Valérie Walker: « Les handicapés sont des personnes. Et des personnes qui font du bien ! »

lundi 16 novembre 2015 icon-comments 1

Maman d’un enfant qui souffre de trisomie 21, Valérie Walker en parle comme d’un signe de la tendresse de Dieu à son égard. Et de la maladie, comme d’un facteur à même de réchauffer une humanité en manque de relations vraies. Rencontre.

Valérie Walker se souvient d’une histoire du Sadhou Sundar Singh (1), qui raconte la marche de deux hommes en montagne, par un froid intense. Sur leur chemin, ils trouvent un homme blessé. Le Sadhou se propose de le porter contre l’avis de son compagnon qui craint pour sa vie. Au final, le compagnon meurt, alors que le Sadhou, réchauffé par le corps qui pèse sur son épaule, arrive au but. « Je crois que beaucoup de personnes vivent en ayant froid dans leur âme, commente-t-elle avec force. Une partie du corps médical propose de ne surtout pas s’encombrer de plus vulnérables que soi, mais l’humanité en meurt ! »

Un signe de la tendresse de Dieu

Cette pétillante Française vit temporairement sur le site d’Emmaüs, à St-Légier, avec son mari Philip, collaborateur d’une ONG locale. Mariée à 19 ans à un pasteur décédé à 49 ans des suites d’un cancer, elle a deux fils adultes de ce premier mariage... et un petit garçon de 5 ans et demi atteint de trisomie 21 de sa deuxième union. « John est notre petit garçon bien-aimé, à mon mari et moi, et un signe de la tendresse, de l’amour de Dieu pour nous », exprime-t-elle. L’enfant ne parle pas encore, et a des troubles du développement apparenté à l’autisme, même si le diagnostic n’est pas encore posé. Et Valérie de parler des présupposés de notre société sur le handicap, du consensus collectif qui l’épingle jusqu’à voter en faveur du diagnostic préimplantatoire (DPI) : « Le DPI, accepté en Suisse en juin dernier, est une ouverture à trier les êtres humains. Or, chacun d’entre nous peut devenir malade ou perdre son autonomie avec ou sans disposition génétique ! »

Les plus vulnérables nous réchauffent

Pour cette maman, on n’apprend plus aux gens à accepter la différence, et c’est dangereux. Pour elle, le handicap de son fils n’est certes pas facile. Il s’apparente à la découverte d’un nouveau pays, dont il faut entre autres apprendre la langue. Il faut aussi bénéficier de guides, « qui facilitent la route et évitent qu’on se trompe de chemin »...  Mais les professionnels manquent à l’appel et les structures adéquates ne sont pas assez nombreuses, constate-t-elle. John n’en reste pas moins un cadeau. « Et je découvre ses compétences, comme sa grande richesse relationnelle », dit-elle. En ajoutant s’appuyer sur le Psaume 139 qui affirme que chaque être humain a été tissé dans le ventre de sa mère... « Il n’est pas possible comme chrétien de considérer certaines personnes comme des charges, ou de les réduire à des coûts. Elever un enfant différent est un défi, mais un défi qui permet à ses proches d’aller à l’essentiel. C’est un accomplissement », affirme-t-elle.

Gabrielle Desarzens

Alice Van Berchem, Le Sadhou Sundar Singh, Lausanne, Ed. Emmaüs, 1944.

1 réaction

  • David Burnat mardi, 24 novembre 2015 21:27

    Quelle plaisir de retrouver l'enthousiasme et la la force de cette magnifique cliente avec son fils.
    J'ai Toujours un grand plaisir à servir cette femme et son petit garçon à chaque visite.
    Je juin souhaite que du bon et me ravis de ça futur visite ou elle et son petit seront Toujours bienvenue dans notre magasin. :-)

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • France: Une enquête sur l'éducation sexuelle auprès des jeunes évangéliques

    Ven 05 juillet 2024

    Quels sont les besoins en matière d’éducation sexuelle des jeunes évangéliques ? Quels sont les apports et les manques de l’enseignement des Églises dans ce domaine ? C’est sur ces questions que s’est penchée l’enquête « Éducation sexuelle scolaire versus communautaire : impacts, besoins et disparités de genre chez les jeunes adultes évangéliques en France ». Publiée en mai dernier, cette enquête est le fruit du travail d’André Letzel, ancien pasteur, conseiller conjugal et sexologue, et de Brice Gouvernet, docteur en psychologie et maître de conférence. 

  • Donald Trump, à nouveau « le moindre mal » pour les évangéliques blancs !

    Jeu 04 juillet 2024

    C’est probablement le premier candidat à l’élection présidentielle américaine à être visé par plusieurs procédures judiciaires. Toutefois, Donald Trump recueille à nouveau le suffrage d’une majorité d’évangéliques blancs. Éléments d’explications avec Matthieu Sanders, pasteur baptiste à Paris. Ce Franco-américain est diplômé en sciences politiques et en théologie. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Églises évangéliques.]

  • « Il y a beaucoup de créativité dans l’Église »

    Jeu 04 juillet 2024

    Johanne Rochat, la coordinatrice enfance de la FREE, propose une rencontre « Partage tes idées » au personnes de nos Églises qui sont en charge de l’enfance. Celle-ci aura lieu en septembre 2024, en visioconférence Zoom. Vous pouvez vous inscrire sans tarder et choisir, parmi deux dates, celle qui vous convient le mieux.

  • Le dernier numéro du journal Vivre est arrivé

    Ven 28 juin 2024

    Le dernier numéro du journal Vivre est arrivé dans les boites aux lettres. Il contient un dossier intitulé : « Supermarché du spirituel. Quelle réponse face à une société en quête de sens ? » Ce dossier propose des pistes pour montrer comment une relation forte, apaisée et bienfaisante avec Dieu fait une différence. Vous trouverez aussi un texte à propos de la prière de consentement, celle qui permet, dans des circonstances difficiles, d’intégrer la volonté de Dieu.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !