Sénégal 2008 : une expérience hors du commun pour des jeunes de Morges et de Lonay

jeudi 18 septembre 2008

Une douzaine de jeunes des Eglises de Morges et Lonay ont passé 3 semaines, du 14 juillet au 2 août, au Sénégal. Ce voyage a bénéficié de l’appui de la campagne « Dans les baskets d’autres chrétiens », une démarche qui vise à encourager les membres de la FREE à rencontrer nos envoyés sur le terrain. Au Sénégal, c’est Béatrice et Jacques Marceau-Ziswiler qui les ont accueillis. Echos d’un périple qui laisse des traces.

Le groupe de jeunes des Eglises évangéliques de Morges et de Lonay, « Les Synchros », a décidé de réaliser une expérience unique : vivre pendant l’été 2008 trois semaines dans un pays du tiers-monde. Le Sénégal est un choix qui a fait l’unanimité en raison de sa langue nationale, le français, ce qui devait faciliter les échanges entre Européens et Africains.

Les buts de ce voyage au Sénégal
Pour la plupart des 10 participants, c’était leur premier voyage en Afrique. Pour certains, c’était même leur baptême de l’air. En organisant notre séjour, nous avons voulu atteindre les buts suivants : découvrir une autre culture, être défié, bousculé et même bouleversé dans notre foi, mieux connaître Dieu et le voir agir de manière inattendue et surprenante. Chaque jeune est très différent. Certains aiment beaucoup parler en public, d’autres en ont peur. Certains sont doués en musique, d’autres dans l’improvisation, d’autres encore dans la louange... mais nous avions tous envie de vivre un défi de foi et d’avancer dans notre relation personnelle avec Dieu.
C’est dans ce but que nous avons décidé, d’un commun accord, de témoigner chacun notre tour durant le voyage. Le soir, un des participants prenait l’initiative de parler à cœur ouvert de sa vie, de son passé, de ses souffrances et de ses blessures, mais aussi de Dieu, de comment il a agi dans sa vie, de ses réponses mais aussi de ses silences. Cette initiative de l’équipe a permis une meilleure connaissance mutuelle.

Une aide aux « enfants talibés »
Notre voyage s’articulait autour de l’aide aux « enfants talibés ». Ces enfants sont envoyés par leurs parents dans des écoles coraniques pour devenir de bons musulmans. Les marabouts qui dirigent ces écoles, envoient les enfants mendier dans la rue, afin de financer leurs projets. Ces responsables religieux n’apprennent jamais le Coran, ni même le français aux enfants talibés. Ceux-ci sont condamnés à errer dans les rues pour récolter une somme définie par le marabout. Si les enfants reviennent les mains vides ou alors avec une somme insuffisante, le marabout les bat. Il va même parfois jusqu’à les enfermer. Ces enfants-là vivent dans une situation qu’aucun enfant ne devrait connaître : l’abandon, le rejet et l’esclavage.
Néanmoins, nous avons pu entrevoir l’action du Seigneur au travers des gens qu’il a envoyés au Sénégal pour ces enfants. Les responsables des centres que nous avons rencontrés étaient tous chrétiens et servaient Dieu avec amour. Le fait que ces gens se battent contre l’injustice qui frappe les enfants dès leur plus jeune âge, nous a tous profondément marqués. Malgré les immenses carences dont souffre ce pays, ils ont choisi d’agir sans savoir ce que l’avenir leur réserve. Même si les besoins sont énormes, ces personnes font confiance au Seigneur, y compris dans les situations les plus délicates.

Jouer, partager, aimer...
Il a été pour toute l’équipe frappant de voir des enfants si différents de ceux de Suisse. Pas de pleurs, pas de caprices. Seulement une immense envie de jouer, de partager et un insondable besoin d’amour. En choisissant de nous occuper d’enfants talibés, nous ne savions pas forcément quelles lois régissaient leur comportement. Malgré leur immense besoin d’amour, c’était la violence qui dictait leur attitude. Ils étaient, pour la plupart, des enfants qui venaient depuis peu dans les centres. Très impulsifs, ils réagissaient à la moindre provocation en adoptant un comportement violent.
C’est par des animations, des jeux et au travers de la musique que nous voulions aider ces enfants. Ce ne fut pas une tâche aisée de tisser des liens avec eux. Nous qui croyions que le choix du Sénégal faciliterait nos contacts avec les talibés ! Nous ne savions pas que la majorité d’entre eux parlent le wolof ou le peul, deux dialectes fortement répandus en Afrique de l’Ouest. Cependant malgré la barrière de la langue, nous avons pu, durant la deuxième semaine, dialoguer avec les enfants. Nous nous étions établis à Keur Massar, une ville non loin de Dakar, dans un centre qui s’occupe d’enfants talibés qui ont décidé de quitter les marabouts. Ces enfants vivent en permanence dans ce centre où les responsables leur apprennent le français (lecture et écriture), la cordonnerie ou encore la menuiserie. Nous étions chargés de soulager les responsables dans leurs fonctions, en prenant le relais l’espace de quelques jours. Cette semaine est restée la plus appréciée de l’équipe en raison de la proximité que nous avions avec les enfants.
Plusieurs enfants se sont ouverts à nous, allant même jusqu’à témoigner de leur vécu en tant que talibés. C’est dans ce sens que nous avons pu réaliser notre objectif : le partage d’un vécu entre Suisses et Sénégalais.

Un face à face difficile avec l’islam
Ce fut pour l’équipe particulièrement éprouvant d’être confrontée à la religion musulmane. Au Sénégal, plus de 95% de la population est musulmane, le reste des habitants du pays étant animistes ou, pour très peu, chrétiens. Pour ma part je pensais que l’islam était une religion ouverte à celle des autres comme le prônent les valeurs musulmanes. Mais au Sénégal, c’est encore une fois la loi du plus fort qui règne. La religion musulmane étant majoritaire, elle profite de son succès pour dominer fortement le pays. Que ce soit dans l’économie ou en politique, l’islam est omniprésent. Le président lui-même est entouré de marabouts qui décident de la direction que va prendre le pays. Ainsi il est difficile de se faire entendre en tant que chrétien, car il est notoire au Sénégal que considérer Jésus comme le Fils de Dieu est un blasphème, donc une grave faute dans l’islam.
Mais une fois encore, nous avons pu réaliser que Dieu n’est pas absent malgré la mainmise de l’islam sur le pays. Que les chrétiens sénégalais, largement minoritaires, sont des gens profondément ancrés en lui, qui se battent pour l’avancée du Royaume de Dieu. Nous avons pu voir le fruit de leurs efforts dans les centres en entendant plusieurs enfants talibés parler le français ou de Dieu, et encore en voyant les enfants chanter des cantiques bibliques avec une joie indicible.

Des relations qui s’approfondissent
Ce fut un immense défi à relever que de partir à 12 jeunes inexpérimentés, accompagnés par Chritophe Deshayes, le pasteur-jeunesse de nos Eglises, ainsi que par Jaziel et Irène Rodrigues, d’anciens envoyés de la FREE au Sénégal. L’équipe ne se connaissait que superficiellement, même si les jeunes se fréquentaient depuis plusieurs années déjà. Mais le Sénégal a permis de se rapprocher des personnes qui se connaissaient moins et surtout de travailler ensemble. Même si ce ne fut pas toujours évident ! Cela a permis à chacun de découvrir de nouvelles facettes de sa personnalité et de dévoiler à nouveau des traits de caractères connus. Cette expérience a été édifiante pour chacun, car les jeunes avaient des objectifs précis comme oser prier à haute voix devant le groupe ou encore oser témoigner devant tout le monde. Ces objectifs ont été atteints avec succès.

L’Afrique : des rencontres extraordinaires, des paysages uniques...
Nous avions tous maintes et maintes fois regardé des images de l’Afrique en y voyant à chaque fois de la misère, de la pauvreté et de la désolation. Ce qui a été édifiant pour l’équipe, c’est de réaliser que l’Afrique ce n’est pas seulement un continent dévasté. L’Afrique, ce sont aussi des rencontres extraordinaires, des paysages uniques et surtout des quantités d’anecdotes à jamais gravées dans nos mémoires. Ce voyage nous a rendus tous porteurs d’un témoignage que nous nous devons de partager à autrui. Reste que sans doute l’un des éléments les plus encourageants, c’est que cette expérience nous a permis de réaliser qu’être chrétien, c’est faire partie d’une famille que ni les barrières de la langue ni des autres religions n’empêcheront de voir grandir.

Pierre Bonjour, l’un des participants à ce voyage des « Synchros » au Sénégal

  • Encadré 1:

    Un blog sur le voyage et des infos sur « Dans les baskets d’autres chrétiens »
    Les jeunes qui ont participé à « Sénégal 08 » ont réalisé un blog qui retrace au jour le jour leur séjour sur place.
    Si vous souhaitez bénéficier de davantage d’infos sur la campagne « Dans les baskets d’autres chrétiens », ne manquez pas une visite sur le même site. Une vignette vous donne accès à de nombreux documents.

  • Encadré 2:

    Accueillir des ados en Afrique, un défi comme un pas de foi
    Le voyage des « Synchros » au Sénégal a été possible grâce à des envoyés de la FREE. Béatrice et Jacques Marceau-Ziswiler vivent à Dakar depuis de nombreuses années. Ils évoquent ici ce que la venue d’une douzaine d’ados a représenté pour eux cet été.

     

    Il y a une année, nous avons parlé avec la Commission Afrique de la FREE de la possibilité de recevoir une équipe d’ados venant de Suisse. Motiver des jeunes pour la mission fait partie de la vision de « Jeunesse en mission », l’oeuvre avec laquelle nous travaillons au Sénégal. Personnellement, je me suis convertie à l’âge de seize ans et je me suis rapidement intéressée à la mission. Les grandes décisions de ma vie, je les ai prises quand j’étais ado moi-même et je suis encouragée quand des jeunes s’intéressent à notre travail.

    Des craintes...
    Pourtant, je ne cache pas que j’avais aussi quelques craintes par rapport à la venue de cette équipe. Notre famille ainsi que nos collaborateurs au dispensaire et au centre des enfants de la rue, nous avons dû changer nos dates de vacances, mais nous avions été avertis bien à temps. Je savais aussi que j’allais être particulièrement occupée au dispensaire pendant leur séjour en juillet. Le grand défi, c’était de loger, d’occuper cette équipe et de trouver du temps avec eux à côté de nos autres activités. C’était super d’avoir Jaziel et Irène Rodrigues comme accompagnants. Jaziel et Irène connaissent le Sénégal depuis des années. Ils ont pu s’occuper de tous les détails et des déplacements.

    ... et de la reconnaissance !
    Personnellement, j’ai été surprise par la capacité d’adaptation des jeunes et aussi par leurs initiatives dans les activités avec les enfants. Ils ont été très appréciés tant par les enfants que par le personnel sénégalais. Recevoir des jeunes, c’est du travail, mais nous avons aussi vu Dieu à l’oeuvre là où nous étions dépassés. Et surtout, nous sommes très reconnaissants du fait que le séjour a été un succès pour les jeunes eux-mêmes.
    Béatrice et Jacques Marceau-Ziswiler

Publicité
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020
  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

    mardi 21 janvier 2020
  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

    lundi 06 janvier 2020
  • "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    Il a maintes fois risqué mourir d’une balle perdue. Au cœur du chaos syrien, dans la ville de Homs, le prêtre syrien Ziad Hilal est resté pendant les 8 années de guerre. « Parce qu’on ne quitte pas les gens quand ils passent par un temps difficile. » A la veille de Noël, il dit ne pas pouvoir imaginer un christianisme sans ses racines au Proche-Orient, « où Jésus est né, a marché et annoncé la Bonne Nouvelle. Il faut que les chrétiens reviennent y vivre ! »

    dimanche 22 décembre 2019

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !