honnêteté, d’être intégrée. Confrontés à des personnes handicapées, certains peuvent se sentir mal à l’aise. Des deux côtés, un effort est nécessaire. Et si une personne me dit qu’elle est contente de me voir, j’ai un sentiment de bien-être, de valeur, d’appartenance… comme n’importe qui !

Une personne « en bonne santé » ne devrait pas craindre de s'intéresser à une personne handicapée. Elle peut librement lui demander : « Comment vas-tu ? », si la question est motivée par l’amour et un intérêt réel. Parfois, des personnes handicapées ont une très mauvaise estime de soi et souffrent d’un sentiment de rejet. Par exemple, elles se sentent offensées lorsque personne ne s'intéresse à elle à la fin d'un culte.

Comment votre Eglise vous a-t-elle aidée à trouver votre appel et à exercer votre ministère ?

L’Eglise C3 m'a intégrée dans son équipe de louange. Je m’y suis immédiatement sentie bien et appréciée. L’équipe de louange est devenue une famille dans laquelle je me sens portée. Nous avons un énorme plaisir à collaborer. Cet accueil m’a permis de découvrir que j’avais une place, du potentiel et un appel.

Comment une Eglise peut-elle aider une personne à gérer son handicap ?

Les personnes handicapées, comme les autres, passent par des périodes de crise. Elles ont besoin d’être écoutées, suivies, conseillées, soutenues psychiquement et émotionnellement.

Pour une personne en situation de handicap, les membres d'une Eglise peuvent également apporter un soutien pratique : véhiculer, préparer des repas, accompagner – avec ou sans rémunération, la chose peut être discutée librement. L'aide peut prendre de nombreuses formes différentes. Il ne faut pas craindre de la proposer ou de la demander.

Quelles sont les erreurs et les maladresses à ne pas commettre dans l'accompagnement d'une personne handicapée ?

Je m’énerve lorsque des personnes m’abordent comme une handicapée ou m'ignorent. Car je ne désire pas être définie par mon handicap. La pitié m'irrite beaucoup, car elle ne mène a rien de positif. Elle peut pousser vers la dépression et l’enfermement. Il est bon d'avoir de la compassion et de l’amour, et la Bible nous dit de pleurer avec ceux qui pleurent. Mais elle nous demande aussi de rire avec ceux qui rient.

Un handicap ne doit être ni ignoré, ni exagéré. Une personne handicapée est un être humain comme tous les autres… mais un peu plus original que la « norme ».

A quoi les Eglises devraient-elles réfléchir en priorité à propos de l'accueil de personnes handicapées ?

Le premier point à vérifier, c’est l’accessibilité des locaux aux chaises roulantes. En traitant cette question, on aide en même temps les personnes âgées de l’Eglise.

Il est également important d’intégrer les personnes handicapées grâce à des activités. Par exemple, on pourrait intégrer une personne trisomique dans l'équipe d’accueil au culte. Mais il me semble que, en règle générale, les Eglises se débrouillent plutôt bien.

Propos recueillis par Claude-Alain Baehler

Mélanie Scheuring a été l'une des oratrices de l'édition 2016 de One'. A cette occasion, elle a été interviewée sur le stand de PhareFM Romandie.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !