L’île grecque de Lesbos est devenue une impasse explosive

lundi 04 juin 2018

« Les gens se sentent abandonnés ici. De fait, ils le sont vraiment », estime le chrétien évangélique Yann Larrieu à Mytilène, la capitale de l'île de Lesbos. Reportage sur place.

Il n’est pas midi et la chaleur est déjà moite. Première porte d’entrée en Europe lors du grand exode de 2015 et 2016, Lesbos continue d’enregistrer quotidiennement des dizaines de nouvelles arrivées. A mi-mai, soixante à septante migrants continuaient de débarquer chaque jour sur cette île déjà saturée, où l’administration traite les demandes d’asile au compte-goutte. L’atmosphère y est devenue explosive. Le plus grand camp de cette île grecque, l’ancienne base militaire de Moria, débordait déjà lors de notre venue en octobre dernier avec 5'000 migrants pour une capacité initiale de 2'000. Il en compte aujourd’hui quelque 7'000. Sur l’un de ses côtés, au-delà des grillages et barbelés qui le délimitent, de nouvelles tentes continuent de se dresser dans les oliviers. Le Bernois Fabian Bracher de l’association One Happy Family (voir encadré) explique que dans cette partie anarchique du camp, il n’y a pas d’eau, pas d’électricité. « Davantage de gens habitent aujourd’hui ici que dans le camp officiel », indique-t-il, en faisant attention aux militaires qui, arme en mains, patrouillent près des grilles d’entrée. Les sanitaires sont dans un état tel que les migrants préfèrent faire leurs besoins « dans la brousse », indique pour sa part Roudy, du Congo RDC, qui a vécu là un mois à son arrivée. Pour éviter de se rendre aux toilettes et parce qu’elles ont peur de s’y faire agresser et violer, plusieurs femmes portent des couches. Yasser et Djalila, un couple syrien et leurs huit enfants sont arrivés là il y a 15 jours, après avoir quitté leur village bombardé près d’Alep. On enlève ses chaussures avant de pénétrer sous leur maison de toile. Les enfants toussent. Le père de famille, la mine sombre, dit qu’ils souffrent aussi de diarrhée. « Nous sommes partis pour assurer une éducation à nos enfants. Nous sommes choqués des conditions de vie dans ce camp d’hébergement. Pour l’heure, nous sommes vraiment déboussolés. »

La situation se péjore

Des chiffres officiels du ministère grec de l’Intérieur ont fait état début mai de la présence de 9'000 migrants et réfugiés sur cette île de 86'000 habitants, séparée d’une dizaine de kilomètres des côtes turques. Plus de 75% de ces migrants viennent de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan. Ces exilés sont en principe voués à être renvoyés en Turquie, selon les termes de l’accord conclu entre l’UE et Ankara en mars 2016. Pour retarder ou éviter leur renvoi, la plupart demande l’asile à la Grèce, une procédure qui peut prendre de longs mois. Depuis le printemps 2016, moins de 2'000 ont été renvoyés. « La situation est plus précaire qu’avant, déclare Yann Larrieu, un chrétien évangélique de la petite ONG I58 (voir encadré). En 2015, la situation était bien meilleure. Les gens se sentent et sont aujourd’hui véritablement abandonnés sur ces îles. Et pas seulement les migrants ; les Grecs et les humanitaires aussi. Il faut être clair : soit on rejette tous les migrants à la mer, soit on les accueille, mais bien. Il faut choisir. Certains sont à Lesbos depuis 18 mois, voire davantage. Et les nouveaux arrivants sont mal perçus. Personne n’en veut. » Au niveau socio-économique, la Grèce est encore en crise ; au niveau religieux, elle a été colonisée par l’Empire ottoman pendant des siècles et la peur de l’islam est encore palpable, égrène-t-il ; et puis Athènes a longtemps cherché à prouver qu’elle était Occidentale. Donc elle vit douloureusement cet afflux migratoire sur la durée, une douleur récupérée actuellement par l’extrême droite comme aussi par une droite religieuse conservatrice.

Emeutes

Fin avril, des troubles ont opposé le groupement patriotique de Mytilène et des Grecs pro-migrants sur la place principale de la ville, la place Sappho. « La population se polarise de plus en plus, explique une employée d’hôtel : vous avez toujours plus de personnes intransigeantes de droite et de plus en plus de personnes qui viennent en aide aux migrants. » Fabian Bracher était présent lors des émeutes, les premières de cette ampleur sur l’île. « Des Afghans étaient venus occuper la place en signe de protestation, après le décès d’un de leurs compatriotes qui n’avait pas pu recevoir le traitement médical nécessaire dans le camp de Moria, raconte-t-il. Des personnes d’extrême droite sont venues et ont commencé à leur jeter des pierres, alors qu’il y avait des femmes et des enfants parmi eux. Puis ils ont mis le feu à de grandes poubelles sur roues et les ont envoyées contre les migrants. Je n’avais jamais vécu quelque chose de similaire. La haine qui s’est alors manifestée m’a traumatisé ! » Même écho auprès d’Agnès Matrahji, une Française d’origine qui vit depuis une vingtaine d’années à Lesbos et qui est encore choquée par ces derniers événements : « Pour la première fois, j’ai vu une maman avec ses enfants de 7 ans à 11 ans jeter des pierres sur des Afghans. Lorsque des policiers sont venus avec de l’eau pour faire partir les migrants, un réfugié a enlevé son t-shirt et dit : « Vous voulez nettoyer la place ? Je vais le faire avec mon t-shirt, mais dites-moi : c’est moi que vous voulez nettoyer, n’est-ce pas ? » Le lendemain, il recevait des cailloux d’un enfant d’ici, de Lesbos ! Cela, jamais nous ne l’avions vécu ! »

Gabrielle Desarzens

Une émission Hautes Fréquences

Une émission Babel

Cet article est paru dans les colonnes de 24 Heures dans son édition du 2-3 juin. Un article plus spécifique sur Yann Larrieu paraitra dans le prochain journal Vivre.

  • Encadré 1:

    Un lieu de détention

    La chose semble a priori incongrue dans un centre d’accueil, mais le camp de Moria renferme une prison. « Moria, il faut le comprendre, est avant tout un camp militaire, dit le mennonite Yann Larrieu. Il y règne une atmosphère martiale. On n’y entre d’ailleurs pas sans autorisation. Et dans un camp militaire, il y a une prison. Plusieurs migrants vont directement du bateau qui les amène à Lesbos jusque dans ce lieu de détention. C’est notamment le cas quand leur nationalité n’est pas considérée comme problématique. Il s’agit par exemple de Pakistanais, de Nigériens, d’Egyptiens, d’Algériens, de Marocains… Bien sûr, il y a aussi des criminels qui ont volé, frappé un officier, violé. »

    Yann estime les personnes détenues dans ces containers blancs entourés de fils de fer barbelé à une centaine en moyenne. « Vous pouvez avoir 20 personnes par container. Les conditions y sont pires que partout ailleurs dans le camp. Il n’y a pas de toilettes à l’intérieur. Pas de promenade possible. La détention peut durer plusieurs mois. Un Irakien de Mossoul y est resté au moins un an. Il n’était même plus dans les fichiers. On avait oublié qu’il était là. » Lui et sa femme, Hannah, visitent une fois par semaine ces personnes en détention et rétention. Ce qui motive ce couple dans ce travail ? « Sans vouloir entrer dans un débat théologique, je vis ces moments de façon eucharistique, déclare Yann. On arrive, et on a des rangées de personnes devant nous auxquelles on donne, l’une après l’autre, du gâteau, du café, du gâteau, du café… Et pour moi, c’est vraiment un service de communion. Il y a un regard, on se parle, je prononce le nom de la personne quand je le peux et je dis : « Que Dieu te bénisse », en arabe, en français, en farsi. C’est le travail le plus profond que je n’aie jamais effectué. »

    G.D.

  • Encadré 2:

    Un lieu de vie

    Le centre de jour communautaire One Happy Family accueille le 10% des migrants de l’île, estime Fabian Bracher. Récemment, en plus des bâtiments roses à l’entrée où se donnent des cours de langue, de celui qui sert de café ou du baraquement où se distribue des vêtements, une place de jeux pour les enfants est venue égayer les lieux, avec toboggan, bac à sable et pont suspendu. Plus loin, un potager est sorti de terre.

    Ce jour-là, il y a foule devant le coiffeur, où un Afghan et un Congolais s’activent. Fabian a pris rendez-vous. Il règle le service moyennant trois « Swiss drachma », cette monnaie fictive qu’il a mise en circulation dans ce centre et qui permet aux migrants de choisir des activités. One Happy Family, ouvert en mars 2017, continue ainsi à être un lieu organisé pour et avec des migrants. Avec des repas chauds, des espaces de repos. Un lieu de vie.

    G.D.

    One Happy Family

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Blaise-Alain Krebs : merci !

    Sam 24 février 2024

    Blaise-Alain Krebs est décédé le 19 février dernier. Par ses nombreux engagements, celui qui était éducateur spécialisé a marqué la vie de son Eglise, à Neuchâtel. Il a également servi la FREE comme vice-président du Bureau des rencontres générales.

  • Genève, Nyon et La Côte-aux-Fées: rejoignez un groupe pour participer au cours Just People!

    Ven 23 février 2024

    Une cinquantaine de personnes sont inscrites au cours Just People par ZOOM qui commencera le mercredi 6 mars à 20h15. Parmi ces inscriptions : trois Eglises. A l’heure où il peut être stimulant de discuter en groupe de ces questions d’avenir pour notre société et notre planète, pourquoi ne pas rejoindre un groupe à Genève, à Nyon, dans le Jura neuchâtelois, ou même créer un nouveau groupe ?

  • Wanted : La FREE cherche son responsable financier, un poste-clé pour le développement de projets

    Lun 19 février 2024

    Membre du Bureau des Rencontres Générales, Bernard Frei assure ad intérim le rôle de responsable financier de la FREE. En effet, le poste laissé par Stéphane Bossel est toujours vacant. Le profil recherché ? Un esprit entrepreneurial et collaboratif, en plus d’une expérience dans les finances. Aidez-nous à trouver !

  • Les évangéliques font du "vacarme" sur la Radio suisse romande

    Sam 17 février 2024

    La semaine du 12 au 18 février, l'émission Vacarme de la RTS a tenté de cerner pourquoi les communautés évangéliques attirent plus de 40'000 fidèles en Romandie. Le journaliste Samuel Socquet a tendu son micro à plusieurs membres (et ex-membres) d'Eglises évangéliques entre Tavannes, Lausanne et Genève. Des reportages aux titres un brin provocateurs. Mais plutôt représentatifs des convictions évangéliques sur le fond, selon Stéphane Klopfenstein, directeur adjoint du Réseau évangélique suisse (RES).

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !