Kurdistan irakien : à Dohuk, Medair veille sur la santé de plus de 18'000 réfugiés yézidis

Kurdistan irakien : à Dohuk, Medair veille sur la santé de plus de 18'000 réfugiés yézidis
(Emmanuel Ziehli (Stop Pauvreté)) icon-info
Serge Carrel lundi 21 mars 2016

Selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, il y a actuellement en Irak plus de 1 million de déplacés à l’intérieur du pays. Plus de 18'000 habitants de la région de Sinjar au nord-ouest de l’Irak, pour la plupart des Yézidis, ont fui l’avancée de l’Etat islamique et se sont réfugiés dans la région de Dohuk. L’ONG lausannoise Medair est sur place et gère une clinique. Reportage.

Qassim Suliman vit depuis bientôt deux ans dans le camp de réfugiés Sharya, tout près de la ville de Dohuk, dans le nord du Kurdistan irakien. Cet ingénieur agronome et maître d’école est à l’entrée de sa tente avec sa femme Nofa Qassim. Une tente qui, la nuit, abrite également leurs quatre enfants : trois jeunes hommes et une adolescente. La tente de quatre mètres sur quatre et de deux mètres de haut est minutieusement rangée, un tapis recouvre une dalle en ciment, des petits coussins bordent le tour de la tente, avec une télévision dans un coin. « Nous sommes Yézidis, explique Qassim, et nous venons du village de Sabahiya, au sud de Sinjar », une ville du nord-ouest de l’Irak, tout près de la frontière syrienne. Comme les 18'000 autres Yézidis qui habitent ce camp, Qassim Suliman et son épouse ont fui l’avancée de l’Etat islamique (EI) à l’été 2014 et ont trouvé refuge dans cette région montagneuse du Kurdistan, à plus de 1000 mètres d’altitude.

medair-camp

Une photo de sa maison et de ses terres

PICT0171

Qassim Suliman sort un ordinateur et montre une photo de sa propriété. Des champs très verts au premier plan, des oliviers ensuite… Du tout se dégage une impression de prospérité. On entrevoit en arrière-plan une série de bâtisses blanches qui renforcent encore ce sentiment. « Nous avons dû quitter notre propriété à cause de l’arrivée de l’Etat islamique, explique-t-il. Nous avons réussi à fuir à la dernière minute. Mes cousins ont été capturés par l’EI. Ma mère est restée sur place et elle est morte là-bas. »

Qassim Suliman relève que lui et sa famille n’ont pas d’avenir dans ce camp. Très dépité, il lâche : « Nous n’avons pas non plus d’avenir dans notre région d’origine. Du côté de Sinjar, nous avons été menacés 74 fois ces dernières décennies. Aujourd’hui si nous rentrons, notre maison est détruite, il n’y a plus ni infrastructures ni services qui marchent. Les djihadistes de l’EI ont brûlé nos maisons, ils ont volé nos bêtes… et le plus important : nous avons perdu confiance. » Très accablé, il ajoute : « Nos voisins musulmans qui vivaient en bonne harmonie avec nous depuis une centaine d’années, ont voulu nous tuer ! » Comme beaucoup de déplacés, pour ménager un futur à ses enfants, il est prêt à émigrer en Europe ou ailleurs. C’est d’ailleurs ce qu’a fait l’un de ses frères qui s’est installé en Allemagne, après avoir passé par la Turquie, et gagné la Grèce en bateau en plastic.

Nofa, l’épouse de Qassim, constate aussi que la vie est difficile dans le camp de Sharya. Mais que, toutefois, tous ses enfants vont à l’école, trois dans une infrastructure installée à proximité du camp et gérée par les responsables de la structure d’accueil, et le quatrième à Sharya, dans la ville d’à côté. « Les autorités y ont ouvert une école en arabe, ce qui permet à notre aîné de suivre cette classe, vu qu’elle ne se donne pas en kurde, comme c’est le cas pour toutes les classes dans la région de Dohuk. »

Une clinique gérée par Medair

PICT0076

En dehors de l’enceinte du camp, un peu en retrait sur une colline, des sortes de portakabin ont été installées pour servir de salles de classe. Un peu à côté, une autre installation de containers fait office de clinique. La salle d’attente est bondée. Une cinquantaine de personnes, principalement des femmes et des enfants, sont assises sur des chaises rouges en plastic. « Nous proposons des consultations pré et post-natales, ainsi que des soins pédiatriques, mais aussi des prises en charge des maladies chroniques, explique Sarah Molyneux. Entre 1400 et 1600 personnes bénéficient d’une consultation chaque semaine. » Cette infirmière australienne est la responsable du projet de santé que pilote Medair, une ONG d’origine suisse. Elle explique que les messieurs sont emmenés dans la partie gauche de la clinique qui fait une sorte de T et les femmes dans la partie droite, en accord avec la culture des Yézidis. En plus des médecins, un dentiste propose également ses services.

kamalLe Dr Kamal Sino Bubo est l’un des médecins qui consultent ce matin-là. Cet homme de 46 ans compte aussi parmi les réfugiés de Sinjar. Une partie de sa famille habite le camp, mais lui, en tant que salarié de Medair, a pu s’installer à Dohuk dans une maison normale. « Au début, nous pratiquions dans des conditions très difficiles parce que nous manquions de médicaments, explique-t-il. Aujourd’hui, cela se passe mieux que l’an dernier, mais nous avons toujours des difficultés d’approvisionnement en médicaments pour les quelque 800 malades chroniques. L’ONG Medair fait tout ce qu’elle peut, mais ses capacités sont limitées ! »

Le Dr Kamal fait office de point de référence pour ses patients. Médecin à l’hôpital de Sinjar, il en a retrouvé beaucoup dans le camp Sharya. Lorsqu’il apprend la provenance suisse du journaliste, il saisit son badge sur le ruban duquel on peut lire Medair… Et un sourire illumine son visage ! Il propose alors à chaque personne présente un verre du thé qu’il a en réserve derrière son petit bureau. Un thé noir parfumé de cannelle et de cardamome. Les langues se délient et la convivialité est de mise.

Motivée par les valeurs chrétiennes

« En fait, j'accompagne mes patients, souligne-t-il. S’ils retournent à Sinjar, je les suivrai. J'ai eu la possibilité de retourner à l’hôpital depuis la libération de la ville par les peshmergas (les forces armées kurdes) en novembre dernier, mais plus rien ne fonctionne. De plus, les personnes qui ont collaboré avec l’EI sont toujours là. Elles constituent une menace réelle pour ceux qui rentrent. » Il envisage prochainement une nouvelle visite à Sinjar, histoire de suivre ses patients sur place, notamment ceux qui comptent parmi les forces de sécurité.

medair-femme2« Voilà près d’une année que je suis engagée dans ce projet, après avoir servi avec une autre ONG en Ouganda, relève Sarah Molyneux, la responsable du projet de santé. J’ai vu là-bas comment Medair travaillait et j’ai eu envie de m’impliquer avec cette ONG. Je suis tombée amoureuse des Yézidis. Parmi les peuples que j’ai rencontrés jusqu’à maintenant, ils sont les plus pacifiques et les plus hospitaliers. » Quand on l’interroge sur ses motivations, cette Australienne dans la trentaine lâche que son engagement à l’endroit des Yézidis est pour elle « l’occasion de vraiment mettre en pratique l’invitation de Jésus à venir en aide à ceux qui ont faim et qui sont dans le besoin. »

Serge Carrel

Photos: Emmanuel Ziehli (StopPauvreté)

Plus d’infos sur l’engagement de Medair en Irak.

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !