Janine Bueche, une Neuchâteloise à la tête des GBEU romands

mardi 01 novembre 2005

Janine Bueche anime une équipe de 11 collaborateurs qui encadrent les activités des Groupes bibliques des écoles et des universités (GBEU) de Suisse romande. Cette psycho-pédagogue pilote une présence évangélique dans un cadre exigeant et en perpétuel mouvement. Portait d’une femme dont le ministère est soutenu modestement par le Trait d’union missionnaire (TUM) des AESR.

«Les GBEU (Groupes bibliques des écoles et des universités) sont comme un fil rouge dans ma vie», confie Janine Bueche. Fille du pasteur Gérard Soguel, longtemps secrétaire de la Société biblique suisse, elle découvre par le GBE du gymnase de La Chaux-de-Fonds la richesse des contacts avec les jeunes d’autres communautés chrétiennes. C’est une expérience de conversion qui l’amène à fréquenter ce groupe, puis les GBU à l’Université de Neuchâtel, où elle fait deux ans d’études de lettres. Elle bifurque ensuite vers des études de secrétariat, puis part une année à Bruxelles pour travailler comme secrétaire de Paul Fueter dans un centre de l’Alliance biblique universelle. De retour en Suisse, elle travaille trois ans aux côtés de Christian Van den Heuvel dans les GBU romands depuis le bureau de Lausanne. Ce travail – avec entre autres les camps de Florence – l’aide à discerner une nouvelle voie, et elle entreprend des études de psycho-pédagogie qu’elle termine en 1982.

Des VBG alémaniques aux GBEU romands
Bientôt un mariage avec un Français (aussi un GBUssien, d’ailleurs) l’amène... à Zurich, où son mari a trouvé un poste d’ingénieur. Elle est très engagée dans les VBG (Vereinigte Bibelgruppen, les GBU alémaniques), où «elle a appris énormément de choses». La famille revient en Suisse romande au bout de 18 ans, s’installe à Neuchâtel, et s’engage dans la paroisse réformée de St-Blaise-Hauterive.
Janine, la quarantaine, désire se mettre professionnellement à la disposition du Seigneur, redonner quelque chose de tout ce qu’elle a reçu. Elle trouve «le bon poste au bon moment» : les GBU l’engagent comme secrétaire romande dès l’été 2001. C’est avec enthousiasme qu’elle coordonne et anime une équipe de 11 collaborateurs. Une équipe dispersée sur les différentes universités, ainsi que sur les hautes écoles spécialisées et l’enseignement secondaire supérieur, où les initiatives prises par les jeunes sont encouragées, soutenues. «C’est une équipe qui prend de la bouteille», note Janine. Durant un certain nombre d’années, les GBU ont eu des secrétaires-animateurs très jeunes, sortant tout juste de leurs études. Aujourd’hui, l’équipe comporte plusieurs animateurs ayant la trentaine passée, avec une certaine expérience de la vie, et la secrétaire devenue entre temps quinquagénaire a déjà élevé ses deux enfants.

Des animateurs plus mûrs pour répondre à une certaine fragilisation de la jeunesse
Cette transformation répond aux nouveaux besoins des jeunes et des étudiants d’aujourd’hui. «On a dû modifier quelque peu la fonction d’animateur pour faire face à l’évolution des mentalités et des besoins, explique la secrétaire. On constate une certaine fragilisation, une plus grande immaturité psychique, un décalage considérable entre la masse des connaissances que les étudiants doivent absorber et leur maturation personnelle. Autrefois, on donnait surtout aux animateurs des techniques... d’animation. Aujourd’hui, il y a un gros travail d’accompagnement, il faut redonner des bases et des repères qui font défaut. On a passé de l’animateur grand frère à un rôle plus parental ou de berger. Les jeunes cherchent des modèles.»

Formatrice de formateurs...
C’est ainsi que la secrétaire romande a un rôle important de formatrice pour cette équipe d’animateurs, eux-mêmes chargés de former des responsables pour la cinquantaine de groupes actuellement en fonctionnement. Des rencontres pour les responsables GBE ou GBU sont organisées dans les divers lieux, pour partager repas, prière et idées, et planifier la suite des opérations. Les animateurs quant à eux se retrouvent trois fois par an pour 2 journées de retraite-colloque.

Au service des Eglises et du Royaume
Pour Janine Bueche, les écoles et universités sont un champ missionnaire clé de notre société actuelle, un lieu privilégié pour la construction du Royaume, d’où émergeront les leaders de demain. «Le GBU est et reste le bras missionnaire des Eglises dans ces lieux de formation. Les jeunes sont encouragés à s’intégrer dans l’Eglise locale, mais les GBU leur permettent d’approfondir leur foi, de découvrir d’autres manières de la vivre, de la confronter à la réflexion universitaire, et de donner des fondements solides à leurs engagements futurs dans la vie et dans la société.»

Silvain Dupertuis

Publicité

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !