Le silence des femmes abusées est à combattre

vendredi 14 juin 2019

Elle s’assied sur le canapé. Et souligne d’emblée la force des prises de paroles des femmes abusées : « En témoignant, on fait en sorte que les abuseurs ne gagnent pas. Et on avance. Il faut sortir du silence. » Ce troisième témoignage met en avant, ce vendredi 14 juin, le combat de plusieurs.

Sophie (prénom d’emprunt), la cinquantaine, est la troisième à prendre la parole, après Céline et Eliane. Elevée dans un milieu évangélique darbyste, elle a été, tout comme sa jeune sœur, victime enfant d’abus sexuels de la part d’un employé de son père. « Quand j’ai eu trois ans, ma mère a eu des jumeaux. Mon abuseur m’invitait alors faire la sieste avec lui. » Dans la ferme familiale, le cinquantenaire, fidèle lui aux milieux réformés, évoluait par ailleurs comme chez lui.

Manifestations physiques

A quoi bon parler aujourd’hui de ces actes ? A quoi bon remuer la boue ? « Mon corps a longtemps manifesté que quelque chose n’allait pas, répond Sophie. Cela s’est traduit d’abord par un cycle menstruel difficile et douloureux, puis par une importante prise de poids. J’ai beaucoup souffert de maux de dos et j’ai développé des symptômes pour lesquels des diagnostics de maladies atypiques ont été posés. Au final, j’ai mis des années à me reconnecter à moi-même, à m’avouer le fait que j’avais été abusée. Et il a fallu mettre des mots, ce qui a été difficile. Comment dire ? Pendant 40 ans, le silence avait jusque-là fait partie de ma vie et, petit à petit, je réalisais que je devais apprivoiser ma peur et oser aller à la rencontre de cette partie de moi construite dans un flou total. J’avais l’impression d’être séparée en deux : la petite fille abusée mais dans le déni d’un côté, et la femme qui a construit sa vie comme elle a pu de l’autre. C’est alors que le long chemin a commencé pour redresser ce qui avait été tordu par l’abus et le mensonge, et qui avait inévitablement impacté tous les domaines de ma vie. J’ai connu des moments de honte et de dégoût, et l’envie de me faire du mal car, en parlant, j’avais l’impression de trahir et d’être méchante. Il faut comprendre que ces années de travail sont épuisantes, parce que vous faites sans arrêt des allers et retours dans ce vécu douloureux. C’est perturbant ! »

Une femme sur trois

Aujourd’hui éducatrice auprès de jeunes en difficulté, elle constate que oui, une femme sur trois selon diverses études est violée, battue, forcée à l’acte sexuel ou abusée au moins une fois dans sa vie. « Mais avoir une parole, c’est salutaire. Je me rends compte actuellement combien c’est important de faire valoir ce qu’on a vécu. » Pour elle, la force des témoignages mis bout à bout rend justice à toute une communauté féminine dont la parole peut enfin être libérée : « Reconnaître les abus dont elles ont été victimes permet aux femmes d’avancer. Et fait au final que les abuseurs ne gagnent pas. C’est essentiel. »

Des amitiés porteuses

Sophie n’a pas perdu la foi, même si en se remettant dans le contexte d’alors, elle reconnait que le fait d’avoir grandi dans un milieu où la femme était présente dans le silence et où le sujet de la sexualité était quasi tabou, a certainement rajouté de la difficulté à trouver les mots pour exprimer ce qu’elle vivait. Elle dit avoir cheminé un temps dans une autre église évangélique où elle a découvert des amitiés « porteuses et fortes ». Et souligne surtout avoir gagné en authenticité : « Je me sens maintenant vivante. Et entends dénoncer tous les abus susceptibles de mettre comme une chape de plomb sur toute expression, et toute expression féminine en particulier. »

Gabrielle Desarzens

Le témoignage d'Eliane

Le témoignage de Céline

 

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !