Hongrie : le christianisme de façade à l’index

mardi 03 septembre 2019

Des églises rénovées et une rhétorique gouvernementale conservatrice qui s’appuie sur le christianisme : autant de paravents qui cachent en Hongrie une polarisation de la société avec un nombre croissant de sans-abri. Dans ce pays européen où le populisme bat son plein, reportage auprès de figures de résistance.

 

Les inégalités se creusent en Hongrie. Et le phénomène saute aux yeux. De nombreux sans-abri dorment dans les parcs de la capitale, où le regard s’arrête aussi sur ces deux femmes, la soixantaine, l’air fatigué, qui balaient la rue devant la terrasse d’un café : « C’est pour toucher l’entier de leur chômage, ou pour compléter leur retraite qui est très faible, puisqu’elle oscille entre 150 et 300 euros par mois », m’explique-t-on. Nous sommes dans le 8è arrondissement de la capitale qui compte un fort taux de tsiganes (ils représentent 10% de la population hongroise ndlr), une population qui reste parmi les plus pauvres et les plus discriminées. Le 19 août dernier, la Hongrie a célébré le 30è anniversaire du démantèlement du rideau de fer. Mais Viktor Orban en a dressé de nouveaux, d’abord tangibles avec barbelés le long de la frontière sud avec la Serbie pour repousser les migrants ; mais aussi des murs à l’intérieur de la population où ils sont toujours plus nombreux à avoir du mal à nouer les deux bouts. Si les Eglises appuient apparemment le pouvoir en place, des figures de résistance en émergent et font entendre leur voix dans leur communauté locale avec un tout petit cercle de fidèles autour d’elles. Car il est difficile de se faire entendre loin à la ronde dans un pays où le Premier ministre et ses proches ont repris en mains la télévision publique, mais aussi près de 80% du paysage médiatique.

« Il faut se battre »

Capture décran 2019 09 03 à 13.53.43Marta Bolba, pasteure luthérienne, habite dans un lotissement communautaire, qui accueille les laissés pour compte de la société : des personnes âgées, des malades psychiques, des migrants, des tsiganes. Elle déclare dans un demi-sourire être considérée dans son pays comme « un ennemi de l’Etat », même si le premier ministre Viktor Orban exalte l’identité chrétienne comme socle de la nation. « Le christianisme, c’est facile de l’utiliser », déclare-t-elle, le plus jeune de ses trois enfants sur les hanches. Elle a tenté, sans succès, de se faire élire dans son arrondissement. Deux rues plus loin, Gábor Iványi, pasteur méthodiste, est une autre figure emblématique de l’opposition à la politique gouvernementale. Il s’affiche à la tête d’un lieu similaire dédié aux plus pauvres, avec dispensaire médical, dortoir d’urgence, cafeteria et maternelle pour les enfants des sans-abri. Dans la file d’attente, à l’entrée, un homme indique venir ici pour bénéficier de soins médicaux alors qu’il souffre d’un genou. Capture décran 2019 09 03 à 13.54.20Une femme, la peau claire, fait la queue pour de la nourriture : « Je dors dehors, et c’est difficile, oui, parce nous sommes très nombreux et qu’il faut se battre », dit-elle.  Au coin de la rue, un crucifix haut de deux mètres environ est orné de fleurs. Et les églises les plus proches, rénovées,  ont très belle allure.

Une « dictature molle »

Capture décran 2019 09 03 à 13.52.58La barbe rayonnante, le pasteur Iványi pose calmement ses griefs tout en buvant un café : « Les éléments qui sortent du discours de Viktor Orban, notamment contre les sans-abri et les migrants, ce sont des choses qui n’ont strictement rien à voir avec les valeurs chrétiennes. Il y a dans le monde entier plusieurs dirigeants autoritaires qui utilisent le mot « chrétien » pour justifier leur action. En Pologne aussi la chrétienté est utilisée comme paravent par le pouvoir politique. Pourquoi ? Souvent pour des raisons électorales. » Notre pasteur, connu et cité parfois comme la bête noire du premier ministre, a parlé du gouvernement hongrois comme d’une dictature. Exagéré ? « La dictature peut avoir des formes différentes, répond-il de sa voix basse. On n’enlève pas les opposants, on ne les met pas en prison, comme cela a pu être le cas pendant la période communiste. Mais bon, un régime où on a peur de perdre son emploi si on s’exprime sur des sujets politiques, c’est quand même selon moi une dictature dans une forme disons molle. »

L’indicateur de son humanité

Capture décran 2019 09 03 à 13.53.29Dans la localité de Vác, à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale, l’archevêque Miklós Beer est également un critique notoire du gouvernement. Au sein de l’Eglise catholique hongroise, l’une des plus conservatives d’Europe et qui regrouperait 40% des Hongrois, on dit de lui qu’il n’a plus toute sa tête, raconte-t-il en souriant. « Moi, ce qui me dérange, c’est que l’opinion publique croit que ce pays et son gouvernement sont chrétiens juste parce que l’Etat aide à la rénovation des églises, qu’il favorise l’enseignement religieux et que différentes personnalités politiques prennent part à des célébrations et des manifestations religieuses. Mais ce ne sont que des apparences ! » Pour lui, la question migratoire est emblématique de cette instrumentalisation de la religion : « Le gouvernement utilise le christianisme pour dire qu’il faut se défendre contre l’islam ; c’est très dérangeant. Il faut absolument différencier ces discours de la foi chrétienne qui, elle, est une réalité vécue, où le croyant attend de savoir ce que Dieu veut de lui. » Mais le plus grave problème de son pays reste celui des tsiganes, estime-t-il. «  Il y a quelques années, j’ai écrit une lettre pour qu’elle soit lue dans les différentes paroisses catholiques.  J’y disais notamment ceci : que notre capacité à les intégrer, à les accepter comme nos frères était un bon indicateur de notre humanité ». Dans le jardin du palais épiscopal et avant de prendre congé, il montre un tout petit sapin qu’il a planté. Un symbole, dit-il ! Qu’est-ce qui doit donc pousser absolument en Hongrie ? « La solidarité », répond-il sans l’once d’une hésitation.

Gabrielle Desarzens

Cet article a été publié en version courte dans les colonnes du Courrier le vendredi 30 août 2019.

Le reportage a fait l’objet de l’émission Hautes Fréquences de dimanche 1er septembre à 19h sur RTS La Première et de l’émission Babel du dimanche 8 septembre à 11h sur RTS Espace 2.

 

  • Encadré 1:

    Un trauma national

    Capture décran 2019 09 03 à 13.52.01Dans le 3è arrondissement de Budapest, l’historien des religions Attila Jakab le confirme : il faut faire la différence entre la religiosité d’apparence, structurelle, institutionnelle, de façade, et la foi ancrée dans la spiritualité. « Et ce qui manque à mon avis c’est la spiritualité. On parle actuellement dans le monde d’une religiosité identitaire politisée, sans aucun substrat, sans aucun contenu spirituel. C'est une forme politico-religieuse sans contenu. » Et c’est précisément ce qui explique la montée des populismes, indique-t-il. « Une telle religiosité donne aux gens une identité communautaire sans aucune valeur morale. Ce qui se passe dans la société hongroise – mais aussi à mon sens dans les autres pays de l’Europe de l’est comme également de l’ouest – c’est que les communautés religieuses répondent à leur quête identitaire et à leur besoin de sécurité. » La droite hongroise, précisément, plonge ses racines dans la nostalgie de la grande Hongrie chrétienne. Et le gouvernement hongrois entend bien commémorer l’année prochaine la « tragédie nationale du traité de Trianon où le pays a perdu 71% de sa superficie en 1920.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • La médisance, une habitude nocive

    Mar 28 mai 2024

    Dire du mal ou se moquer des autres, c'est facile et croustillant. Mais la médisance crée une atmosphère toxique et mine profondément les relations. Ce texte de Jean-René Moret, théologien, physicien EPFL et pasteur à l’Église évangélique de Cologny, est paru dans le quotidien 24H, le 18 mai dernier.

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !